Archives par étiquette : musée du Luxembourg

Exhibition: « Rubens. Royal Portraits », Musée du Luxembourg, from the 4st of October 2017 to the 14st of January 2018

Peter Paul Rubens, Portrait of Anne d’Autriche, Queen of France, about 1622-1625, oil on canvas, 120 x 98.6 cm, Pasadena (California), The Norton Simon Foundation [© Poster of the Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

“Even if, by his birth, he couldn’t claim privileges from among the old and former nobility who made him feel his position, he was regarded with high esteem by sovereigns. Rubens lives and contributes to the enhancement of the art of painting. [1]

Until the 14th of January 2018, the Musée du Luxembourg presents a part of the European works of Peter Paul Rubens (1577-1640). Through about sixty paintings and eighty-nine items in total, the painter’s work is viewed from the perspective of portraits for the monarchs of the great royal courts, made during his journeys or in his workshop, during the first half of the 17th century. From Italy to France, via Brussels or Spain, the artist was commissioned by the greatest Kings represented in this display through the pictorial technique of portraiture, a genre constantly evolving at this period, due in part to Ruben’s influence.

Journeys through an Europe ruled by Princes

Italy: Patronage of Duke of Mantou

Peter Paul Rubens, Portrait of Ferdinand de Gonzague, about 1602-1603, oil on canvas, 81,2 x 56,5 cm, Priv. Coll., courtesy of Nicholas Hall (© courtesy of Christie’s)

Rubens came from a family of Antwerp merchants who fled the town for religious reasons before returning during the late 1580s. He was trained by Otto van Veen, known as Vaenius (1557-1629)[2], a philosopher and mannerist painter marked by Italian influences and who encouraged his pupil to follow his training there. Rubens arrived in Italy in 1600 and stayed there until 1608. Speaking several languages including Latin, and having received a humanist education, the young painter showed a great ease in the learning of his art and was soon hired by Vincent I de Gonzague, Duke of Mantou and Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Le musée des Beaux-Arts de Budapest s’expose au musée du Luxembourg

Jusepe de Ribera, Saint Jérôme, 1620, huile sur toile, 123,5 x 95,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Jusepe de Ribera, Saint Jérôme, 1620, huile sur toile, 123,5 x 95,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

L’exposition[1] qui a lieu actuellement au musée du Luxembourg, sous le commissariat de Laurent Salomé et de Cécile Maisonneuve, permet d’admirer quelques-uns des chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Budapest actuellement fermé pour rénovation[2]. Elle est divisée en huit sections allant de « La fin du Moyen-Age » jusqu’au « Symbolisme et modernité ». Trois sections sont plus particulièrement consacrées aux œuvres des XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture

Journée d’étude en ligne : « Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle ».

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Le mardi 8 décembre 2015, la journée d’étude « Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle » avait lieu en parallèle de l’exposition « Fragonard amoureux. Galant et libertin ». (Ré)écoutez ici les communications de la journée et découvrez en quelques lignes les intervenants.

Cette journée d’études consacrée à la notion de « spontanéité » dans les arts et la société en France au XVIIIe siècle a été organisée par Delphine Chambon et Elise Urbain, toutes deux doctorantes en Histoire de l’Art moderne à l’Université de Lille.

L’exposition Fragonard amoureux galant et libertin présente aussi bien des peintures, des gravures, des illustrations que des esquisses ou études diverses.

L’œuvre de Fragonard est donc extrêmement important, protéiforme, réunissant aussi bien des oeuvres très achevées où chaque détail est rendu avec beaucoup de finesse que des dessins beaucoup plus esquissés, beaucoup plus suggestif où la ligne fait émerger des formes vives.

Ces derniers dégagent une certaine spontanéité, légèreté, comme si l’artiste avait jeté sur la feuille, pris dans l’élan créateur les premières idées de sa pensée, contrairement à certaines de ses peintures, qui semblent davantage construites, composées, maîtrisées…

C’est cette constatation qui a servi de point de départ à l’élaboration de cette journée d’étude :

–    Qu’entend-on au XVIIIe siècle par « spontanéité » ?

–    Peut-on parler de spontanéité dans la société française du XVIIIe siècle ?

–    Quelle est la place de la spontanéité au XVIIIe siècle? Est-elle réelle ou davantage feinte ?

Ces différentes questions ont été abordées à travers trois axes de réflexion: le corps (et son mouvement), le geste (créatif) et le regard (porté sur l’oeuvre), par des chercheurs en histoire de l’art et littérature.

« Il y en a bien peu qui en connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle

Delphine Chambon

Delphine Chambon est doctorante en Histoire de l’art moderne au sein du laboratoire IRHiS à l’université de Lille. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français du XVIIIe siècle, l’histoire du collectionnisme, le marché de l’art au XVIIIe siècle et le goût pour le dessin. Elle prépare actuellement un article intitulé Conserver et présenter sa collection de dessins en France au XVIIIe siècle.

« Finissez monsieur Robert ! »: La rapidité du geste d’Hubert Robert

Sarah Catala

Sarah Catala débute actuellement son Doctorat en Histoire de l’art avec Sophie Raux au sein du Laboratoire IRHiS également à l’Université de Lille. Ses axes de recherches sont principalement l’art français du XVIIIe siècle, le dessin ancien et les pratiques sérielles. Elle a été conseillère scientifique pour de nombreuses expositions, dont la prochaine consacrée au peintre Hubert Robert qui se tiendra au musée du Louvre de mars à mai 2016. Parmi ses publications, nous pouvons citer La matière à l’oeuvre. Redécouverte du Lion de Fragonard, éditée cette année par la galerie Eric Coatalem à Paris.

 

Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières

Marine Ganofsky

Marine Ganofsky est Maître de conférences à l’Université de St Andrews. Elle vient de finir son premier livre sur les nuits libertines, projet pour lequel sa thèse avait été une ébauche. Le prochain, déjà commencé, se penchera sur la nuit et les ombres au siècle des Lumières. Ses recherches tournent surtout autour du libertinage et de la littérature libertine, avec quelques détours heureux du côté de la peinture rocaille et de la philosophie matérialiste. Elle va éditer quelques nouvelles galantes peu connues pour la collection Lire le dix-huitième siècle.

« Plus de grâce que les plus beaux ornements »: la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle

Elise Urbain

Elise Urbain est doctorante en Histoire de l’art moderne en co-direction entre l’Université Lille 3 et l’Ecole du Louvre. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français et anglais du XVIIIe siècle, en particulier le portrait peint et sculpté ainsi que l’histoire de la mode. Elle participe actuellement à la préparation d’une future exposition au musée des Arts Décoratifs consacrée à la notion de transgression dans l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours et qui sera intitulée Tenue correcte exigée. Une histoire de vêtements qui ont fait scandale. Elle rédigera un chapitre de ce catalogue consacré au négligé vestimentaire et au manque de tenue.

Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle.

Jean-Alexandre Perras

Jean-Alexandre Perras est chercheur postdoctoral de la British Academy et Junior Research Fellow à Jesus College, à l’université d’Oxford. Ses travaux portent sur les représentations et les pratiques de la sociabilité sous l’ancien régime. Sa thèse, L’Exception exemplaire : Inventions et usages du génie, XVIe-XVIIIe siècle, sera bientôt publiée aux Éditions Classiques Garnier (2015). Il s’intéresse présentement à l’histoire culturelle et littéraire de la frivolité et à ses relations à la question du luxe, au papillotage, au persiflage, et aux représentations de la légèreté au XVIIIe siècle.

Cycle de conférences autour de l’exposition « Fragonard amoureux. Galant et libertin » (16 septembre 2015 – 24 janvier 2016).

Présentation de l’exposition Fragonard amoureux (Guillaume Faroult, commissaire de l’exposition et Jean-Julien Simonot, scénographe) :

Découvrez les coulisses de l’exposition en compagnie du commissaire et du scénographe qui reviendront sur la genèse du projet, son contenu scientifique et son expression architecturale.
Mardi 29 septembre à 18h30. Durée : 1h30.

 

Fragonard dans la vie de son temps (Michel Delon, professeur de littérature française du XVIIIe siècle) :

Une présentation historique et littéraire de la société du XVIIIe siècle, de l’évolution des moeurs et du libertinage, permettra de mieux appréhender l’œuvre de Fragonard.
Mardi 6 octobre à 18h30. Durée : 1h30.

 

Le Libertinage aujourd’hui  (Aurélie Charon, productrice à France Culture, Philippe Combessie, sociologue, Gaëlle Bourges, danseuse et chorégraphe, Esther Loubradou, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication) :

Le terme de libertinage est encore employé de nos jours, mais dans quel sens exactement ? Peut-on réduire ce terme à la liberté des pratiques sexuelles, encouragées par le développement d’Internet et des réseaux sociaux ? N’exprime-t-il pas aussi une certaine posture de libre penseur face à un modèle de société qui nous est imposé ?

Mercredi 25 novembre, à 18h30. Durée : 1h30.