Archives par étiquette : musée des Beaux-Arts de Rennes

Compte rendu de la conférence de Guillaume Kazerouni (3 novembre 2015) : « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? »

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Dans le cadre d’une conférence qui s’est déroulée le 3 novembre 2015 à l’INHA, Guillaume Kazerouni a présenté le projet d’une exposition préparée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes (MBAR), dont il est le responsable des collections anciennes, en partenariat avec le Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). Placé dans la continuité de l’exposition qu’il a consacré aux peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Musée Carnavalet, 2012-2013) [1], ce nouveau volet a pour but de révéler l’histoire et la composition d’un ensemble important de peintures provenant des églises parisiennes, peu à peu oublié depuis son transfert au Québec sous la Restauration par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833).

Continuer la lecture

Soutien à l’acquisition : un tableau de Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789) pour le musée des Beaux-Arts de Rennes.

Jean-Baptiste Marie Pierre, Bacchante endormie, 1763, huile sur toile, 71 x 105 cm, Paris, Galerie Aaron.

Jean-Baptiste Marie Pierre, Bacchante endormie, 1763, huile sur toile, 71 x 105 cm, Paris, galerie Aaron.

Communiqué du musée des Beaux-Arts de Rennes :

Désireux d’enrichir sa collection d’une oeuvre française marquante du XVIIIe siècle, le musée des Beaux-Arts de Rennes à l’opportunité d’acquérir ce tableau de Jean-Baptiste-Marie Pierre. Récemment redécouverte, cette bacchante endormie est l’une des dernières oeuvres marquantes que Pierre, Premier peintre du Roi, présenta au Salon, en 1763. Le tableau choqua une partie de la critique par son réalisme affirmé qui s’opposait au goût dominant pour une peinture frivole et légère.

La touche elle-même sensuelle, large  et brillante et les empâtements contrastent avec l’exécution raffinée et précise des mains et du visage.

La scène, où l’on voit une bacchante couchée sur une peau de panthère, épuisée par l’orgie, est prétexte à un fort beau nu féminin. Elle est baignée d’une extraordinaire clarté lunaire dont les accents froids limitent de façon audacieuse la palette de l’artiste. Avec ce souci de simplicité, d’équilibre et de contraste, Pierre chercha à renouer, au milieu des années 1760, avec son style des années 1740, qui lui avait apporté succès et reconnaissance.

Prix : 110 000 €.

  • 50 000 € financés par la ville de Rennes.
  • 60 000 € à financer par le mécénat.

Pour les particuliers : bulletin de soutien à l’acquisition.

Pour les entreprises : 02 23 62 18 14 ; mecenatmbar@ville-rennes.fr