Archives par étiquette : Montaigne

Journée d’étude : Discours sur les altérités & violences religieuses.

Jacob Duck, Le Dépôt du butin : intérieur d'un corps de garde dans une ancienne église romane, XVIIe siècle, huile sur toile, 55 x 84 cm, Paris, musée du Louvre.

Jacob Duck, Le Dépôt du butin : intérieur d’un corps de garde dans une ancienne église romane, XVIIe siècle, huile sur toile, 55 x 84 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’étude.
Date : 28 octobre 2015.
Lieu : Louvain-la-Neuve, salle Jean Ladrière (Collège Mercier), Faculté de philosophie, arts et lettres.
Sous la direction du : Groupe d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA) à l’Université catholique de Louvain.

L’actualité nous interpelle depuis maintenant plusieurs années sur ce que d’aucuns appellent de nouvelles «guerres de religions» en référence aux événements du XVIe siècle européen qui ont vu s’affronter catholiques et protestants. En effet, les discours et les images transmis par les médias et les hommes politiques de tout bord présentent des similitudes apparentes qui nous laissent aisément supposer des similitudes de fond. Mais qu’en est-il vraiment? Les mêmes mots disent-ils la même réalité ou disent-ils plutôt nos incompréhensions et nos craintes, trahissant la perception d’une altérité inquiétante et la légitimation des réactions de rejet et de violence qui s’ensuivent? Reproduire les mêmes discours à plusieurs siècles d’intervalle sur des réalités historiques pourtant très différentes est loin d’être une pratique anodine dans la mesure où elle fige et perpétue des clichés et des grilles de lecture a priori, en écrasant la profondeur historique. A ce titre, cette pratique doit être interrogée pour saisir le fonctionnement d’une rhétorique subtile mais néanmoins efficace qui construit une image fantasmatique de l’autre religieux et qui en empêche une approche critique et lucide. Ces trois leçons aborderont de trois points de vue différents ces mécanismes de réappropriation, de subversion et de conversion des mots et des images qui, du passé au présent, nous permettent de comprendre les idéologies à l’œuvre derrière le discours.

Programme :

10h : Agnès Guiderdoni et Monique Weis Introduction.

10h15-10h45 : Ralph Dekoninck (UCL) La guerre des images entre XVIe et XXIe siècle, ou comment combattre les images par les images.

10h45-11h15 : Monique Weis (ULB – FNRS) Le Tableau des Différends de la Religion de Philippe de Marnix ou le testament d’un polémiste du XVIe siècle.

11h15-11h45 : Silvia Mostaccio (UCL) et Olivier Latteur (UCL – UNamur) Des corps brisés. Iconoclasme et violence physique confessionnelle (Pays-Bas espagnols, XVIe -XVIIe siècles).

11h45-12h30 : Discussion.

12h30-13h30 : Pause.

13h30-14h30 : Table ronde autour des matériaux proposés par Mathieu Ferrand (UCL) et Lise Constant (UCL – FNRS).

14h30-15h : Agnès Guiderdoni (UCL – FNRS) « Chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage » : le cannibalisme vu par Montaigne.

15h-15h20 : Pause.

15h20-15h50 : Sylvie Peperstraete (ULB) Regards actuels sur le sacrifice humain et l’anthropophagie rituelle chez les Aztèques (Mexique central, ca. 1200-1521).

15h50-16h20 : Elisabeth Trufin (ULB) “Ces Aztèques, si pieusement meurtriers” : regards européens sur les rites sacrificiels mexicas au siècle de la Conquête.