Archives par étiquette : moderne

Publication : Revue “Artefact” n°4 / L’Europe technicienne, XVe-XVIIIe siècle

Artefact n°4, L'Europe technicienne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, P.U.R, 2016.

Artefact n°4, L’Europe technicienne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, P.U.R, 2016.

Dossier coordonné par Catherine Cardinal, Liliane Hilaire-Pérez, Delphine Spicq et Marie Thébaud-Sorger.

Sommaire du numéro :

Synthèses historiographiques

  • Histoire économique et histoire des techniques (XVe-XVIIIe siècle), Liliane HILAIRE-PÉREZ et Catherine VERNA
  • L’objet comme document. Culture matérielle et cultures techniques, Gianenrico BERNASCONI
  • Histoire de l’art, histoire de l’architecture et histoire des techniques (Europe, XVe-XVIIIe siècle), Valérie NÈGRE
  • Archéométrie et histoire des techniques : les procédés direct et indirect en sidérurgie (XIVe-XVIIe siècle), Philippe DILLMANN et Maxime L’HÉRITIER
  • Le carrefour thérapeutique: médecine, techniques et pouvoirs dans l’Europe moderne, Christelle RABIER

Continuer la lecture

Appel à communication : “Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge – Outils, ustensiles et accessoires à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle)”

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Type : Appel à communication
Date de la manifestation : 9 décembre 2016
Lieu : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Date limite : 30 septembre 2016
Organisation : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Laboratoire DYPAC (Dynamiques Patrimoniales et Culturelles) en partenariat avec la Fondation des Sciences du Patrimoine (LabEx Patrima) sous la responsabilité d’Anne-Clothilde Dumargne – doctorante UVSQ histoire médiévale.

Depuis quelques années de nombreuses études ont renouvelé nos connaissances sur l’environnement domestique médiéval et moderne, qu’il s’agisse de l’architecture de l’habitat (rural et urbain), de son aménagement intérieur et extérieur, de ses méthodes de construction ou de sa gestion. Elles nous ont éclairé sur les pratiques de vie quotidiennes rythmant la naissance, la vie et la mort des individus, leurs occupations pour se divertir ou entretenir leurs liens sociaux, sur la dévotion individuelle qui les anime, les manières dont ils mangent, dorment, se lavent, s’habillent, travaillent et les causes et conséquences sociales, culturelles, économiques ou politiques qui y président et en découlent.

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Shaped by Nature, Forged by Art. Image, Object, Knowledge, and Commerce in Early Modern Europe”

forest

François Boucher, La Forêt, 1740, huile sur toile, 131 x 163 cm, Paris, Musée du Louvre.

Type : Journée d’étude
Date : 21 mai 2016
Lieu : Northwestern University, 1881 Sheridan Road, Evanston, IL
Sous la direction de : Claudia Swan

The often complex, always productive, and sometimes vexed relationship between nature and art is a central theme of early modern European culture and of artistic production in particular. Where, in a visual culture devoted to naturalism, does art begin and nature end? If mimicking nature is the most noble of artistic aims, what is the relationship between the generative powers of art and the fecundity of nature? Long the ape of nature, art vied with nature in the early modern era to the point of outstripping it—or at least trying.

Continuer la lecture

Presses Universitaires de Rennes : les dernières parutions

Les Presses Universitaires de Rennes ont connu un mois de juin riche en publications. L’histoire de l’art moderne y occupe une place importante, comme l’attestent ces quelques ouvrages parus, auxquels nous joignons les présentations de l’éditeur :

GLORIEUX, Guillaume, L’histoire de l’art : objet, sources et méthode, Rennes, P.U.R., 2015.

glorieuxAujourd’hui enseignée à l’université et depuis peu à l’école, au collège et au lycée, l’histoire de l’art est une discipline vivante, traversée de courants de pensée très divers, renouvelée par l’apport des sciences humaines et par les progrès récents des technologies. Pratique devenue scientifique et multiple, elle est aussi active dans la cité en favorisant une réflexion sur le patrimoine ou sur le pouvoir des images et leur interprétation.

 

 

LAFAGE, Gaëlle, Charles Le Brun décorateur de fêtes, Rennes, P.U.R., 2015.

lebrunLes décorations de fêtes ordonnées par Charles Le Brun donnent l’image la plus juste de ses recherches et de ses goûts. L’analyse des sources contemporaines et des images des décors permet de restituer ces ouvrages mais également de les replacer dans leur contexte. L’étude de ces célébrations et de leur réception offre une meilleure compréhension de ces créations exceptionnelles, tout en leur conférant la pérennité qu’elles méritent.
Préface : Jérôme de La Gorce.

CHROSCICKI, Juliusz A., HENGERER, Mark, SABATIER, Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle), Tome 3, Rennes, P.U.R., 2015.

funeraillesLes funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains, très variable d’un pays à l’autre, est révélatrive de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne.

Plus d’informations sur http://www.pur-editions.fr/

La toilette au XVIIIe siècle, entre hygiène et intimité

Au Musée Marmottan-Monet, l’exposition La Toilette. Naissance de l’intime (jusqu’au 5 juillet 2015), s’étend sur une large période, de la Renaissance jusqu’à nos jours. Deux salles, sur les six, sont consacrées à la peinture de la période moderne.

Anonyme (école de Fontainebleau), Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de la duchesse de Villars au bain, fin du XVIe siècle, huile sur toile, 63,5 × 84 cm, Montpellier, Musée Languedocien, collections de la Société archéologique de Montpellier.

Fig. 1 – Anonyme (école de Fontainebleau), Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de la duchesse de Villars au bain, fin du XVIe siècle, huile sur toile, 63,5 × 84 cm, Montpellier, Musée Languedocien, collections de la Société archéologique de Montpellier.

Nadeije Laneyrie-Dagen et Georges Vigarello, commissaires de l’exposition[1], mettent en évidence la rupture qui s’opère au début du XVIIe siècle. Les bains représentés durant la Renaissance, tel le Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et la Duchesse de Villars au bain (Fig. 1), disparaissent à l’orée du Grand Siècle au profit de la toilette sèche. Celle-ci s’effectue habillée, au moyen d’un linge blanc et de diverses poudres ou onguents. La Vue (femme à sa toilette) d’après Abraham Bosse (Fig. 2) est particulièrement représentative de ces nouvelles mœurs. Se déroulant dans la chambre, le moment est pensé comme un spectacle où les visiteurs sont conviés. Lors de la présentation de l’exposition, Nadeije Laneyrie-Dagen précise que « outre une véritable défiance vis-à-vis de l’eau, la dame de qualité ne peut plus être représentée nue ».

Abraham Bosse (d’après), La Vue (Femme à sa toilette), après 1635, huile sur toile, 104 × 137 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.

Fig. 2 – Abraham Bosse (d’après), La Vue (Femme à sa toilette), après 1635, huile sur toile, 104 × 137 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.

Fig. 3 - Salomon de Bray, Jeune femme nue, à mi-corps, en train de se peigner, ca. 1635, huile sur bois, 54 × 46 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, don de la Société des amis du Louvre en 1995.

Fig. 3 – Salomon de Bray, Jeune femme nue, à mi-corps, en train de se peigner, ca. 1635, huile sur bois, 54 × 46 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, don de la Société des amis du Louvre en 1995.

Car la nudité ne sied pas aux femmes du monde. La Jeune femme nue à mi-corps en train de se peigner de Salomon de Bray (Fig. 3) ne semble pas en être une. De même que La Femme à la puce de Georges de la Tour (Fig. 4) qui est une domestique, et peut donc être représentée ainsi. Le cadrage serré permet de donner au spectateur une sensation de proximité avec le modèle peint, impression qui est aussi recherchée par Nicolas Régnier dans la Vanité ou Jeune Femme à sa toilette (Fig. 5). Ici, la représentation intime prend la forme d’un jugement moral, de par l’apport de plusieurs objets propres à la symbolique des vanités qui lient la féminité à la coquetterie et à la mort.

 

C’est aussi dans la partie moderne que se trouve la seule représentation où un homme est le sujet principal. Gravure d’Adriaen Pietersz van de Venne, le Gentilhomme à sa toilette[2] côtoie, sur sa cimaise, une Jeune femme se coupant les ongles de Jacob Ochtervelt[3]. Elle est l’une des rares œuvres de la période à montrer des ustensiles destinés à une toilette humide : cependant, le nécessaire disposé sur le sol pour prendre un bain de pieds reste vide.

Georges de La Tour, La Femme à la puce, 1638, huile sur toile, 121 × 89 cm, Nancy, Musée Lorrain.

Fig. 4 – Georges de La Tour, La Femme à la puce, 1638, huile sur toile, 121 × 89 cm, Nancy, Musée Lorrain.

Nicolas Régnier, Vanité ou Jeune Femme à sa toilette, 1626, huile sur toile, 130 × 105,5 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

Fig. 5 – Nicolas Régnier, Vanité ou Jeune Femme à sa toilette, 1626, huile sur toile, 130 × 105,5 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

La pratique de l’ablution connaît un renouveau progressif dans la toilette au début du XVIIIe siècle. Ce dernier s’accompagne de l’apparition d’objets jusqu’alors inusités, comme en témoignent les eaux-fortes de Jean-Charles Delafosse montrant bidet et demi-baignoire italienne. La scène se privatise et le spectateur n’est plus convié, devenant ainsi voyeur dissimulé dans l’embrasure d’une porte ou d’un paravent. Dans les vitrines, des représentations de moments privés : sexualité et épilation. Utilisation grivoise d’un instant qui ne concerne que celui qui s’y consacre. La coquetterie reste souvent représentée : ainsi, dans la Dame à sa toilette ou La Mouche de François Boucher (Fig. 6), une femme s’apprête pour son amant, en regardant son portrait.

 

François Boucher, La Mouche ou Une dame à sa toilette, 1738, huile sur toile, 86,3 × 76,2 cm, collection particulière.

Fig. 6 – François Boucher, La Mouche ou Une dame à sa toilette, 1738, huile sur toile, 86,3 × 76,2 cm, collection particulière.

Nadeije Laneyrie-Dagen véhicule l’hypothèse que la forme ovale prise par les peintures à cette période atteste d’une nouvelle façon de voir l’intimité par des « trous de serrure ». Les quatre œuvres les plus remarquables de cette partie de l’exposition sont justement des ovales de Boucher, réunis pour la première fois. A l’origine, ils ornent le fumoir de Pierre Paul Louis Randon de Boisset[4] (1708-1776). L’Enfant gâté (Fig. 7) et La Gimblette (Fig. 8), œuvres innocentes, cachent sous leur cadre deux représentations crument érotiques : La Jupe relevée (Fig. 9) et La Femme qui pisse (Fig. 10). Les secondes, masquées, étaient probablement montrées aux seuls proches du propriétaire. Les sujets représentés et le procédé utilisé font de ces deux œuvres en paires, les ancêtres de la célèbre toile L’Origine du monde[5] de Courbet, originellement cachée sous Le château de Blonay[6].

François Boucher, La Gimblette, L'Oeil indiscret, L'Enfant gâté, La Jupe relevée, 1742 ? ou années 1760 ?, huile sur toile, 52,5 × 41,5 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle et coll. part.

Fig. 7, 8, 9, 10 – François Boucher, La Gimblette, La Femme qui pisse, L’Enfant gâté, La Jupe relevée, 1742 ? ou années 1760 ?, huile sur toile, 52,5 × 41,5 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle et coll. part.

Le spectateur observera également La Toilette de Jean-Baptiste Pater[7], propriété du Louvre ; la Jeune femme à sa toilette de François Eisen du musée d’Abbeville (Fig. 11) ; sans oublier le Lever de Fanchon de Nicolas-Bernard Lépicié (1770), habituellement exposé à Saint-Omer[8]. Ils rendent compte, chacun à leur manière, de moments d’intimité qui font de plus en plus partie de la vie quotidienne, comme le montrent aussi dans les vitrines les gravures de Nicolas-René Jollain – telles que Après le bain ou La Serviette qui côtoient les manuels de toilette de l’époque. La salle de bains gothique de Jean-Baptiste Mallet (Fig. 12) vient clôturer ce parcours effectué dans la période moderne : la toilette bénéficie désormais d’un espace privé dédié au sein duquel l’eau retrouve une place essentielle et où la femme jouit d’une solitude que seul l’œil du peintre a le privilège de venir troubler.

François Eisen, Jeune Femme à sa toilette, 1742, huile sur bois, 36,5 × 27,3 cm, Abbeville, musée Boucher-de-Perthes.

Fig. 11 – François Eisen, Jeune Femme à sa toilette, 1742, huile sur bois, 36,5 × 27,3 cm, Abbeville, musée Boucher-de-Perthes.

Jean-Baptiste Mallet, La Salle de bains gothique, 1810, huile sur bois, 40,5 × 32,5 cm, Dieppe, château-musée de Dieppe.

Fig. 12 – Jean-Baptiste Mallet, La Salle de bains gothique, 1810, huile sur bois, 40,5 × 32,5 cm, Dieppe, château-musée de Dieppe.

[1] Concernant les travaux des commissaires sur la thématique du corps et de la femme, nous pouvons citer : Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, 3 vol., Paris, Seuil, 2005, Georges Vigarello, Histoire de la beauté, Paris, Points, 2004 ; Georges Vigarello Le Propre et le sale, Paris, Seuil, 2013, ainsi que Nadeije Laneyrie-Dagen, L’Invention du corps, Paris, Flammarion, 2006.
[2] Adriaen Pietersz van de Venne, Gentilhomme à sa toilette, 1660, grisaille sur bois, 41 x 32 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts.
[3] Jacob Ochtervelt, Une jeune femme se coupant les ongles, vers 1670-1675, huile sur toile, 74,5 x 59 cm, Londres, The National Gallery.
[4] « On comparait la galerie de cet amateur à un sanctuaire, n’y était pas admis qui voulait. Les prières, les sollicitations restaient sans succès, près d’un homme froid, peu communicatif », dans Gault de Saint-Germain, Souvenirs de quelques amateurs du XVIIIe siècle, Ms 329, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, cité par C .Guichard, Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 216.
[5] Gustave Courbet, L’Origine du monde, 1866, huile sur toile, 46 x 55 cm, Paris, Musée d’Orsay.
[6] Gustave Courbet, Le Château de Blonay, c. 1875, huile sur toile, 46 x 55 cm, Budapest, Musée des Beaux-Arts.
[7] Jean-Baptiste Pater, La Toilette, première moitié du XVIIIe siècle, huile sur toile, 47 x 37,5 cm, Paris, Musée du Louvre.
[8] Nicolas-Bernard Lépicié, Le Lever de Fanchon, 1773, huile sur toile, 74 x 93 cm, Saint-Omer, Musée de l’Hôtel Sandelin.

Louvre : Offre de stage au département des Arts graphiques

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Objet du stage :

– Participation à la campagne de recherche et de documentation sur les dessins germaniques du département des Arts graphiques.
– Recherches bibliographiques et enrichissement des dossiers d’oeuvre ; rédaction de fiches techniques et de synthèse des connaissances sur chaque dessin.
– Etude des dessins et rédaction de notices synthétiques destinées à la base de données informatisées du département des Arts graphiques.

Profil recherché :

– Etudiant(e) en Histoire de l’art en Master 1 ou Master 2.
– Spécialisé(e) en art ancien (XVe-XVIIIe siècle).
– Très bonne connaissance de la langue allemande.

Modalités :

Candidature (CV + lettre de motivation) à envoyer à l’attention d’Hélène Grollemund, chargée d’exposition au département des Arts graphiques :
helene [point] grollemund [at] louvre [point] fr.

Appel à communication : Séminaire du GRHAM, 2015-2016

« Séminaire de recherche active en histoire de l’art moderne »

Au cours de ce séminaire mensuel, le GRHAM proposera à deux intervenants de venir exposer leurs recherches en cours, leurs questionnements ou leurs hypothèses de travail les plus récentes. Chaque intervenant pourra s’exprimer pendant une durée de vingt minutes. La séance sera ensuite consacrée à un débat sous la gouverne d’un discutant ainsi que d’un modérateur expérimenté.

Se voulant un organe d’aide à la réflexion, cet appel à communication s’adresse aux enseignants-chercheurs, aux conservateurs et professionnels du marché de l’art, ainsi qu’aux étudiants, à partir du M2.

Toutes les propositions de communication sont les bienvenues et seront attentivement examinées. Elles peuvent néanmoins être construites autour de l’un des axes suivants :

  • Du projet d’architecture au lieu de vie ou de représentation,
  • Textiles et vêtements : les enjeux de l’ornement,
  • Figures de l’oubli et de l’anonymat : trajectoires d’artistes,
  • Art et historicisme, le rapport de l’artiste au passé,
  • Ateliers, artisans et manufactures.

En 2015, le séminaire se déroulera de 18h à 20h à l’INHA aux dates suivantes :

  • Mardi 6 octobre,
  • Mardi 3 novembre,
  • Mardi 8 décembre.

Pour 2016, les dates du séminaire seront précisées ultérieurement.

Les intervenants choisis pour chaque séance s’engagent à envoyer le texte de leur communication, ainsi que les éventuelles images qu’ils souhaitent utiliser, dix jours avant le séminaire auquel ils participent, afin que le modérateur et le discutant puissent orienter au mieux le débat.

Les frais de transport en train (aller-retour à Paris) seront pris en charge par le GRHAM, sur une base forfaitaire, pour les intervenants résidant en France ou dans un pays limitrophe.

Les propositions de communication d’environ 300 mots, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, doivent parvenir au GRHAM avant le 30 mai 2015 à l’adresse suivante : asso.grham@gmail.com.

Séminaire : “Quand j’étais doctorant… Regards sur l’expérience de la thèse”

Invitation au séminaire «Quand j’étais doctorant… Regards sur l’expérience de la thèse »

Première séance : jeudi 19 février 2015 de 18h à 20h en salle Jullian à l’INHA, 2 rue Vivienne, 2e arrondissement, Paris.

Anicet Charles Gabriel Lemmonier, Lecture de la tragédie de Voltaire, l’Orphelin de la Chine, dans le salon de Mme Geoffrin en 1755, huile sur toile, 129 x 196cm, Rueil-Malmaison, Musée national du Château de Malmaison.

Anicet Charles Gabriel Lemmonier, Lecture de la tragédie de Voltaire, l’Orphelin de la Chine, dans le salon de Mme Geoffrin en 1755, huile sur toile, 129 x 196cm, Rueil-Malmaison, Musée national du Château de Malmaison.

“Le séminaire « Quand j’étais doctorant », organisé par le Salon XVIIe-XVIIIe siècles propose d’aborder une question aussi simple qu’évidente : l’expérience de la thèse. En invitant des docteurs et chercheurs de différentes générations à venir nous parler de la leur, nous espérons faire de ce séminaire un espace d’échange et d’émulation, à l’image d’un salon.

Ce séminaire sera l’occasion de soulever des questions, allant du plus pratique au plus conceptuel, qui animent actuellement les doctorants que nous sommes et animaient sans doute nos intervenants : l’angoisse de la page blanche, les regrets ou les déceptions, les problèmes méthodologiques rencontrés et surmontés…

Bien qu’il accueille des docteurs en art moderne, ce séminaire saura susciter l’intérêt des jeunes chercheurs de toutes disciplines et périodes en ce qu’il concerne une problématique que nous côtoyons tous : le « faire » même d’une thèse.”

La séance du 19 février aura pour thème « La thèse monographique », le séminaire recevra à cette occasion Alain Mérot (Professeur, Paris IV) et Francesco Guidoboni (Docteur, Paris 1). Bien qu’étant statutairement un séminaire doctoral, celui-ci est bien entendu ouvert à tous, notamment aux étudiants de M1 et M2.


Programme des séances suivantes jusqu’à juin 2015 (ces séminaires se déroulent toujours en salle Jullian de 18h à 20h) :

19 mars : “L’Art Religieux”
Frédéric Cousinié, professeur à l’Université de Rouen
Christine Gouzi, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
Sébastien Bontemps, docteur

14 avril : “L’histoire de l’art au coeur des sciences humaines”
Marie-Pauline Martin, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille
Emmanuelle Hénin, professeur à l’Université de Reims

28 mai : “La peinture du Nord”
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève
Xavier Paroutaud, ATER à l’Université de Grenoble

18 juin : “L’Architecture et le décor”
Sophie Mouquin, maître de conférences à l’Ecole du Louvre
Alexia Lebeurre, maître de conférences à l’Université de Bordeaux

Comité d’organisation : Lucille Calderini, Bastien Coulon, Lucile Roche, Charlotte Rousset.

 

 

 

Appel à communications : “Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700)”

Machine à compression. Daguin, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7e éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861. p. 324

Machine à compression. Daguin, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7e éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861. p. 324

Type : Colloque
Date limite pour envoyer une proposition : 20 avril 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 10 octobre 2015 – INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

La composante « Centre de recherche en préservation des biens culturels » de l’équipe d’accueil 4100 « Histoire culturelle et sociale de l’art » (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) organise le samedi 10 octobre 2015 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (Paris, 2, rue Vivienne, 2e arrondissement), un colloque consacré à « La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

La période qui s’étend de la fin du Moyen Age à la veille des Lumières voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Le but de cette journée consiste à s’interroger sur la manière dont la littérature de la technologie de l’art s’inscrit dans cette évolution globale des savoirs et de leur transmission durant cette époque.

Afin de mieux comprendre les modalités d’élaboration et de diffusion du savoir technologique dans le domaine artistique, ce colloque se propose d’aborder sans exclusive les thèmes suivants :

– Quelles sont les sources de l’information technologique (observations, textes, mise en pratique par des amateurs ou des professionnels) ?

– Quels sont les modes de transmission entre la source de l’information et son transcripteur transmission matérielle, orale ou écrite (ouvrages, lettres, notes) ?

– Quels sont les acteurs de cette transmission de l’information technologique (auteurs, copistes, lecteurs, utilisateurs) ?

– Comment ces textes technologiques ont-ils été conçus et dans quels buts (collection encyclopédique, expérimentation, usage quotidien, application pratique) ?

– Existe-il une mise en forme et une mise en mots de l’information propres aux écrits de la technologie de l’art ou bien sont-elles communes à plusieurs disciplines (arts, médecine, botanique, cosmétique, alchimie, minéralogie …) : par exemple, la récurrence du vocabulaire, les systèmes d’abréviations, la structuration en paragraphes, les annotations infratextuelles (notes, corrections, manicules, titres, numérotations) ?

– Que peuvent nous apprendre les analyses codicologiques et paléographiques de ces textes ?

– Quelle place les informations relevant de la technologie de l’art occupent-elles dans des ouvrages technologiques aux préoccupations plus vastes ou différentes ?

Pour répondre à ces questions, le centre de recherche en préservation des biens culturels souhaite réunir aussi bien des historiens de l’art, des sciences ou des techniques, que des conservateurs-restaurateurs, des conservateurs, des archivistes-paléographes, et des scientifiques du patrimoine. Les doctorants et jeunes chercheurs sont les bienvenus. Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les propositions de participation, d’un maximum de 500 mots, sont attendues au plus tard le 20 avril 2015 et sont à envoyer en français ou en anglais sous format Word en pièce jointe à l’une des adresses ci-dessous. La liste des propositions retenues sera communiquée début juin 2015.

Contacts :

Cécile Parmentier, doctorante à l’HiCSA – ED 441 Histoire de l’art
Cecile.Francois1@malix.univ-paris1.fr

Anne Servais, doctorante à l’HiCSA – ED 441 Histoire de l’art
a_servais@hotmail.com