Colloque : Antoine Galland et l’Orient des savants.

Philippe de Champaigne, Portrait présumé de Jean de Thévenot,  ca. 1660–63, huile sur toile, 23 ½ x 17 in., San Marino (E.U.),Huntington Library.
Philippe de Champaigne, Portrait présumé de Jean de Thévenot, ca. 1660–63, huile sur toile, 23 ½ x 17 in., San Marino (E.U.), Huntington Library.

Type : colloque.
Date : 03 et 04 décembre 2015.
Lieu : à l’Institut national des Langues et Civilisations orientales, Auditorium, et  à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Grande salle des séances du Palais de l’Institut de France.
A télécharger :  
le programme et le bulletin d’inscription.

Antoine Galland a ouvert une porte royale sur l’Orient par les connaissances qu’il a acquises au cours de ses voyages dans l’Empire Ottoman, par sa collecte de médailles et de manuscrits, ses travaux savants, son érudition et son talent d’écrivain dans la belle langue du tournant de 1700. Ses récits de voyageur éclairé, son Discours-Préface de la Bibliothèque orientale de d’Herbelot en 1694, les Mille et une nuits publiés de 1704 à 1717, les Paroles remarquables, sans oublier De l’origine et des progrès du café, toute son œuvre engage le XVIIIe siècle dans la découverte de la réalité des mondes arabe, turc et persan, puis fraye la voie vers une Asie plus lointaine.

Programme :

Jeudi 3 décembre 2015

Institut national des Langues et Civilisations orientales,
Auditorium
65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris

– Séance sous la présidence de Jean-Paul SERMAIN, professeur à l’Université de Paris III-Sorbonne nouvelle
10h00 : Ibrahim AKEL, chercheur INALCO : Quelques remarques sur la bibliothèque d’Antoine Galland et l’arrivée des Mille et Une Nuits en Occident.
10h30 : Sara YONTAN, conservatrice, chargée des collections turques à la Bibliothèque nationale de France : Antoine Galland, linguiste et turcologue.
11h00 : François LACHAUD, directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient : La réception des Mille et Une Nuits au Japon.
11h30 : Pause.

– Séance sous la présidence de Evanghelia STEAD, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin.
11h45 : Sylvette LARZUL, chercheur à l’Institut des mondes africains : La transmission de l’érudition orientaliste à la fin du XVIIe siècle : Les Paroles remarquables, les bons mots et les maximes des Orientaux d’Antoine Galland.
12h15 : Mathieu CHOCHOY, doctorant à l’École pratique des Hautes Études : Antoine Galland et François Pétis de la Croix.

– Séance sous la présidence de Raymonde ROBERT, professeur émérite à l’Université de Lorraine.
15h00 : Marion DUVAUCHEL, docteur en philosophie, enseignante : L’orientalisme savant et ce qu’il doit à Barthélemy d’Herbelot et à Antoine Galland.
15h30 : Christiane DAMIEN, doctorante en Études arabes à l’Université de Sao Paulo (USP), Brésil : Le surnaturel et le magique dans les contes orphelins.
16h00 : Pause.

– Séance sous la présidence de Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, directeur de recherche émérite au CNRS.
16h15 : Evanghelia STEAD, professeur de Littérature comparée à l’Université de Versailles-Saint-Quentin : Antoine Galland, auteur du « Chef d’œuvre invisible » ? Sur quelques traits et astuces d’inventeur.
16h45 : Roberta DENARO, maître de conférences à l’Université de Naples « l’Orientale » : « La délicatesse de notre langue et de notre temps » : Gallandian censorship in the Arabian Nights.

Vendredi 4 décembre 2015

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,
Grande salle des séances
Palais de l’Institut – 23, quai de Conti, 75006 Paris

– Séance sous la présidence de Jean-Pierre MAHE, membre de l’AIBL, Président de la Société asiatique.
10h00 : Raymonde ROBERT, professeur émérite à l’Université de Lorraine : Les Paroles remarquables […] des Orientaux ou L’art d’apprivoiser l’exotisme sans en atténuer l’étrangeté.
10h30 : Raphaëlle MERLE, doctorante à l’Université Paris Ouest, et Maxime Georges MÉTRAUX, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne : Antiquarisme et découverte de l’altérité : le voyage savant en Orient d’Antoine Galland à la dynastie des Fourmont.
11h00 : Pause.

– Séance sous la présidence de Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique.
11h15 : Guy MEYER, docteur en histoire : Antoine Galland antiquaire : l’apport de ses voyages au Levant.
11h45 : Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, directeur de recherche émérite au CNRS : Le traité du café.

– 15h30 : Séance de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sous la présidence de Robert MARTIN, Président de l’AIBL.
Corinne THÉPAUT-CABASSET, chercheur associé à l’Université de Copenhague, sous le patronage de M. Jean-Pierre Mahé, membre de l’AIBL, Président de la Société asiatique : Un autre témoin de Galland en Orient : le sieur de La Croix.
Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique : Du persan au sanscrit, la découverte de la philosophie de l’Inde.
Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique : Conclusion.

Conférence PatriNat : Exposer le savoir scientifique.

patrinat_affiche4_rvb
Type : Séminaire.
Date : 21 octobre 2015.
Lieu : MNHN, Petit amphithéâtre d’entomologie (45 rue Buffon, 75005 Paris).
Programme :
Cindy Lim : « Mémoire muséographique d’une collection universitaire. »

 

La collection de Zoologie de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris constitue un patrimoine universitaire, hérité de l’ancienne Sorbonne, qui tend vers une reconnaissance aussi bien au niveau national qu’international. Dans ce sens, cet ensemble d’objets d’indéniable valeur scientifique présente un intérêt double : celui de son ancrage historique dans l’enseignement de la biologie animale en France dans un domaine universitaire et celui de l’usage d’un ensemble cohérent muséographié de divers items (spécimens collectés, illustrations et affiches réalisées par ou pour les enseignants) comme support pédagogique. Dans le contexte particulier d’un déménagement prévu dans moins d’un an, la mémoire en images de ce musée pédagogique, agencé au courant des années 1960, a été réalisée dans le contexte du programme PatriNat (Patrimonialisation du savoir naturaliste). Cet archivage visuel des espaces et des supports permettra de garder une trace de ce qui était la collection de Zoologie à une période de l’histoire où la connaissance profonde du monde animal était indispensable à la formation des biologistes. Grâce à ce travail, le discours scientifique structurant l’organisation des salles, peut être obsolète mais significatif pour l’histoire des sciences, ainsi que les techniques muséographiques mises à l’œuvre pour le rendre compréhensible pourront être analysés à tout instant. Lors de cette intervention, plusieurs vitrines du musée pédagogique de Zoologie seront illustrées et commentées.

Maxime-Georges Métraux : « De la peinture d’histoire à l’illustration scientifique : Nicolas Maréchal (1753-1802) et le Muséum national d’histoire naturelle. »

Formé par le peintre Nicolas-Guy Brenet (1728-1792), Nicolas Maréchal s’est spécialisé dans la représentation de la faune et de la flore. Frère du poète et apologiste révolutionnaire, Sylvain Maréchal (1750-1803), il est recruté par le Museum nationale d’Histoire naturelle en tant que peintre zoologiste à partir de l’an III (1794-1795). Alliant sens de l’observation et maîtrise du dessin, cet artiste est chargé avec les frères Redouté de compléter la collection des vélins. Collaborateur régulier de Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), Nicolas Maréchal entretient également des relations professionnelles et amicales avec Georges Cuvier (1769-1832), René Louiche Desfontaines (1750-1833) et Joseph-Philippe-François Deleuze (1753-1835). Technicien enthousiaste et rigoureux, sa pratique des arts graphiques s’accompagne d’une véritable activité de naturaliste.

A partir d’archives inédites, cette communication proposera une première étude et contextualisation de l’œuvre de Nicolas Maréchal. Elle permettra également de s’interroger sur la place et la fonction de l’imagerie scientifique à la fin du XVIIIe siècle. Loin d’être de simples figurations, la plupart de ces images ne sont pas seulement un dérivé ou une illustration mais le support actif d’un processus intellectuel.

Carole Rabiller : « Inventer et Sculpter le dinosaure. »

En 1852, pour la première fois, des sculptures de dinosaures sont commandées, afin d’agrémenter le parc du nouvel emplacement du Crystal Palace, suite à la fermeture de l’Exposition universelle de Londres en 1851. Dévoilées au public en 1854, elles sont le fruit de la collaboration entre l’artiste Benjamin Waterhouse Hawkins (1807–1894) et le paléontologue Sir Richard Owen (1804-1892). Ces sculptures vont nous permettre de suivre les grandes lignes de l’évolution de l’imaginaire littéraire populaire et des recherches scientifiques contemporaines sur ces « lézard terriblement grands » (« fearfully great lizards ») au XIXe siècle afin de comprendre comment Benjamin Waterhouse Hawkins donne « chair » à la vision de Richard Owen.

Avec le soutien des institutions suivantes :
  • Bibliothèque nationale de France (BnF).
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
  • Muséum national d’histoire naturelle (MNHN).
  • Sorbonne Universités.
  • Université Paris-Sorbonne.
  • Université Pierre et Marie Curie (UPMC).

Journée d’étude : « Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

Sans titre

Type : Journée d’étude.
Date : samedi 10 octobre 2015.
Lieu :  salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Cette journée est organisée par le Centre de recherche en préservation des biens culturels (CRPBC), composante de l’équipe d’accueil 4100 – Histoire culturelle et sociale de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne. Elle sera consacrée à la littérature de la technologie de l’art en Europe entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle, époque qui voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Sont parvenus jusqu’à nous un grand nombre d’écrits technologiques relevant du domaine proprement artistique, datant de cette période, qu’il s’agisse de recueils de recettes, de manuels ou de traités. Ils constituent aujourd’hui une source privilégiée pour mieux comprendre comment les objets que nous considérons aujourd’hui comme des oeuvres d’art, ont été fabriqués. Une lecture naïve de ces textes technologiques pourrait laisser penser qu’il s’agit simplement d’ouvrages rédigés par des artistes ou artisans, dans lesquels ces derniers auraient voulu consigner leur savoir-faire afin de le transmettre à d’autres artistes. En analysant notamment les modalités d’élaboration et de transmission de certains de ces écrits, ce colloque montrera que la question est bien plus complexe. Qui sont les auteurs de ces textes : s’agit-il de praticiens expérimentés, d’amateurs ou encore d’érudits cherchant à faire oeuvre encyclopédique ? D’où vient le savoir technologique ainsi véhiculé : de leur expérience artistique personnelle, de leur observation de la pratique d’artistes, de la lecture d’ouvrages plus anciens ou contemporains ? Dans quel but ces textes ont-ils été mis par écrit : comme simple aide-mémoire à des fins personnelles, en tant que manuel d’atelier ou bien pour une diffusion plus large, notamment via l’imprimé, destinée à un lectorat plus vaste ? De quelle manière la chaîne de transmission de ces écrits a-t-elle pu modifier leur contenu et quels liens de parenté, plus ou moins éloignée, peut-on établir entre certains de ces ouvrages ? En tentant de répondre à ces questions, c’est donc le statut même de ces textes que ce colloque se propose d’interroger afin mieux le cerner.

Programme :

9h50 : Introduction : Anne SERVAIS.

Les livres de recettes, un genre de la littérature technologique ?

modérateur : Cécile PARMENTIER.

10h, Sandro BARONI, Fondazione Maimeri, Milan, Simona RINALDI, Università degli Studi della Tuscia-Viterbo, Paola TRAVAGLIO, DAStU-Dipartimento di Architettura e Studi Urbani, Politecnico di Milano, Formation, transmission and genres in the recipe books of art technology between the Middles Ages and the 18th century : new proposals for analysis and interpretation.

10h30 : Sylvie NEVEN, Fonds de la Recherche Scientifique – FNR, Le savoir (art-)technologique dans la littérature des recettes en Europe du Nord (1400-1600) : élaboration – utilisation – transmission.

11h : Discussion.

11h20 : Pause.

Ecrire sa pratique artistique : les peintres auteurs de manuscrits technologiques.

modérateur : Claire BÉTELU.

11h40 : Lara BROECKE, restauratrice, diplômée du Hamilton Kerr Institute, Cambridge, Truth and intention in the ‘Libro dell’Arte’.

12h10:  Tilly LAASER, Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart, Friedrich Brentel the Elder – Artist, author, teacher.

12h40 : Discussion.

13h : Pause déjeuner.

Une littérature technologique méthodique : collecte et transmission.

modérateur : Alfredo VEGA CARDENAS.

14h30 : Cécile PARMENTIER, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Le Ms Sloane 2052 (British Museum) : accéder à un savoir technologique par une approche pré-scientifique.

15h : Annemie LEEMANS, University of Kent – Universidade do Porto, Contextualization of England’s first printed source about limming : a book historical study of ‘A Very Proper Treatrise (1573).

15h30 : Maxime Georges MÉTRAUX, Université Paris IV – Sorbonne, Savoir et transmission des techniques de la gravure sur bois dans l’oeuvre de Jean-Michel Papillon (1698-1776).

16h : Discussion.

16h20 : Pause.

Quelles sources pour la recherche sur la technologie de l’art ?

modérateur : William WHITNEY.

16h40 : Ad STIJNMAN, Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, The ‘Art Technological Research’ Working Group and the Dissemination of Information on Art Technology.

17h10 : Discussion.

17h30 : Conclusion – Thierry LALOT.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search