Archives par étiquette : Maurice-Quentin de la Tour

Exposition : « En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles ».

Maurice Quentin de La Tour, Jeanne Antoinette Lenormant d’Étiolles, marquise de Pompadour (1721-1764). Entre 1752 et 1755. Salon de 1755. Pastel et rehauts de gouache sur au moins huit feuilles de papier bleu dont un empiècement pour le visage, collées en plein sur une toile tendue sur châssis. 178,5 x 131 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Laurent Chastel

Le Musée du Louvre présente jusqu’au 10 septembre 2018 une exposition de plus de cents pastels de issus de ses propresfonds, qui rappelle la richesse sans égalede cette collection de pastels du XVIIe et du XVIIIe siècles. L’exposition est ainsi l’occasion de montrer une sélection d’œuvres qui ont été restauréesrécemmentgrâce au mécénat des American Friends of the Louvre. La campagne de restauration, qui a durée plusieurs années, a permis un travail très poussé: démontagedes œuvres pour entreprendre une action de dépoussiérage et enlèvement de la moisissure. Cela a donné lieu à plusieurs découvertes et à la proposition de nouvelles attributions. Continuer la lecture

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.