Archives par étiquette : Matthieu Lett

Mise en ligne de la base de données Art et Démocratie: Les débats liés aux arts du dessin entre 1789 et 1792 (UNIL).

Anonyme, “Les Arts sortant du temple du Gout vont faire leur petition à l’Assemblée nationale : il y a encore de grands artistes, mais la frivolité, le luxe, les modes font dégénerer les talens, et s’il n’arrive une heureuse revolution, le dieu du goût ne sera plus, comme on le voit ici, qu’un histrion entouré d’un vil cortège”, 1791, eau-forte, 22,5 x 37 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (16)-FT 4

Base de données constituée par Desmond-Bryan Kraege, Matthieu Lett et Sibylle Menal sous la direction de Christian Michel.

La base de données du projet « L’art et la démocratie, la naissance d’une question. Les réflexions sur la place et le statut des arts du dessin (juillet 1789 – août 1792) » contient l’ensemble des écrits consacrés aux arts du dessin (peinture, sculpture et gravure) dans les premières années de la Révolution française que nous connaissons. Ils sont classés respectivement par ordre chronologique et par auteurs sous les onglets corpus et auteurs.

Sur cette base, toutes les institutions monarchiques, sur lesquelles reposait le système des arts sous l’Ancien Régime, doivent être repensées et réformées. Ce sont pendant ces années qu’apparaissent des questions qui sont toujours d’actualité : la définition de l’artiste par rapport au praticien ou à l’artisan, la nécessité ou non d’un enseignement artistique, la forme que celui-ci doit prendre, la façon dont doivent être passées les commandes publiques, le droit des artistes sur la diffusion de reproductions de leurs œuvres, doivent désormais être fondés sur la raison et être compatible avec la liberté et l’égalité des droits.

Plus d’une centaine de textes, les uns sous la forme de pamphlets, les autres profondément raisonnés, sont écrits et publiés pendant les trois années qui séparent la revendication de la souveraineté populaire lors du Serment du jeu de paume en juin 1789 et la chute de la monarchie le 10 août 1792. Les plus importants sont les différents projets élaborés entre octobre 1790 et juin 1791. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement méconnus, ils constituent les fondements, ou, tout au moins, les premières manifestations des arguments qui depuis alimentent les débats récurrents sur l’enseignement artistique, sur la place que doivent tenir les institutions d’État dans le développement des arts, sur l’intérêt économique qu’il y a à encourager les arts du dessin.

Pour accéder à  la base sur le site de l’Université de Lausanne, cliquez sur ce lien https://catima.unil.ch/art-democratie/fr.

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Colloque : “Du corpus à l’exégèse : Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes “

Simon Vouet, Saint Louis enlevé au ciel, 1642 - 1643, huile sur toile, 278 x 176, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Simon Vouet, Saint Louis enlevé au ciel, 1642 – 1643, huile sur toile, 278 x 176, Rouen, musée des Beaux-Arts.

 

Type : Colloque

Date : 10 et 11 décembre 2015

Lieu : Rouen, Auditorium du Musée des Beaux-Arts

Organisation : Frédéric Cousinié (Université de Rouen – Groupe Recherche Histoire EA 3831), en association avec Sylvain Amic (Musée des Beaux-Arts de Rouen), et avec le concours de Rouen Métropole.

Présentation

« Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes », est le titre générique d’un cycle de trois colloques, organisé entre 2014 et 2016, par l’Université de Rouen (GRHIS) et ses partenaires, avec le soutien de Rouen-Métropole.

Ces rencontres rassemblent des intervenants – doctorants, conservateurs et universitaires confirmés – dont les travaux portent sur des études de cas exemplaires envisagés dans le cadre d’une approche interprétative : théories et pratiques anciennes de l’interprétation ; questions iconographiques et iconologiques ; approches contextuelles interdisciplinaires ; lectures plus théoriques d’ordre herméneutique ou exégétique s’interrogeant, notamment, sur les questions liées à l’intentionnalité ou à la réception. Les situations régionales sont considérées avec attention, mais dans une prise en compte, obligée au XVIIe siècle, des interactions permanentes entre provinces, Paris, mais aussi grandes capitales européennes (de Rome à Anvers via Madrid ou Londres), entre lesquelles pouvaient se déplacer œuvres et artistes français ou étrangers œuvrant en France.

Après un premier volet qui a pris place à Rouen en novembre 2014 et portait sur les sources interprétatives et les modes interprétatifs historiquement attestés (« Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation au XVIIe siècle »), le second volet intitulé « Trajets de l’interprétation » (voir ci-dessous), se déroulera en décembre prochain à Rouen. Le dernier volet, en 2016, portera sur « Les fins de l’interprétation – Construire le sens ; Suffisance et insuffisances du sens). L’ensemble des actes donnera lieu à publication.

Ce projet est réalisé dans le cadre d’un partenariat et d’un comité scientifique élargi où ont été associés universitaires et conservateurs, l’Institut national d’histoire de l’art, l’Institut allemand d’histoire de l’art et l’Académie de France à Rome.

Comité scientifique élargi : Olivier Bonfait (Université de Dijon) ; Michèle-Caroline Heck (Université Paul Valéry, Montpellier) ; Marianne Cojannot-Leblanc (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) ; Emmanuelle Hénin (Université de Reims) ; Pierre Ickowicz (Musée de Dieppe) ; Pascal Julien (Université de Toulouse-Le Mirail) ; Guillaume Kazerouni (Musée de Rennes) ; Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) ; Annick Lemoine (Académie de France à Rome) ; Anne Le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) ; Jacqueline Lichtenstein (Université de Paris IV) ; Philippe Luez (Musée de Port-Royal) ; Alain Mérot (Université de Paris IV Sorbonne) ; Colette Nativel (Université de Paris I) ; Véronique Meyer (Université de Poitiers) ; Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre) ; Bruno Nassim Aboudrar (Université de Paris III) ; Patrick Ramade (Musée de Caen) ; François Trémolières (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) ; Hendrik Ziegler (Université de Reims).

Argument

L’interprétation peut, de façon originaire, être comprise avant tout comme relations et trajets : ceux d’Hermès en tant qu’herméneute fondateur.

L’interprétation serait ainsi mise en rapport d’une œuvre non seulement avec d’éventuelles « sources » textuelles et visuelles (question abordée lors du premier colloque de 2014), mais également : avec elle-même, dans un nécessaire « retour à l’œuvre » ; avec le contexte matériel, perceptif et conceptuel plus ou moins étendu qui est le sien et qui la constitue ; avec un certain nombre d’acteurs qui suscitent, produisent ou reçoivent l’interprétation.

Nous privilégions, pour ces journées, deux directions de recherche.

A/ L’œuvre comme lieu et forme d’interprétation

Revenir à l’œuvre serait reconduire à une lecture interne de celle-ci : de la critique génétique et de l’étude du processus créateur (intégrant études matérielles et techniques), à l’analyse de l’ensemble des éléments et de l’organisation en réseaux des différents signes, motifs, thèmes.

Ce serait aussi s’interroger sur ce qui inquiète nécessairement la détermination même de l’œuvre à interpréter :

  • L’unité même qui est celle de l’interprétation : un tableau déterminé ou bien un ensemble d’œuvres dont la démultiplication transforme l’interprétation ? Pensons au cas des pendants, des cycles, des copies, des variantes, des réinterprétations successives, ou encore des gravures de reproduction et de leur diffusion dans une perspective quantitative mise au service de l’interprétation ;
  • Le contexte matériel et spatial dans lequel l’œuvre, ou un ensemble d’œuvres, se livre à la perception et à l’interprétation : tableau intégré dans une structure monumentale, contexte spatial originaire ou ultérieur, effets négatifs ou positifs de la décontextualisation muséale, transformations matérielles de l’œuvre par le temps, les dégradations, etc. ;
  • Le statut (« haut » ou « bas »), le genre (de la peinture d’histoire narrative à la nature morte, la peinture de genre ou de paysages « sans sujet » mais pas pour autant sans sens), les catégorisations possibles (peinture profane, peinture sacrée), dont relève l’œuvre étudiée et qui suscitent là encore des modes et des niveaux d’interprétation distincts.

B/ Les acteurs comme vecteurs de l’interprétation

Nombre d’acteurs sont impliqués dans la production, la réception, la création, recréation ou transformation du sens par l’interprétation, et en premier lieu le couple auteur(s) (ou le réseau d’intervenants) / commanditaire(s).

Quelles relations établir, notamment, entre œuvre et « programme » dans le cas du destinataire ; ou bien entre œuvre et « biographie » de l’auteur, son « intériorité », sa « subjectivité », ou, en termes plus modernes, son « intentionnalité » : qu’elle soit réelle, fictive, déclarée, consciente ou non, décisive ou secondaire. Le travail second de l’interprète serait-il ainsi simple mise au jour de l’interprétation antérieure qui est donnée comme étant celle de l’artiste ou du commanditaire ? Ou bien est-elle interprétation d’interprétation, articulation d’interprétations successives ?

Au-delà de ce couple fondateur, en quoi et comment le « spectateur », le « public » (actuel, à venir, idéal, de quel milieu, avec quel accès possible à l’œuvre ?), reçoit-il ou contribue-t-il à élaborer, dans une « lecture créative », la signification ?

Ce sont ici toutes les questions, désormais communes, liées à la réception de l’œuvre, à son horizon d’attente effectif ou implicite, à l’habitus, à la mentalité ou vision du monde d’une époque, etc. Il pourrait s’agir, plus précisément, de revenir sur « l’équipement », les compétences et les circonstances matérielles et perceptives, culturelles, morales, intellectuelles, qui rendent aptes à recevoir ou rejeter, interpréter, utiliser, une œuvre.

Sans doute faudrait-il aussi prendre en compte les différents niveaux et hiérarchies de sens ; leur possible extension (c’est la possibilité d’une généralisation, d’une exemplarité) ; la variabilité de la signification à la fois sociale, temporelle, géographique. Mais aussi les variations liées aux différents statuts des images, voire à la polysémie, à l’indétermination, aux concurrences, à l’ouverture, sinon à l’infinité du sens d’œuvres dont la fonction serait moins référentielle (informer sur, renvoyer à, dénoter ou connoter), que poétique (ouvrir sur).

Programme

Jeudi 10 décembre

9h30 – Accueil des intervenants – Introduction Frédéric Cousinié (Université de Rouen)

Modérateur : Mickael Szanto (Université de Paris-Sorbonne IV)

  • 10h00 – Charlotte Roussel (Université de Paris I), « L’entrée royale de Marie de Médicis à Avignon en 1600, ou l’influence de la littérature emblématique dans la construction d’un discours visuel éloquent ».
  • 10h45 – Ludovic Jouvet (Université de Bourgogne), « L’allégorie de la peinture dans la médaille du XVIIe siècle ».
  • 11h30 – Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain la Neuve), « L’application des sens à la peinture religieuse du XVIIe siècle ».

12h30 – Déjeuner

Modérateur : Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain la Neuve)

  • 14h00 – Lucile Roche (Université de Paris I), « Bénédiction ou création ? L’ambiguïté du geste de Dieu le Père dans la peinture religieuse du XVIIe siècle ».
  • 14h45 – Guillaume Kazerouni (Musée de Rennes), « Les tableaux de l’abbé Desjardins : retables des églises de Paris au Canada ».

15h30 – Pause

  • 16h00 – Cécile Vincent-Cassay (Université Paris 13-Sorbonne Nouvelle), « À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella à la collégiale de Pastrana ».
  • 16h45 – Sheila McTighe (The Courtauld Institute of Art), « De Claude Lorrain à Rubens : Le motif de ‘l’homme qui tire’ et une défense de l’image ‘tirée sur le vif’ ».

Vendredi 11 décembre

Modératrice : Cécile Vincent-Cassay (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité)

  • 9h30 – Véronique Meyer (Université de Poitiers), « Autour de Jean Pesne ».
  • 10h15 – Arnaud Brejon de Lavergnée, « Du titre à l’interprétation : Simon Vouet en Italie (1613-1627)».

11h00 – Pause

  • 11h30 – Johannes Schwabe (Université Humboldt, Berlin/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Louis XIV, Minerve ou Alexandre ? Henri Testelin et l’interprétation de l’iconographie royale ».

12h30 – Déjeuner

Modérateur : Arnaud Brejon de Lavergnée

  • 14h00 – Matthieu Lett (Université de Lausanne), « Les tableaux mythologiques de Trianon à l’épreuve de l’interprétation ».
  • 14h45 – Mickael Szanto (Université de Paris-Sorbonne IV), « Poussin interprété. Paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé (Francfort-sur-le-Main) ».
  • 15h30 – Alain Mérot (Université de Paris-Sorbonne IV), « Interpréter L’Hiver ou le Déluge de Nicolas Poussin ».