Archives par étiquette : Massimiliano Soldani Benzi

Ventes Sotheby’s du mois de décembre

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

La vente Sotheby’s du 8 décembre à Londres (« An Italian Aristocratic Collection », 14h) compte, parmi les lots présentés, une remarquable pièce en porcelaine de Doccia représentant trois putti avec un tigre (lot 78 estimé entre 60 000 et 100 000 £). Le modèle est réalisé par Gaspero Brusci (actif entre 1737 et 1778). Elève du sculpteur Girolamo Ticciati, Brusci est associé à la Manufacture de Doccia de son établissement à son apogée, par le marquis Carlo Ginori (Florence, 1702 – Livourne, 1757) qui en fait son chef-modeleur dès 1737. Créée à cette date, la manufacture de Doccia acquiert rapidement une dimension industrielle. En 1741 elle obtient le monopole pour la production des porcelaines en Toscane et fournit les services de table destinés aux résidences grand-ducales. A la même époque, la Manufacture de Vincennes voit le jour, grâce au soutien de Louis XV et de Madame de Pompadour, afin de concurrencer les productions de Chantilly et de Meissen (où est fondée en 1710 la première manufacture de porcelaine d’Europe, grâce à la persévérance du prince électeur de Saxe Auguste le Fort). Transférée à Sèvres en 1756, puis rattachée à la Couronne en 1759, la Manufacture de Sèvres maîtrisera enfin – après de nombreux essais infructueux – la porcelaine dure grâce à la découverte d’un gisement de kaolin à Saint-Yrieix-la-Perche (près de Limoges) et en commencera la commercialisera à partir de 1770.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

La vente Sotheby’s du 10 décembre (« Winter Collection », 10h30) comporte aussi une belle pièce de porcelaine de la Manufacture de Doccia (lot n° 65 estimé entre 100 000 et 125 000 £) d’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (Montevarchi, 1656 – 1740). Ce dernier fut employé durant toute sa carrière par les Médicis ; il devint directeur de l’hôtel des Monnaies avec un atelier aux Offices, où il produisit médailles, reliefs en bronze, figures et bustes d’après l’antique. A sa mort, ses héritiers vendirent les moules en cire au marquis Carlo Ginori permettant ainsi à Gaspero Brusci de les adapter pour la production de la Manufacture de Doccia.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Le lot n° 103 (évalué entre 40 000 et 60 000 £) présente un Belle Laitière de Carmontelle (Paris, 1717 – 1806) qui a la particularité de montrer la figure de trois quart et non de profil, comme le veut la pratique habituelle de l’artiste. Lecteur du Duc de Chartres dans la maison du Duc d’Orléans, Carmontelle réalisa plus de 750 portraits – comme celui de la laitière – qu’il réunit dans onze albums. Il gardait néanmoins les originaux pour en produire des répliques à la demande. La majorité de ces portraits sont aujourd’hui au Musée Condé de Chantilly, à l’exception de quelques feuilles – dont La Belle Laitière – qui sont restées aux mains de la famille et apparues sur le marché à partir des années 1990.

Florence Fesneau

Colloque : The Matter of Mimesis. Studies on mimesis and materials in nature, art and science.

Nicolas Maréchal, Coupe d’un tronc d’arbre, 1793, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d'Histoire Naturelle.

Nicolas Maréchal, Coupe d’un tronc d’arbre,
1793, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle.

Type : colloque.
Date : 17 et 18 décembre 2015.
Lieu : CRASSH, Cambridge.

This interdisciplinary conference aims to bring together scholars from the sciences, social sciences and humanities in order to address material practices of mimesis. Aristotle, in one of the first definitions of the concept, argues that mimesis, or the imitation of nature, refers to both form and material. Thus far, scholarship has mostly focused on the role of form in mimetic practices, while the mimetic role of materials, despite the many disciplines in which these are central to making and knowing, remains significantly understudied.

Continuer la lecture