Archives par étiquette : Marine Roberton

Colloque international du GRHAM : “Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe” // “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Type : colloque international.
Dates de l’événement : 14 et 15 juin 2022.
Lieu : Salle Vasari, 1er étage, INHA, Paris.

PROGRAMME

14 juin 2022

9h30 Accueil

10h00 Introduction
Marine ROBERTON, doctorante Histoire de l’art moderne, UParis 1 Panthéon-Sorbonne
Charlotte ROUSSET, doctorante ATER Histoire de l’art moderne, IRHiS, ULille

10h15 Conférence d’ouverture
Aurélie PRÉVOST, docteure Histoire moderne, ULumières Lyon 2, membre associée du CRULH
Représenter et critiquer l’Amitié exposée aux Salons (XVIIIe siècle) : une question sociale et politique ?

Discussion

Continuer la lecture

“Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire” : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture