Archives par étiquette : marine

Publication : La liasse et la plume Les bureaux du secrétariat d’État de la Marine (1669-1792)

Jörg Ulbert et Sylviane Llinares (dir.), La liasse et la plume, Presses universitaires de Rennes, 2017.

En 1669 est créée la charge de secrétaire d’État de la Marine. Son premier titulaire, Jean-Baptiste Colbert, se met à construire une administration centrale. Le nouveau département croît rapidement. À mesure que l’effectif des commis affectés à la gestion des affaires de Marine augmente, des subdivisions, les « bureaux », sont mises en place. Ces derniers sont eux-mêmes divisés en « détails », qui forment le dernier maillon de la chaîne administrative. Le nombre des bureaux s’adapte à l’évolution des besoins. On en ouvre, d’autres sont supprimés ou fusionnent pour donner naissance à de nouvelles entités. Cette subdivision en bureaux persiste jusqu’en 1786, année où Castries réorganise les branches existantes en quatre grandes directions. Les contributions réunies dans ce volume s’intéressent à cette évolution de l’administration centrale de la Marine de 1669 à la Révolution. Elles se penchent également sur les tâches quotidiennes des hommes qui y travaillent, sur leur environnement matériel, ainsi que sur leur recrutement et leurs carrières.

Plus d’information sur http://s www.pur-editions.fr

Publication : Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740.

HANNA Mark G., Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740, Chapel Hill, UNC Press, novembre 2015, 464 p.

HANNA Mark G., Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740, Chapel Hill, UNC Press, novembre 2015, 464 p.

Présentation de l’éditeur :

Analyzing the rise and subsequent fall of international piracy from the perspective of colonial hinterlands, Mark G. Hanna explores the often overt support of sea marauders in maritime communities from the inception of England’s burgeoning empire in the 1570s to its administrative consolidation by the 1740s. Although traditionally depicted as swashbuckling adventurers on the high seas, pirates played a crucial role on land. Far from a hindrance to trade, their enterprises contributed to commercial development and to the economic infrastructure of port towns.

English piracy and unregulated privateering flourished in the Pacific, the Caribbean, and the Indian Ocean because of merchant elites’ active support in the North American colonies. Sea marauders represented a real as well as a symbolic challenge to legal and commercial policies formulated by distant and ineffectual administrative bodies that undermined the financial prosperity and defense of the colonies. Departing from previous understandings of deep-sea marauding, this study reveals the full scope of pirates’ activities in relation to the landed communities that they serviced and their impact on patterns of development that formed early America and the British Empire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.