Archives par étiquette : Marie-Antoinette

Journée d’étude : Versailles in the World 1660-1789.

D'après Charles Le Brun, Les différentes nations de l'Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : 29 janvier 2016.
Lieu : NYU, Jurow Hall, Silver Center, Washington Square Campus.
Sous la direction de : Jeffrey Collins, Meredith Martin et Robert Wellington.

Versailles is often seen as the epitome of “Frenchness,” yet the palace and its contents were profoundly shaped by encounters with people and objects from around the world. This symposium builds upon recent colloquia and exhibitions such as La Chine à Versailles: art et diplomatie au XVIIIe siècle (2014) and Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 (2014) to emphasize the international character of Versailles between the reigns of Louis XIV and Louis XVI and to situate its art and architecture in a global context.

The day-long public event at the Washington Square Campus of NYU brings together an international group of scholars to explore connections between Versailles and a wide variety of geographical regions and cultures, from Thailand to Tunisia to Dutch Brazil. Papers focus on a range of visual and material culture that relates to cross-cultural exchanges at Versailles in the late seventeenth and eighteenth centuries, including the depiction of ambassadorial visits to the palace; gifts to and from the French Court; objects and images made for Versailles and its inhabitants that depict non-European cultures or reveal cross-cultural resonances; exoticism and fashion; and examples of art and architecture made outside of Europe that were inspired by Versailles.

Versailles in the World, 1660-1789 is timed to coincide with the preparation of a major exhibition on the foreign visitor at Versailles that will open at the Metropolitan Museum of Art in May 2017. It has been made possible through the generous support of New York University, Bard Graduate Center, and The Metropolitan Museum of Art.

Programme :

10:00AM
Welcome and Opening Remarks : Versailles as a Site of Global Exchange
Meredith Martin, New York University.

10:15AM
Curators Daniëlle Kisluk-Grosheide (Metropolitan Museum) and Bertrand Rondot (Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon) discuss their upcoming exhibition Visitors to Versailles, 1682-1789.

11:00AM – 12:30PM
Session I. Diplomatic Gifts and the French Court.

Mediating Spaces: Dutch Brazil at the French Court.
Carrie Anderson, Middlebury College.

From Versailles to Nouvelle France : French ‘Indian Peace Medals’ of the Eighteenth Century.
Robert Wellington, Australian National University.

Versailles, Beijing and the Eighteenth-Century Global Imaginary
Kristel Smentek, Massachusetts Institute of Technology.

12:30 – 1:45PM
Lunch.

1:45 – 3:15PM
Session 2. International Trade, Collecting, and Display.

From Ancient Carthage to Modern Tunis : The Cultural and Political Reception of Tunisia at the French Court of Versailles.
Ridha Moumni, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Mercantilism, Entrepreneurship, and the French Silk Corridors to Persia
Junko Takeda, Syracuse University.

Native American Objects at Versailles.
Noémie Etienne, Getty Research Institute.

3:15 – 3:30PM
Break.

3:30 – 4:15PM
Session 3. Fashion and Exoticism.

Fashion Will Travel: Dress and Diplomacy at the Court of Louis XVI and Marie-Antoinette.
Kimberly Chrisman-Campbell, Independent scholar.

4:15 – 5:15PM
Roundtable discussion led by Jeffrey Collins, Bard Graduate Center.

5:15 – 6:00PM
Closing Reception.

Journée d’étude : “L’esprit des modes au grand siècle. L’héritage de Louis XIV dans l’histoire de la mode et des textiles”.

D'après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : samedi 5 décembre 2015 à partir de 10h30.
Lieu : IFM, Paris.
Inscriptions dans la limite des places disponibles : Association ART & LUXE,
38 Boulevard Henri IV,
75004 Paris.
art-­‐luxe@live.fr

L’année 2015 célèbre la commémoration de la mort de Louis XIV, monarque absolu, mais aussi modèle absolu en matière de mode dans l’Europe entière et artisan du développement de l’industrie de la mode française. La mode fut un moyen d’exacerber le pouvoir de Louis XIV et le rayonnement de la France en Europe et même au-delà. Presque un siècle avant la célèbre modiste Rose Bertin et la reine de France Marie-Antoinette, Louis XIV inventait le “système de la mode” en encourageant l’innovation et l’industrie au service de la création vestimentaire. 

L’association Art & Luxe propose de mettre en perspective l’histoire de la mode au Grand Siècle par une conférence articulée autour de la presse de mode, de l’innovation textile et de la fabrication de l’image de la mode au 17e siècle ; et d’apporter ainsi aux étudiants, chercheurs, et curieux un éclairage sur les fondements de la mode et les sources d’inspirations possibles pour les créateurs d’aujourd’hui et de demain.

Programme :

10h30 : Corinne Thépaut-Cabasset, présidente de l’association Art & Luxe, chercheur associé au Château de Versailles, au Victoria & Albert Museum, et à l’Université de Copenhague : « L’Esprit des modes au Grand Siècle : l’invention de la mode à l’époque de Louis XIV ».
11h00 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (Université Paris-Sorbonne + Rennes 2) : « Graver et vendre l’éphémère. Naissance et développements de l’image de mode sous Louis XIV »
11h30 : Carole Damour, responsable du service patrimoine et archives, société Lelièvre, Tassinari & Chatel : « Le brocart, tissages de soieries en fils d’or et d’argent ».

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles “au nègre” qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.