Archives par étiquette : Marianne Clerc

Journée d’étude : Mobilier et ameublement XVIIe-XVIIIe siècles : études et perspectives

Château de Sassenage (Isère) classé monument historique en 1942

Château de Sassenage (Isère) classé monument historique en 1942

Type : Journée d’étude

Date : 20 novembre 2015

Lieu : Château de Sassenage

Organisateur : l’Université Grenoble-Alpes-LARHRA UMR 5190

Présentation : Les recherches actuelles menées sur le luxe et le commerce du luxe, du créateur au client ou au commanditaire, l’attention portée à la notion d’atelier et à son organisation sociale et économique, l’intérêt pour l’ornement et plus récemment pour le décor invitent à revenir sur le domaine plus spécifique du mobilier et de l’ameublement pendant la période moderne.

Eclairant respectivement les pratiques parisiennes et régionales, les différentes approches proposées au cours de cette journée devraient permettre de mieux cerner certains des mécanismes à l’œuvre dans la production et l’acquisition du mobilier domestique pour la cour, l’hôtel urbain ou la demeure de campagne. La collection du château de Sassenage, composée de meubles parisiens et dauphinois, constituera un matériau de premier plan pour interroger la nature des échanges artistiques et commerciaux entre Paris et Grenoble.

L’objectif de cette Journée est de proposer aux étudiants différentes approches de la recherche actuelle dans le domaine du mobilier et de l’ameublement et de dessiner de nouvelles perspectives de recherches sous l’angle de la circulation des hommes et des objets, des modes et modèles entre la capitale et la province.

Programme de la journée

9h00 Accueil

9h15 Introduction Alain Jam, responsable du château de Sassenage et Marianne Clerc, Université Grenoble-Alpes, LARHRA UMR 5190.

9h30 CHRISTIANE NAFFAH-BAYLE (conservateur général du patrimoine, directeur des collections du Mobilier national) – Le Mobilier national : gestion de la collection et ameublement des résidences de l’Etat.

10h00 JEAN-JACQUES GAUTIER (inspecteur du Mobilier national) – Création, diffusion et adaptation par le Garde-Meuble de la Couronne, d’un meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode.

10h30 Questions

11h00 LISE SOULBIEU (historienne, château de Sassenage) – La marquise de Sassenage : un art de vivre entre Paris et Grenoble

11h30 MARIANNE CLERC (Université Grenoble-Alpes) – L’atelier des Hache : stratégie et interactions artistiques entre Paris et province

12h00 Questions

12h30 Déjeuner

14h00 Visite du château et des collections sous la direction d’Alain Jam, responsable du château et de Lise Soulbieu, historienne.

15h00 CHRISTINE LOCATELLI et DIDIER POUSSET (Laboratoire d’Expertise du Bois et de Datation par Dendrochronologie) – Recherche et étude archéométriques sur le mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles.

15h30 PATRICK GOY (restaurateur mobilier et objets d’art, expert près la Cour d’Appel) – Meubles régionaux de Hache et de Couleru : exemples et choix de restauration.

16h00 JEAN-YVES MORNAND (ingénieur, Ecole Centrale de Lyon) – Recherches sur l’ébénisterie en province aux XVIIe et XVIIIe siècles.

16h30  Questions

17h00 Clôture de la journée

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.