Archives par étiquette : Madame Geoffrin

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Prochaine vente de peintures et arts graphiques chez Artcurial (Paris, 13 novembre 2015)

Parallèlement au salon Paris Tableau qui vient d’ouvrir ses portes, Artcurial expose un important ensemble de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles en attendant la mise aux enchères qui se déroulera sous la direction du commissaire-priseur Matthieu Fournier le vendredi 13 novembre à 14h30 dans les locaux parisiens de la maison de vente. La centaine de lots en lien avec la période moderne n’a pas l’homogénéité et la qualité de la collection Grandchamp des Raux dispersée par ses soins le 26 mars dernier.  En outre, le catalogue peine à concilier une présentation thématique tout en préservant l’intégrité des collections particulières mises en vente[1]. En dépit de cet enchevêtrement – parfois nécessaire au marché de l’art -, le catalogue comprend un index appréciable. Surtout, quelques œuvres exceptionnelles sont à signaler, notamment dans le genre de la peinture d’histoire, des marines et de la nature morte. Bien que la cotation mercantile reflète, dès le XVIIIe siècle, un système de valeur fondé sur le goût du public, la présentation des lots remarquables s’organise ici d’après la hiérarchie des genres académiques établie au Grand Siècle par André Félibien (1619-1695).

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50cm

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50 cm

Continuer la lecture