Archives par étiquette : luxe

Publication : “« Les progrès de l’industrie perfectionnée » : Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire”.

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

Présentation de l’éditeur :

À la charnière entre les XVIIIe et XIXe siècles, entre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français. Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêche pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.

Souvent considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements, la Révolution française apparaît au contraire comme le ferment d’une évolution vers l’innovation et l’industrialisation. Pluridisciplinaire, croisant l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le présent ouvrage explore les conditions du changement et offre une approche plurielle des arts du décor.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Henri IV : Art et pouvoir”.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Publication : “Silver in Georgian Dublin: Making, Selling, Consuming”.

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

Georgian Dublin is synonymous with a period of unprecedented expansion in the market for luxury goods. At a time when new commodities, novel technologies, and fashionable imports seduced elite society, silver enjoyed an established association with gentility and prestige. Earlier studies have focused predominantly on the issue of style. This book considers the demand for silver goods in Georgian Ireland from the perspectives of makers, retailers, and consumers. It discusses the practical and symbolic uses of silverware, interpreted through contemporary guild accounts, inventories, trade ephemera, and culinary manuscripts. For the first time the activities of Dublin’s goldsmiths and their customers are considered in the context of the British Isles, acknowledging Dublin’s ‘second city’ status in relation to London. How did the availability of new products like English porcelain and Sheffield Plate affect the demand for silver in Dublin, and how did silver imports from London affect the Dublin trade? To what extent do the practices of Dublin goldsmiths mirror their North American counterparts seeking to infer associations with the fashionable metropolis of London? Drawing on an extensive range of documentary and object evidence this wide-ranging analysis considers the context in which silver goods were made, used, valued, and displayed in Georgian Ireland.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.