Archives par étiquette : louvre

Exposition : Musée du Louvre – En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Geste baroque : collections de Salzbourg

La saison XVIIIe du musée du Louvre donne actuellement lieu à trois expositions remarquables : Bouchardon (1698-1762), une idée du beau (jusqu’au 5 décembre), Un Suédois à Paris : la collection Tessin, et Geste baroque : collections de Salzbourg (toutes deux du 20 octobre 2016 au 16 janvier 2017).

Illustration 1: Philipp Harpff (attrib.), Salzbourg, vue du Nord, dessin à la plume lavé de bistre (composé de deux parties), 162 x 907 mm, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Illustration 1 : Philipp Harpff (attrib.), Salzbourg, vue du Nord, dessin à la plume lavé de bistre (composé de deux parties), 162 x 907 mm, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Bouchardon et ses contemporains”.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : mercredi 16 novembre 2016 à partir de 10h.
Lieu : Paris, auditorium du musée du Louvre.

Programme :

Introduction par Guilhem Scherf et Juliette Trey, musée du Louvre.

Matin

Président de séance : Edouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

10h Boucher et Bouchardon dessinateurs par Alastair Laing, the National Trust, Londres.

10h30 Edme Bouchardon et Gabriel Huquier : l’artiste et son éditeur par Peter Fuhring, Fondation Custodia, Paris.

11h Hommage ou exercice ? Les copies d’Edme Bouchardon par Pierre Charles Trémolières et Louis Claude Vassé par Juliette Trey, musée du Louvre.

11h30 Vassé (1717-1772) et Bouchardon. L’oeuvre d’un élève au regard de celle de son maître par Alexandra Michaud, université Paris-Sorbonne.

12h Un duel d’autorité. Caylus, Diderot et la vie d’Edme Bouchardon par Valérie Kobi, université de Bielefeld.

12h30 Questions.

Après-midi

Président de séance : Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles.

14h30 « Ce n’est pas là de la sculpture ». Edme Bouchardon et Jean-Baptiste Lemoyne : rivalités et émulation par Cécilie Champy-Vinas, Petit Palais, Paris.

15h Bouchardon et Pigalle : deux fortes personnalités, une estime réciproque par Guilhem Scherf, musée du Louvre.

15h30 Un cas exemplaire du goût Mariette : les dessins d’Hubert Robert d’après Bouchardon par Sarah Catala, université Lille 3.

16h La permanence du goût pour les dessins de Bouchardon. Jean-Baptiste Lucien (c. 1748-1806) et les graveurs en manière de crayon de la seconde génération par Sophie Raux, université Lyon 2.

16h30 1792-2007. La constitution du fonds Bouchardon au musée de Chaumont : oeuvres et archives par Raphaële Carreau, musées de Chaumont.

17h Questions.

Cycle de conférences de la Société Française de l’Archéologie : « Versailles, entre château et jardins : architecture, décors, usages et lieux ».

Hubert Robert, Vue du Bosquet des "Bains d'Apollon", 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Hubert Robert, Vue du Bosquet des “Bains d’Apollon”, 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : cycle de conférences.
Date : du samedi 28 novembre 2015 au jeudi 21 avril 2016.
Lieu : Société Française d’Archéologie, 5, rue Quinault, 75015 Paris.
Tarif : 8,50 € par conférence à régler sur place, ou 48 € pour le cycle de 6 conférences.
Jeunes <30 ans : accès GRATUIT sur présentation d’un justificatif.
Etudiants >30 ans : tarifs sociétaires à 5,50 € à régler sur place. Continuer la lecture

Publication : Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d’un chef-d’œuvre.

GADY Alexandre, Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d'un chef-d’œuvre, Paris, musée du Louvre/Le Passage, 2015, 320 p.

GADY Alexandre, Le Louvre et les Tuileries. La fabrique d’un chef-d’œuvre, Paris, musée du Louvre/Le Passage, 2015, 320 p.

Présentation de l’éditeur :

Le Louvre est un musée, la cause est entendue. Mais il est, d’abord et fondamentalement, un palais où le pouvoir s’est donné à voir depuis plus de huit siècles. Un palais intimement lié à l’histoire de la monarchie capétienne qui a fait la France, avec Philippe Auguste, son fondateur en 1190. Un palais consubstantiel également à l’histoire de Paris, dont il a façonné tout le développement vers l’ouest, avec son double disparu, le château des Tuileries. Aussi le domaine du Louvre incarne-t-il dans la pierre l’image du pouvoir qui, de militaire et royal, est devenu ce « soft power » participant aujourd’hui encore au rayonnement de la France.
Le Louvre est donc un musée dans un palais : cet étonnant défi, lancé par Louis XVI au début de son règne, n’a cessé de façonner l’édifice pour l’adapter à son nouveau rôle. Investi d’une mission politique par la Révolution, annexé par chaque régime pour servir sa cause, revisité par des architectes chargés de magnifier le génie du lieu tout au long des XIXe et XXe siècles, le Louvre est devenu au fil des temps un palimpseste redoutable. Pour démêler cette complexité, pour parcourir ces huit cents ans d’histoire, il faut revenir à la chronologie et aux documents, qui illustrent magnifiquement cette tension entre la pierre et le pouvoir.

Structuré par une série d’introductions qui mettent l’édifice en perspective à chaque étape de son évolution, l’ouvrage présente les plus belles images du Louvre et des Tuileries, réalisées par les plus grands artistes. Chacune de ces images a besoin d’être lue et analysée, à la fois comme une source et comme une œuvre d’art : apprendre à voir le Louvre, tel est l’enjeu inédit de cette visite, conduite par Alexandre Gady, un des meilleurs connaisseurs de l’histoire du palais.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Louvre : Offre de stage au département des Arts graphiques

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Objet du stage :

– Participation à la campagne de recherche et de documentation sur les dessins germaniques du département des Arts graphiques.
– Recherches bibliographiques et enrichissement des dossiers d’oeuvre ; rédaction de fiches techniques et de synthèse des connaissances sur chaque dessin.
– Etude des dessins et rédaction de notices synthétiques destinées à la base de données informatisées du département des Arts graphiques.

Profil recherché :

– Etudiant(e) en Histoire de l’art en Master 1 ou Master 2.
– Spécialisé(e) en art ancien (XVe-XVIIIe siècle).
– Très bonne connaissance de la langue allemande.

Modalités :

Candidature (CV + lettre de motivation) à envoyer à l’attention d’Hélène Grollemund, chargée d’exposition au département des Arts graphiques :
helene [point] grollemund [at] louvre [point] fr.