Archives par étiquette : Louis XIV

Conférences filmées : “L’invention des bas-fonds parisiens”.

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : cycle de conférences filmées.
Sous la direction : du Comité d’Histoire de la Ville de Paris.


Qui sont ces misérables, ces criminels, prostituées et mendiants qui hantaient la capitale aux yeux des bons citoyens ? Notion mouvante, les bas-fonds, vus comme le refuge de ceux qui vivent aux marges de la société, véhiculent nombre de fantasmes historiques ou littéraires. Pour cerner au mieux cette infra-société urbaine, différents cas d’études vous seront proposés par des historiens spécialistes du Moyen Âge au XIXe siècle, s’appuyant sur les archives pénitentiaires ou policières, les témoignages des contemporains, les romans puisant dans l’imaginaire…

  • “Brigands et cours des miracles au temps du Roi-Soleil” par Lise Andries (université Paris IV – Sorbonne) :

  • “Le triomphe de la police selon le lieutenant général Lenoir (1775-1785)” par Vincent Milliot (université de Caen ):

  • “Dans le Paris de Louis-Dominique Cartouche (1718-1723)” par Patrice Pévéri (université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) :

  • “La prostitution révolutionnaire” par Clyde Plumauzille (université Paris 1 Panthéon Sorbonne):

Journée d’étude : Le Siècle de Louis XIV, ou Voltaire historien de la modernité.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de "La Henriade", ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de “La Henriade”, ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : vendredi 4 décembre 2015.
Lieu : salles des Colonnes, Grande Ecurie du château de Versailles.
Sous la direction de : Nicholas Cronk et Mathieu da Vinha.

Entrée libre dans la limite des places disponibles – Inscription obligatoire :
  • En ligne : www.chateauversailles-recherche.fr (rubrique « Événements sur inscription »).
  • Renseignements : +33 (0)1 30 83 75 12.
  • Par courrier : Centre de recherche du château de Versailles – RP834, 78008 Versailles Cedex.
Programme

Continuer la lecture

Journée d’étude : Versailles in the World 1660-1789.

D'après Charles Le Brun, Les différentes nations de l'Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Charles Le Brun, Les différentes nations de l’Asie, XVIIe siècle, huile sur toile, 72 x 58 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : 29 janvier 2016.
Lieu : NYU, Jurow Hall, Silver Center, Washington Square Campus.
Sous la direction de : Jeffrey Collins, Meredith Martin et Robert Wellington.

Versailles is often seen as the epitome of “Frenchness,” yet the palace and its contents were profoundly shaped by encounters with people and objects from around the world. This symposium builds upon recent colloquia and exhibitions such as La Chine à Versailles: art et diplomatie au XVIIIe siècle (2014) and Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 (2014) to emphasize the international character of Versailles between the reigns of Louis XIV and Louis XVI and to situate its art and architecture in a global context.

The day-long public event at the Washington Square Campus of NYU brings together an international group of scholars to explore connections between Versailles and a wide variety of geographical regions and cultures, from Thailand to Tunisia to Dutch Brazil. Papers focus on a range of visual and material culture that relates to cross-cultural exchanges at Versailles in the late seventeenth and eighteenth centuries, including the depiction of ambassadorial visits to the palace; gifts to and from the French Court; objects and images made for Versailles and its inhabitants that depict non-European cultures or reveal cross-cultural resonances; exoticism and fashion; and examples of art and architecture made outside of Europe that were inspired by Versailles.

Versailles in the World, 1660-1789 is timed to coincide with the preparation of a major exhibition on the foreign visitor at Versailles that will open at the Metropolitan Museum of Art in May 2017. It has been made possible through the generous support of New York University, Bard Graduate Center, and The Metropolitan Museum of Art.

Programme :

10:00AM
Welcome and Opening Remarks : Versailles as a Site of Global Exchange
Meredith Martin, New York University.

10:15AM
Curators Daniëlle Kisluk-Grosheide (Metropolitan Museum) and Bertrand Rondot (Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon) discuss their upcoming exhibition Visitors to Versailles, 1682-1789.

11:00AM – 12:30PM
Session I. Diplomatic Gifts and the French Court.

Mediating Spaces: Dutch Brazil at the French Court.
Carrie Anderson, Middlebury College.

From Versailles to Nouvelle France : French ‘Indian Peace Medals’ of the Eighteenth Century.
Robert Wellington, Australian National University.

Versailles, Beijing and the Eighteenth-Century Global Imaginary
Kristel Smentek, Massachusetts Institute of Technology.

12:30 – 1:45PM
Lunch.

1:45 – 3:15PM
Session 2. International Trade, Collecting, and Display.

From Ancient Carthage to Modern Tunis : The Cultural and Political Reception of Tunisia at the French Court of Versailles.
Ridha Moumni, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Mercantilism, Entrepreneurship, and the French Silk Corridors to Persia
Junko Takeda, Syracuse University.

Native American Objects at Versailles.
Noémie Etienne, Getty Research Institute.

3:15 – 3:30PM
Break.

3:30 – 4:15PM
Session 3. Fashion and Exoticism.

Fashion Will Travel: Dress and Diplomacy at the Court of Louis XVI and Marie-Antoinette.
Kimberly Chrisman-Campbell, Independent scholar.

4:15 – 5:15PM
Roundtable discussion led by Jeffrey Collins, Bard Graduate Center.

5:15 – 6:00PM
Closing Reception.

Journée d’étude : “L’esprit des modes au grand siècle. L’héritage de Louis XIV dans l’histoire de la mode et des textiles”.

D'après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : samedi 5 décembre 2015 à partir de 10h30.
Lieu : IFM, Paris.
Inscriptions dans la limite des places disponibles : Association ART & LUXE,
38 Boulevard Henri IV,
75004 Paris.
art-­‐luxe@live.fr

L’année 2015 célèbre la commémoration de la mort de Louis XIV, monarque absolu, mais aussi modèle absolu en matière de mode dans l’Europe entière et artisan du développement de l’industrie de la mode française. La mode fut un moyen d’exacerber le pouvoir de Louis XIV et le rayonnement de la France en Europe et même au-delà. Presque un siècle avant la célèbre modiste Rose Bertin et la reine de France Marie-Antoinette, Louis XIV inventait le “système de la mode” en encourageant l’innovation et l’industrie au service de la création vestimentaire. 

L’association Art & Luxe propose de mettre en perspective l’histoire de la mode au Grand Siècle par une conférence articulée autour de la presse de mode, de l’innovation textile et de la fabrication de l’image de la mode au 17e siècle ; et d’apporter ainsi aux étudiants, chercheurs, et curieux un éclairage sur les fondements de la mode et les sources d’inspirations possibles pour les créateurs d’aujourd’hui et de demain.

Programme :

10h30 : Corinne Thépaut-Cabasset, présidente de l’association Art & Luxe, chercheur associé au Château de Versailles, au Victoria & Albert Museum, et à l’Université de Copenhague : « L’Esprit des modes au Grand Siècle : l’invention de la mode à l’époque de Louis XIV ».
11h00 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (Université Paris-Sorbonne + Rennes 2) : « Graver et vendre l’éphémère. Naissance et développements de l’image de mode sous Louis XIV »
11h30 : Carole Damour, responsable du service patrimoine et archives, société Lelièvre, Tassinari & Chatel : « Le brocart, tissages de soieries en fils d’or et d’argent ».

Conférence du GRHAM: “Charles Le Brun et la synthèse des arts. Retrouver la vie des grands décors” par Gaëlle Lafage (Paris, 8 décembre 2015).

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, huile sur toile, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 8 décembre 2015 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’heure où l’on célèbre l’anniversaire de la mort de Louis XIV, à travers des expositions, des spectacles et de nombreuses publications, amplifiant encore l’image exceptionnelle du Roi Soleil, on ne peut que remarquer, par contraste, l’ombre dans laquelle est demeuré son Premier peintre. Toujours associé aux batailles d’Alexandre et à Versailles, Charles Le Brun est encore trop souvent perçu comme l’artisan de la propagande de l’absolutisme. La culture, le goût et la pensée qui présidèrent à ses créations ont disparu, et malgré la gloire qu’il réussit à atteindre de son vivant, le peintre a été quelque peu oublié.
L’étude menée sur les fêtes et les cérémonies dont Le Brun fut le décorateur, mais aussi l’ordonnateur, permet de porter un nouveau regard sur le peintre et sur son art. La volonté de Le Brun d’ordonner ces ouvrages coûteux sans commanditaire, le soin qu’il prit à les concevoir, afin de les accorder parfaitement aux lieux, aux spectacles et à la pompe déployée, montre tout l’intérêt qu’il prêtait à ces œuvres singulières. En véritable metteur en scène, Le Brun excellait dans les réalisations de grande envergure, mêlant les arts, métamorphosant le réel pour ravir les sens et l’esprit des spectateurs.
À partir des décors éphémères ordonnés par Le Brun, révélant le langage et les ambitions du peintre, cette conférence présentera de nouvelles clés de lecture afin de mieux comprendre les grands décors réalisés pour le roi.

Gaëlle Lafage est docteur de l’université Paris IV – Sorbonne. Elle vient de publier sa thèse aux Presses universitaires de Rennes sous le titre : Charles Le Brun décorateur de fêtes. Durant deux années, elle a enseigné à l’université de Rennes II. Ses recherches continuent de porter sur l’œuvre de Le Brun et s’étendent également, dans le domaine de l’éphémère, à l’étude des grandes fêtes et cérémonies royales en France durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Colloque : Le portrait du roi : images, figurations, représentations de Louis XIV (1650-1750).

René Antoine Houasse, Louis XIV à cheval, fin du XVIIe siècle, huile sur toile, 255 x 200 cm, Versailles, musée national de Versailles et de Trianon.

René Antoine Houasse, Louis XIV à cheval, fin du XVIIe siècle, huile sur toile, 255 x 200 cm, Versailles, musée national de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date : 10 et 11 décembre 2015.
Lieu : à l’université de Paris-Diderot et à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens.
Comité scientifique : Florence Dumora, Jean Garapon, Béatrice Guion, Florence Lotterie, Jean Vignes.

Continuer la lecture

Conférences : Louis XIV en Sorbonne.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Louis XIV en costume royal, 1701, huile sur toile, 277 x 194 cm, Paris, musée du Louvre.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Louis XIV en costume royal, 1701, huile sur toile, 277 x 194 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : conférences.
Date : 20 novembre 2015.
Lieu : Amphithéâtre Liard, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Louis XIV n’a peut-être pas visité la Sorbonne mais il a vu sa Cour désertée lorsqu’un fils de ministre soutenait ses thèses. De plus, la Sorbonne a joué un rôle non négligeable dans l’histoire de son règne.

Continuer la lecture

Cycle de conférences de la Société Française de l’Archéologie : « Versailles, entre château et jardins : architecture, décors, usages et lieux ».

Hubert Robert, Vue du Bosquet des "Bains d'Apollon", 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Hubert Robert, Vue du Bosquet des “Bains d’Apollon”, 1774, huile sur toile, 128 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : cycle de conférences.
Date : du samedi 28 novembre 2015 au jeudi 21 avril 2016.
Lieu : Société Française d’Archéologie, 5, rue Quinault, 75015 Paris.
Tarif : 8,50 € par conférence à régler sur place, ou 48 € pour le cycle de 6 conférences.
Jeunes <30 ans : accès GRATUIT sur présentation d’un justificatif.
Etudiants >30 ans : tarifs sociétaires à 5,50 € à régler sur place. Continuer la lecture

Publication : Le Roi et l’architecte. Louis XIV, le Bernin et la fabrique de la gloire.

DANDRIEU Laurent, Le Roi et l'architecte. Louis XIV, le Bernin et la fabrique de la gloire, Paris, édition du cerf, novembre 2015, 208 p.

DANDRIEU Laurent, Le Roi et l’architecte. Louis XIV, le Bernin et la fabrique de la gloire, Paris, édition du cerf, novembre 2015, 208 p.

Présentation de l’éditeur :

Enivré de fête, de théâtre, de faste et d’ores et déjà passionnément épris de grandeur, le jeune Louis XIV avait tout pour être séduit par le cavalier Bernin.
Pourtant la rencontre du jeune roi de gloire et du maître de la splendeur baroque allait ’achever piteusement, par une rebuffade qui n’osait pas dire son nom. Mais cet échec fut curieusement fécond, et peut-être aurat-il fallu la visite à Paris du plus grand des artistes italiens pour que Louis XIV prenne pleinement conscience que la grandeur du royaume à laquelle il entendait si passionnément travailler ne pouvait se faire qu’en créant les conditions d’éclosion d’un art proprement français, qui ne dût rien à personne.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Jean Marot : Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV.

DEUTSCH Kristina, Jean Marot : Un graveur d'architecture à l'époque de Louis XIV, Berlin, De Gruyter, novembre 2015.

DEUTSCH Kristina, Jean Marot : Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV, Berlin, De Gruyter, novembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

The most important architects of his time entrusted Jean Marot with their designs, and he knew how to give their ethereal ideas lasting tangibility. Which is precisely why Jean Marot’s prints, documenting 17th century French architecture, are of immense value to architectural history. And until today, his work has mainly been reduced to the role of a service rendered.

Kristina Deutsch’s monograph is the first attempt to shift focus to the creative side of his work and sheds light on Marot’s sometimes extraordinarily free interpretations of drawings by other artists. Based on his most significant series of prints -and especially his etchings regarding the Louvre – Deutsch makes a detailed presentation of the parameters that characterize the aesthetic presentation of a structure.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Colloque international

Date : 5, 6 et 7 novembre 2015

Lieu : Salle des Colonnes, Grande Écurie du château de Versailles

Sous la direction de : Rémy Campos, Anne-Madeleine Goulet et Mathieu da Vinha

Organisé par : le Centre de recherche du château de Versailles, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, l’université François-Rabelais de Tours et le CNRS

Programme

Jeudi 5 novembre 2015

9h30 Accueil

9h45 Ouverture

10h De la pertinence de la notion de foyer pour l’étude de la musique et des formes spectaculaires à Paris et à Versailles (1682-1715), Rémy Campos (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris) et Anne-Madeleine Goulet (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

10h30 Pouvoir et contre-pouvoirs artistiques à la fin du règne de Louis XIV, Christian Biet (université Paris-Ouest Nanterre La Défense)

11h Pause

Première session : les lieux

Un modèle curial ?

Discutant : Natacha Coquery (université Lumière–Lyon 2)

11h30 La musique dans les appartements, Tarek Berrada (Centre André Chastel)

12h Monsieur et Philippe II d’Orléans : une influence culturelle par-delà leurs résidences, Don Fader (université de l’Alabama)

Si loin, si proche

Discutant : Boris Bove (université Paris 8)

14h Le règne de Monseigneur sur les fêtes : inviter et être in­vité par le fils de Louis XIV, Franck Devedjian (chercheur indépendant)

14h30 Les Nuits de Sceaux : derniers feux du Grand Siècle ?, Catherine Cessac (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h Pause

Topographies

Discutant : Manuel Couvreur (université libre de Bruxelles)

15h30 La princesse de Conti en ses demeures, Thomas Vernet (bibliothèque musicale François-Lang, Royaumont)

16h Foyers ou essaims ? Essai de topographie chrétienne du plaisir à la fin du règne de Louis XIV, Fabrice Preyat (université libre de Bruxelles)

Vendredi 6 novembre 2015

Deuxième session : acteurs, répertoires et pratiques

Les acteurs

Discutant : Martial Poirson (université Paris 8)

9h30 Amateurs, professionnels : foyers et professionnalisation progressive des artistes, Catherine Massip (École pratique des hautes études)

10h Composer pour les nouveaux foyers : la « fureur » des musiciens d’église au crépuscule du Grand Siècle, Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles)

10h30 De la Cour à la ville : les musiciens du roi face à l’émergence de nouveaux foyers, Thomas Leconte (Centre de musique baroque de Versailles)

11h Pause

Les répertoires

Discutant : Pierre Frantz (université Paris-Sorbonne)

11h30 Les lieux musicaux du Mercure Galant, Anne Piéjus et Nathalie Berton-Blivet (IReMus)

12h Le théâtre de société, foyer artistique ?, Guy Spielmann (université de Georgetown)

Les pratiques

Discutant : Guy Spielmann (université de Georgetown)

14h Les lieux de musique dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, Olivier Baumont (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), communication illustrée au clavecin

15h L’art d’assembler, le choix de partager : la collection de musique italienne des Stuart en France (1689-1718), Barbara Nestola (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h30 Pause

16h Exemples de fêtes privées entre Versailles et Paris. Éléments pour une typologie, Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles)

16h30 « La grande dépense et le fracas ». Recherches sur l’économie matérielle des patronages artistiques au tournant des xviie et xviiie siècles, David Hennebelle (université d’Artois)

17h Les arts entre Paris et Versailles : le Palais-Royal de Philippe II d’Orléans comme rénovateur de l’absolutisme louis­quatorzien, Laurent Lemarchand (université de Rouen)

Samedi 7 novembre 2015

Troisième session : Goût(s), échanges et normes nouvelles

Des goûts nouveaux

Discutant : Gérard Sabatier (Centre de recherche du château de Versailles)

9h30 Qui gouverne l’empire des sens ? Les évolutions du goût à la charnière du xviie et du xviiie siècle, Tatiana Senkevitch (musée des Beaux-Arts de Houston)

10h La reconfiguration de la vraisemblance morale ou la naissance d’une deuxième galanterie : l’exemple de Thomas Corneille, Jörn Steigerwald (université de Paderborn)

10h30 Perméabilité ou étanchéité des foyers artistiques ? Paris et l’étranger, Rebekah Ahrendt (université de Yale)

11h Pause

Vers une nouvelle redistribution des pouvoirs ?

11h30 Foyer et territoire dans la Comparaison de la musique italienne et de la musique française de Le Cerf de la Viéville, Laura Naudeix (université Rennes 2)

12h Genres et lieux de musique à la fin du règne de Louis XIV, Thierry Favier (université de Poitiers)

12h30 Conclusions, Jean Boutier (École des hautes études en sciences sociales)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire

http://www.chateauversailles-recherche.fr, rubrique « Événements sur inscription »

Renseignements : 01 30 83 75 12

Parution : La peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée - Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

BERTRAND Pascal-François, La Peinture tissée – Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Rennes, PUR, 2015, 168 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de la manufacture royale des Gobelins est encore bien souvent perçue comme l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert et Charles Le Brun, une idée forgée par Voltaire qui voyait dans son Siècle de Louis XIV (1751) un âge d’or perdu. si le rôle joué par ces deux grands hommes est indéniable, il faut aussi admettre que leur action ne couvre environ qu’un tiers du règne de Louis XiV, depuis le moment où le roi a commencé à gouverner par lui-même, en mai 1661, jusqu’à la mort du ministre, en septembre 1683. La période qui a suivi a été globalement perçue comme n’ayant pas été favorable à la Manufacture, car Louvois, le successeur de Colbert à la surintendance des Bâtiments du roi, a entrepris de faire tisser des peintures et des dessins de maîtres anciens et modernes, des œuvres non conçues spécifiquement pour la tapisserie, ce qui a eu pour résultat des tentures considérées comme peu originales, car saisies comme des copies. Des arguments d’ordre économique et esthétique ont été avancés pour soutenir cette thèse. Mais les explications fournies ne prennent pas en compte l’ensemble des déterminations qui ont fait que ces tapisseries existent sous cette forme. La production des Gobelins se situe sous Louvois, comme sous son prédécesseur, dans un contexte d’art de cour, avec le même but avoué : la gloire du roi et la splendeur de l’art. Le propos de cet essai est de revenir sur ces tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Ces œuvres ont été peu étudiées, elles ont été principalement analysées sous l’angle de la représentation politique, mais rarement d’un point de vue esthétique. il s’agit donc de s’interroger sur le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale était extrêmement codifié. Les études sur la tapisserie ont essentiellement privilégié la question du sens des images, l’analyse de la storia, les programmes iconographiques et leurs significations qui nous renseignent sur la culture de la société. La réflexion sur la pensée figurative et l’invention plastique, sur le passage du peint au tissé a été délaissée, essentiellement faute de témoignages directs. Les principales sources utilisées sont des documents comptables, des écrits qui sont quasiment muets sur les intentions des différents acteurs. Mais il existe d’autres textes, des relations mondaines, des échanges épistolaires et la littérature artistique. C’est essentiellement de la confrontation de la lecture de cette dernière à l’examen des tapisseries que l’on peut tirer quelque enseignement. Quelles étaient donc les stratégies des Bâtiments du roi en projetant de faire tisser les modèles de la peinture universellement reconnus aux Gobelins ?

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Presses universitaires de Rennes.