Archives par étiquette : Louis XIV

Conférence du GRHAM : « De la messe à la contemplation esthétique. La mise en scène de la peinture religieuse au XVIIIe siècle » par Martin Schieder (Paris, 19 avril 2018).

Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784). « La Chapelle du Calvaire à l’église Saint-Roch ». Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 19 avril 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’aide d’une sélection d’exemples, cette conférence se propose d’analyser deux phénomènes spécifiques au XVIIIe siècle en matière de peinture religieuse : d’une part son esthétisation et sa sécularisation, d’autre part la perte de sa fonction spécifique et sa patrimonialisation. En effet, à partir de la mort de Louis XIV, l’image religieuse connaît une transformation profonde. À la dévotion imprégnée de foi catholique succède une forme sécularisée de recueillement esthétique. L’explication théologique fait place à la description esthétique, l’ekphrasis se substitue à l’exégèse. Les églises parisiennes au décor riche d’art ancien et contemporain deviennent « un salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages ». En même temps, le « Salon » au Louvre offre une plateforme publique inédite aux artistes de peinture religieuse. On assiste à une véritable réévaluation de l’image religieuse, cette dernière étant désormais considérée d’abord comme une œuvre d’art, qu’il s’agit d’exposer, de soumettre à la critique, de restaurer ou même d’éloigner des regards. La dignité spirituelle, qui singularisait la peinture religieuse aux yeux des visiteurs croyants du Grand siècle, n’est plus un critère signifiant pour les amateurs d’art au Siècle des Lumières.

Martin Schieder est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’Universität Leipzig depuis 2008. En 1994, il a soutenu une thèse à la Freie Universität Berlin sur la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (Jenseits der Aufklärung. Die Religiöse Malerei im ausgehenden Ancien Régime, 1997) qui a reçu le prix Marianne Roland Michel en 2012 et a ainsi pu être traduite en français sous le titre Au-delà des lumières, la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (2017). Sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, intitulée Dans le regard de l’autre. Les relations artistiques franco-allemandes, 1945–1959 a été récompensée du Prix parlementaire franco-allemand 2005 de l’Assemblée nationale et du Bundestag allemand. Auparavant, Martin Schieder avait occupé un poste d’assistant scientifique (1996–2004), puis de professeur invité à la Freie Universität Berlin (2004–2007) ainsi que de directeur adjoint au Centre allemand d’histoire de l’art Paris (1997–2001). Il a de plus été chercheur invité du Getty Research Institute à Los Angeles (2013–2014) et professeur invité à l’Université Paris IV – Sorbonne (2015). Il a publié de nombreux travaux sur l’art du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, les transferts culturels, l’histoire de la critique d’art, ainsi que dans le domaine des Exhibition Studies et des Studio Studies.

Conférence : « Du champ de bataille au métier à tisser : la tapisserie du siège de Tournai par Louis XIV »

Le siège de Tournai en 1667, tapisserie, Paris, Mobilier National (photographie : Johannes Schwabe).

Type : Conférence
Date et horaire : 22 mars 2018, 19h
Lieu : Tournai, Centre de la Tapisserie, des Arts Muraux et des Arts du Tissu de la Fédération Wallonie-Bruxelles

En 1668, une année après avoir été assiégée par Louis XIV en personne, la ville de Tournai était rattachée à la France par le traité d’Aix-la-Chapelle. L’anniversaire de cette date sera l’occasion d’étudier en détail un document exceptionnel de cet épisode de l’histoire de la ville : la tapisserie représentant le siège de Tournai par l’armée de Louis XIV en 1667, tissée au cours des années 1670 à la Manufacture des Gobelins à Paris d’après les dessins de Charles Le Brun et d’Adam-François Vandermeulen.

Très souvent les moyens de la fabrication d’une tapisserie, entre autres des cartons, des esquisses ou des patrons, ont été détruits en tant qu’outils de travail. Mais la tapisserie du siège de Tournai en fait exception : un nombre considérable en est encore conservé, notamment le carton de tapisserie en grandeur originale qui a été utilisé dans les ateliers des lissiers de la manufacture. Une approche pluridisciplinaire vise à « faire parler » cet objet exceptionnel : Après un bref aperçu du sujet représenté, le carton est successivement ancré dans trois contextes qui expliquent les spécificités matérielles, stylistiques et iconographiques de cet œuvre : (1) le contexte de la production et les processus de travail à la manufacture des Gobelins au XVIIe siècle, (2) les stratégies picturales du carton et leur « traduction » dans le medium de la tapisserie, et (3) la fonction et l’accrochage de la tapisserie au temps du règne de Louis XIV, avec un focus particulier sur l’interaction entre l’œuvre et son spectateur et au rôle de la tenture dans le cadre du cérémoniel de la cour. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les grands mays de Notre-Dame de Paris : peinture, Église et monarchie au XVIIe siècle » (Paris, 12 octobre 2017).

J.F. Depelchin, Vue intérieure de Notre-Dame en 1789, 1789, Huile sur bois, 43 x 54 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 octobre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Cette année, le GRHAM a choisi d’inviter Delphine Bastet, docteur en histoire de l’art et attachée de conservation du Patrimoine au Museon Arlaten (Bouches-du-Rhône), pour ouvrir son cycle de conférences mensuelles.

La communication de Delphine Bastet traitera des mays de Notre-Dame, un sujet auquel elle a consacré sa thèse de doctorat.

Les grands mays de Notre-Dame furent l’un des ornements principaux de la cathédrale de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Offerts annuellement de 1630 à 1707, ils constituèrent une série majeure pour l’histoire des tableaux d’église de grand format et la première exposition permanente de peinture française. Continuer la lecture

Conférence : Sakralität an europäischen Höfen: Bau – Bild – Ritual – Musik (1648-1740)

Chapelle royale de Château de Versailles

Type : Conférence

Date : 4 – 6 mai 2017

Lieu : Münster

Organisateurs : Prof. Dr. Eva-Bettina Krems (eva.krems@uni-muenster.de), Dr. Jens Niebaum (niebaumj@uni-muenster.de) Institut für Kunstgeschichte der Universität Münster / Exzellenzcluster « Religion und Politik » Univ.-Doz. Mag. Dr. Herbert Karner, Univ.-Doz. Mag. Dr. Werner Telesko, Institut für kunst- und musikhistorische Forschungen der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien

Die Tagung widmet sich der Frage, wie und in welchen Kontexten Konzepte von Sakralität des Königs bzw. Kaisers als Legitimationsressource und Repräsentationsstrategie in den künstlerischen Medien zu einem zentralen Thema werden. Im Mittelpunkt stehen zwischen dem Westfälischen Frieden und dem Tod Kaiser Karls VI. der kaiserliche und die königlichen sowie solche Höfe Europas, die sich im Streben nach einer Königskrone an royalen Repräsentationsstandards orientiert haben. Continuer la lecture

Conférence : Medailles et jetons en Europe

Louis Crépy, Portrait d’André Cardinal destouches d’après une médaille (avers et revers) de 1732, 1750, gravure, 19 x 8 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : conférence

Date : 30 mars – 1er avril 2017

Lieu : Paris, INHA

Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale

Programme

JEUDI, 30 MARS

13h : Accueil

13h30 : Ouverture du colloque

Portrait du Puissant – Présidence de séance: Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h : Myth-making of a renaissance Ruler: Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola Bronzino Ilaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 : Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVI Aurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h : Vus de profil: genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à Fallières Katia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30  : Pause Continuer la lecture

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

En octobre 1913, l’historien d’art italien Gustave Frizzoni corrobore la critique d’André-Charles Coppier, peintre et écrivain d’art :

« Ainsi, M. Coppier a très bien fait de signaler ces déplorables remaniements dans un des plus importants musées du monde, et il est à souhaiter vivement que la direction du Louvre, en tenant compte de ces observations, prenne à cœur la révision complète de tout ce qui a pu être altéré de cette manière et de rendre à ses toiles leurs justes proportions »[1].

L’auteur fait ici référence aux changements de dimensions de tableaux, réalisés par des peintres depuis leur création jusqu’au XIXe siècle, afin de répondre aux desiderata de leurs propriétaires. Ces modifications du format initial de l’œuvre – agrandissement, réduction ou changement de forme – peuvent intervenir à tout moment : pendant le temps de la création de l’œuvre, elles sont alors réalisées – ou du moins souhaitées – par l’artiste ; au cours de son parcours patrimonial, elles sont le fait alors de son propriétaire ou de son responsable juridique.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux changements de dimension des tableaux de la collection du Cabinet du Roi Louis XIV entre 1683 et 1709, dates auxquelles les inventaires des collections sont dressés par Charles Le Brun et Nicolas Bailly. Ces inventaires mentionnent le détail des œuvres composant la collection du Roi, accompagné des attributions et de leur format. Le travail de thèse d’Arnauld Brejon de Lavergnée sur l’Inventaire de Le Brun permet d’ajouter à ces informations la provenance, le lieu de conservation, et les dimensions actuelles des tableaux recensés[2]. L’interprétation des différences de dimensions d’un même tableau rapportées d’un inventaire à l’autre permet notamment de supposer un changement de format. Cependant, quantité de tableaux sont signalés « dans [leur] bordure dorée » dans chacun des deux inventaires. Restons donc prudents : d’autres explications à ces différences de format peuvent être avancées, comme la mesure du tableau avec ou sans son cadre, source d’erreurs dans l’appréciation des changements de dimensions. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661): inventaire et analyse »

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 9 décembre 2016 à 9h30.
Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense – salle B 015 (René Rémond).

Soutenance de thèse de Sabrina VALIN: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661):  inventaire et analyse ».

Le jury est composé de:

– Marianne COJANNOT LE BLANC, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (directrice de thèse).

– Véronique MEYER, professeur des universités, Université de Poitiers (rapporteur).
– Hendrik ZIEGLER, professeur des universités, Université Reims Champagne Ardennes (rapporteur).
– Anne LE PAS de SECHEVAL, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.
– François PLOTON-NICOLLET, professeur, Ecole Nationale des Chartes.

 

Publication : « L’homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743) ».

JAMES-SARAZIN Ariane avec la collaboration de SARAZIN Jean-Yves, L'homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, Faton, 2016, 2 volumes, 1708 p.

JAMES-SARAZIN Ariane avec la collaboration de SARAZIN Jean-Yves, L’homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, Faton, 2016, 2 volumes, 1708 p.

Présentation de l’éditeur :

L’œuvre du portraitiste des roi de France et de l’immense artiste qu’était Hyacinthe Rigaud (Perpignan, 1659 – Paris, 1743) n’avait jamais fait l’objet d’un catalogue raisonné, ni d’une monographie exhaustive et parfaitement documentée. Cet ouvrage, fruit d’un travail minutieux et rigoureux de plusieurs années de recherches, se compose de deux volumes.

Dans le premier, Ariane James Sarazin retrace la vie et la carrière de Rigaud. Elle étudie méthodiquement sa clientèle et ses commanditaires. Un regard synthétique et magistral est porté sur ses processus de création et, au fil des pages, se dévoile une remarquable analyse son oeuvre et son évolution, dans le contexte du Grand Siècle finissant et de celui, naissant, des Lumières. Continuer la lecture

Publication : « Une révolution en cire. Francesco Orso et les « cabinets de figures » en France ».

 

DANINOS Andrea, Une révolution en cire. Francesco Orso et les "cabinets de figures" en France, Milan, Officina Libraria, 2016, 160 p.

DANINOS Andrea, Une révolution en cire. Francesco Orso et les « cabinets de figures » en France, Milan, Officina Libraria, 2016, 160 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage raconte pour la première fois l’histoire des expositions de figures en cire grandeur nature dans les années de la Révolution, qui sont à l’origine des musées de cire tels que nous les connaissons aujourd’hui. L’auteur s’arrête brièvement sur la figure d’Antoine Benoist, célèbre du temps de Louis XIV, pour ensuite se pencher sur la vie et l’œuvre de Philippe Curtius, père de la future Madame Tussaud, actif à Paris sous la Révolution dont il vécut directement certains des événements marquants.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée au sculp- teur Francesco Orso, contemporain de Curtius, le seul artiste piémontais à s’être spécialisé dans la réalisation de portraits en cire polychrome – œuvres impression- nantes de réalisme – et le seul sculpteur italien à s’établir durablement, à partir de 1785, à Paris, où son nom sera francisé en Orsy. Cette étude présente le catalogue de ses œuvres, dont un grand nombre est actuellement inédit.

De nombreux documents originaux, découverts lors de recherches menées dans les archives, complètent le volume.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « The Sovereign Artist : Charles Le Brun and the Image of Louis XIV ».

 

BURCHARD Wolf, The Sovereign Artist : Charles Le Brun and the Image of Louis XIV, Londres,Paul Holberton Publishing, novembre 2016, 248 p.

BURCHARD Wolf, The Sovereign Artist : Charles Le Brun and the Image of Louis XIV, Londres, Paul Holberton Publishing, novembre 2016, 248 p.

Présentation de l’éditeur :

This monograph examines the wide artistic production of Louis XIV’s most prolific and powerful artist, Charles Le Brun (1619–1690), illustrating the magnificence of his paintings and focusing particularly on the interiors and decorative art works produced according to his designs.

In his joint capacities of Premier peintre du roi, director of the Gobelins manufactory and rector of the Académie royale de peinture et de sculpture, Le Brun exercised a previously unprecedented influence on the production of the visual arts – so much so that some scholars have repeatedly described him as ‘dictator’ of the arts in France. The Sovereign Artist explores how Le Brun operated in his diverse fields of activities, linking and juxtaposing his portraiture, history painting and pictorial theory with his designs for architecture, tapestries, carpets and furniture. It argues that Le Brun sought to create a repeatable and easily recognizable visual language associated with Louis XIV, in order to translate the king’s political claims for absolute power into a visual form. How he did this is discussed through a series of individual case studies ranging from Le Brun’s lost equestrian portrait of Louis XIV, and his involvement in the Querelle du coloris at the Académie, to his scheme for 93 Savonnerie carpets for the Grande Galerie at the Louvre, his Histoire du roy tapestry series, his decoration of the now destroyed Escalier des Ambassadeurs at Versailles and the dramatic destruction of the Sun King’s silver furniture. Continuer la lecture

Publication : Les médailles de Louis XIV et leur livre.

LOSKOUTOFF Yvan (dir.), Les médailles de Louis XIV et leur livre, Rouen, PURH, 2016, 512 p.

LOSKOUTOFF Yvan (dir.), Les médailles de Louis XIV et leur livre, Rouen, PURH, 2016, 512 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire métallique de Louis XIV, ce sont des médailles et c’est un livre publié en 1702 par la dizaine de membres de la Petite Académie, dont les deux historiographes royaux Racine et Boileau. Des savants français, anglo-saxons, italiens et allemands étudient ici cette double histoire royale, ses principes de composition, depuis les premières créations jusqu’à la poétique de l’histoire, en passant par les modèles antiques; ses thématiques, que ce soient les interventions militaires, les ports maritimes ou la mort du roi; sa diffusion, vers les pays proches (Italie, Genève, Lorraine) ou lointains (Siam, Perse, Afrique, Canada); ses imitations, parodies et parallèles, dans la Rome papale comme dans l’Europe du nord. L’analyse a été portée jusqu’aux médailles de Louis XVIII.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Louis XIV Outside In : Images of the Sun King Beyond France, 1661–1715.

CLAYDON Tony (éds.) et LEVILLAIN Charles-Édouard (éds.), Louis XIV Outside In : Images of the Sun King Beyond France, 1661–1715, Farnham, Ashgate, décembre 2015, 231 p.

CLAYDON Tony (éds.) et LEVILLAIN Charles-Édouard (éds.), Louis XIV Outside In : Images of the Sun King Beyond France, 1661–1715, Farnham, Ashgate, décembre 2015, 231 p.

Présentation de l’éditeur :

Louis XIV —the ‘Sun King’— casts a long shadow over the history of seventeenth- and eighteenth-century Europe. Yet while he has been the subject of numerous works, much of the scholarship remains firmly rooted within national frameworks and traditions. Thus in France Louis is still chiefly remembered for the splendid baroque culture his reign ushered in, and his political achievements in wielding together a strong centralised French state; whereas in England, the Netherlands and other protestant states, his memory is that of an aggressive military tyrant and persecutor of non-Catholics.

In order to try to break free of such parochial strictures, this volume builds upon the approach of scholars such as Ragnhild Hatton who have attempted to situate Louis’ legacy within broader, pan-European context. But where Hatton focused primarily on geo-political themes, Louis XIV Outside In introduces current interests in cultural history, integrating aspects of artistic, literary and musical themes. In particular it examines the formulation and use of images of Louis XIV abroad, concentrating on Louis’ neighbours in northwest Europe. This broad geographical coverage demonstrates how images of Louis XIV were moulded by the polemical needs of people far from Versailles and distorted from any French originals by the particular political and cultural circumstances of diverse nations. Because the French regime’s ability to control the public image of its leader was very limited, the collection highlights how—at least in the sphere of public presentation—his power was frequently denied, subverted, or appropriated to very different purposes, questioning the limits of his absolutism which has also been such a feature of recent work.

Sommaire :

Introduction : Louis XIV Upside Down? Interpreting the Sun King’s Image, Tony Claydon and Charles-Édouard Levillain.
1. Image Battles under Louis XIV : Some Reflections, Hendrik Ziegler.
2. Francophobia in Late-17th-Century England, Tim Harris.
3. ‘We Have Better Materials for Clothes, They, Better Taylors’ : The Influence of La Mode on the Clothes of Charles II and James II, Maria Hayward.
4. The Court of Louis XIV and the English Public Sphere: Worlds Set Apart ?, Stéphane Jettot.
5. Popular English Perceptions of Louis XIV’s Way of War, Jamel Ostwald.
6
. Louis XIV, James II and Ireland, D.W. Hayton.
7. Lampooning Louis XIV : Romeyn de Hooghe’s Harlequin Prints, 1688–89, Henk van Nierop.
8. Foe and Fatherland: The Image of Louis XIV in Dutch Songs, Donald Haks.
9. Amsterdam and the Ambassadors of Louis XIV 1674–85, Elizabeth Edwards.
10. Millenarian Portraits of Louis XIV, Lionel Laborie.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – « L’art au temps de Louis XIV ».

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Conférences filmées : « L’invention des bas-fonds parisiens ».

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : cycle de conférences filmées.
Sous la direction : du Comité d’Histoire de la Ville de Paris.


Qui sont ces misérables, ces criminels, prostituées et mendiants qui hantaient la capitale aux yeux des bons citoyens ? Notion mouvante, les bas-fonds, vus comme le refuge de ceux qui vivent aux marges de la société, véhiculent nombre de fantasmes historiques ou littéraires. Pour cerner au mieux cette infra-société urbaine, différents cas d’études vous seront proposés par des historiens spécialistes du Moyen Âge au XIXe siècle, s’appuyant sur les archives pénitentiaires ou policières, les témoignages des contemporains, les romans puisant dans l’imaginaire…

  • « Brigands et cours des miracles au temps du Roi-Soleil » par Lise Andries (université Paris IV – Sorbonne) :

  • « Le triomphe de la police selon le lieutenant général Lenoir (1775-1785) » par Vincent Milliot (université de Caen ):

  • « Dans le Paris de Louis-Dominique Cartouche (1718-1723) » par Patrice Pévéri (université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) :

  • « La prostitution révolutionnaire » par Clyde Plumauzille (université Paris 1 Panthéon Sorbonne):

Journée d’étude : Le Siècle de Louis XIV, ou Voltaire historien de la modernité.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de "La Henriade", ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de « La Henriade », ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : vendredi 4 décembre 2015.
Lieu : salles des Colonnes, Grande Ecurie du château de Versailles.
Sous la direction de : Nicholas Cronk et Mathieu da Vinha.

Entrée libre dans la limite des places disponibles – Inscription obligatoire :
  • En ligne : www.chateauversailles-recherche.fr (rubrique « Événements sur inscription »).
  • Renseignements : +33 (0)1 30 83 75 12.
  • Par courrier : Centre de recherche du château de Versailles – RP834, 78008 Versailles Cedex.
Programme

Continuer la lecture