Archives par étiquette : lieux imaginaires

Appel à publication pour le n°50 de la Revue Dix-huitième siècle : « Les lieux de l’art »

Hubert Robert, Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre, 1796, huile sur toile, H. 1,12 m x L. 1,43 m, Paris, musée du Louvre.

Hubert Robert, Projet d’aménagement de la Grande Galerie du Louvre, 1796, huile sur toile, H. 1,12 m x L. 1,43 m, Paris, musée du Louvre.

Type : Appel à publication

Date limite : 30 novembre 2016

Sous la direction de : Fabrice Moulin (université Paris Nanterre); Élise Pavy-Guilbert (université Bordeaux Montaigne); Pierre Wachenheim (Université de Lorraine)

 

Ce numéro voudrait proposer une réflexion sur les lieux de l’art, dans le sens le plus large qu’on puisse donner à cette formule (lieux où l’on produit les œuvres, où on les expose, où l’on enseigne leur pratique, où l’on discute d’art, etc.). Cette approche doit permettre de ressaisir la plupart des grands enjeux relatifs aux Arts au siècle des Lumières, tout en mobilisant des disciplines et des méthodes de recherche très diverses, entre histoire, histoire de l’art et approche littéraire.

Si, de nos jours, l’art contemporain cherche manifestement ses lieux (espaces physiques, signalés et sans cesse mis à jour par des guides, ou lieux originaires, qui donnent à la création sa signification), le XVIIIe siècle, âge du musée et du boudoir, est justement le siècle où les arts vont trouver et s’inventer des lieux, nouveaux et multiples. C’est là le résultat des considérables mutations que connaissent les Arts (leur statut, leur place dans la société) durant cette période : depuis leur institutionnalisation progressive et l’intégration des discours sur l’art dans le giron académique jusqu’à la crise et l’éclatement de ces institutions avec l’émergence conjointe d’un discours critique et d’un public.

Ce numéro propose de saisir ces enjeux non plus en s’interrogeant sur l’identité – artiste, critique, amateur, connaisseur – des protagonistes de l’art (qui ?) mais sur les lieux où l’art se fabrique, s’expose, se diffuse, mais aussi se discute et s’imagine (où ?). Il s’agit d’ouvrir des perspectives nouvelles, tant dans l’exploration des lieux (en mettant l’accent, au-delà des espaces bien connus du Salon et du musée, sur les lieux triviaux, alternatifs au monde académique…), que dans l’étude des rapports entre ces lieux (complémentarité, opposition, concurrence), de leurs mutations (désacralisation de l’œuvre d’art, autonomisation, marchandisation), en s’intéressant aussi aux passages d’un lieu vers un autre (circulation des discours et des goûts à travers l’Europe, figures de passeurs…), dans une approche en réseau, attentive aux interactions entre l’œuvre d’art et son site, qui sont désormais, pour les Lumières, un objet de pensée et de discours.

Si l’œuvre et le lieu s’articulent si étroitement, c’est peut-être que la frontière s’estompe entre les lieux de l’art – lieux pluriels, physiques, historiques, socio-culturels – et son lieu au sens poïétique du terme : le lieu unique et solitaire où s’origine la création, dans le contexte des pensées esthétiques du génie. Insaisissable et abstrait, ce lieu peut néanmoins s’incarner dans des formes figurables et désormais associées aux représentations de l’artiste (l’atelier de l’artiste, qui commence à s’imposer dans l’imagerie de la création ; le lieu sauvage et naturel comme site de l’inspiration…).

Entre génies du lieu et lieu du génie, ce numéro voudrait esquisser et offrir au lecteur une sorte de géographie dynamique des arts, un panorama, au sens spatial du terme, qui enjambe la frontière entre les lieux historiques et les lieux imaginaires ou fictifs. Continuer la lecture