Archives par étiquette : lancret

La toilette au XVIIIe siècle, entre hygiène et intimité

Au Musée Marmottan-Monet, l’exposition La Toilette. Naissance de l’intime (jusqu’au 5 juillet 2015), s’étend sur une large période, de la Renaissance jusqu’à nos jours. Deux salles, sur les six, sont consacrées à la peinture de la période moderne.

Anonyme (école de Fontainebleau), Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de la duchesse de Villars au bain, fin du XVIe siècle, huile sur toile, 63,5 × 84 cm, Montpellier, Musée Languedocien, collections de la Société archéologique de Montpellier.

Fig. 1 – Anonyme (école de Fontainebleau), Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de la duchesse de Villars au bain, fin du XVIe siècle, huile sur toile, 63,5 × 84 cm, Montpellier, Musée Languedocien, collections de la Société archéologique de Montpellier.

Nadeije Laneyrie-Dagen et Georges Vigarello, commissaires de l’exposition[1], mettent en évidence la rupture qui s’opère au début du XVIIe siècle. Les bains représentés durant la Renaissance, tel le Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et la Duchesse de Villars au bain (Fig. 1), disparaissent à l’orée du Grand Siècle au profit de la toilette sèche. Celle-ci s’effectue habillée, au moyen d’un linge blanc et de diverses poudres ou onguents. La Vue (femme à sa toilette) d’après Abraham Bosse (Fig. 2) est particulièrement représentative de ces nouvelles mœurs. Se déroulant dans la chambre, le moment est pensé comme un spectacle où les visiteurs sont conviés. Lors de la présentation de l’exposition, Nadeije Laneyrie-Dagen précise que « outre une véritable défiance vis-à-vis de l’eau, la dame de qualité ne peut plus être représentée nue ».

Abraham Bosse (d’après), La Vue (Femme à sa toilette), après 1635, huile sur toile, 104 × 137 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.

Fig. 2 – Abraham Bosse (d’après), La Vue (Femme à sa toilette), après 1635, huile sur toile, 104 × 137 cm, Tours, musée des Beaux-Arts.

Fig. 3 - Salomon de Bray, Jeune femme nue, à mi-corps, en train de se peigner, ca. 1635, huile sur bois, 54 × 46 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, don de la Société des amis du Louvre en 1995.

Fig. 3 – Salomon de Bray, Jeune femme nue, à mi-corps, en train de se peigner, ca. 1635, huile sur bois, 54 × 46 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, don de la Société des amis du Louvre en 1995.

Car la nudité ne sied pas aux femmes du monde. La Jeune femme nue à mi-corps en train de se peigner de Salomon de Bray (Fig. 3) ne semble pas en être une. De même que La Femme à la puce de Georges de la Tour (Fig. 4) qui est une domestique, et peut donc être représentée ainsi. Le cadrage serré permet de donner au spectateur une sensation de proximité avec le modèle peint, impression qui est aussi recherchée par Nicolas Régnier dans la Vanité ou Jeune Femme à sa toilette (Fig. 5). Ici, la représentation intime prend la forme d’un jugement moral, de par l’apport de plusieurs objets propres à la symbolique des vanités qui lient la féminité à la coquetterie et à la mort.

 

C’est aussi dans la partie moderne que se trouve la seule représentation où un homme est le sujet principal. Gravure d’Adriaen Pietersz van de Venne, le Gentilhomme à sa toilette[2] côtoie, sur sa cimaise, une Jeune femme se coupant les ongles de Jacob Ochtervelt[3]. Elle est l’une des rares œuvres de la période à montrer des ustensiles destinés à une toilette humide : cependant, le nécessaire disposé sur le sol pour prendre un bain de pieds reste vide.

Georges de La Tour, La Femme à la puce, 1638, huile sur toile, 121 × 89 cm, Nancy, Musée Lorrain.

Fig. 4 – Georges de La Tour, La Femme à la puce, 1638, huile sur toile, 121 × 89 cm, Nancy, Musée Lorrain.

Nicolas Régnier, Vanité ou Jeune Femme à sa toilette, 1626, huile sur toile, 130 × 105,5 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

Fig. 5 – Nicolas Régnier, Vanité ou Jeune Femme à sa toilette, 1626, huile sur toile, 130 × 105,5 cm, Lyon, musée des Beaux-Arts.

La pratique de l’ablution connaît un renouveau progressif dans la toilette au début du XVIIIe siècle. Ce dernier s’accompagne de l’apparition d’objets jusqu’alors inusités, comme en témoignent les eaux-fortes de Jean-Charles Delafosse montrant bidet et demi-baignoire italienne. La scène se privatise et le spectateur n’est plus convié, devenant ainsi voyeur dissimulé dans l’embrasure d’une porte ou d’un paravent. Dans les vitrines, des représentations de moments privés : sexualité et épilation. Utilisation grivoise d’un instant qui ne concerne que celui qui s’y consacre. La coquetterie reste souvent représentée : ainsi, dans la Dame à sa toilette ou La Mouche de François Boucher (Fig. 6), une femme s’apprête pour son amant, en regardant son portrait.

 

François Boucher, La Mouche ou Une dame à sa toilette, 1738, huile sur toile, 86,3 × 76,2 cm, collection particulière.

Fig. 6 – François Boucher, La Mouche ou Une dame à sa toilette, 1738, huile sur toile, 86,3 × 76,2 cm, collection particulière.

Nadeije Laneyrie-Dagen véhicule l’hypothèse que la forme ovale prise par les peintures à cette période atteste d’une nouvelle façon de voir l’intimité par des « trous de serrure ». Les quatre œuvres les plus remarquables de cette partie de l’exposition sont justement des ovales de Boucher, réunis pour la première fois. A l’origine, ils ornent le fumoir de Pierre Paul Louis Randon de Boisset[4] (1708-1776). L’Enfant gâté (Fig. 7) et La Gimblette (Fig. 8), œuvres innocentes, cachent sous leur cadre deux représentations crument érotiques : La Jupe relevée (Fig. 9) et La Femme qui pisse (Fig. 10). Les secondes, masquées, étaient probablement montrées aux seuls proches du propriétaire. Les sujets représentés et le procédé utilisé font de ces deux œuvres en paires, les ancêtres de la célèbre toile L’Origine du monde[5] de Courbet, originellement cachée sous Le château de Blonay[6].

François Boucher, La Gimblette, L'Oeil indiscret, L'Enfant gâté, La Jupe relevée, 1742 ? ou années 1760 ?, huile sur toile, 52,5 × 41,5 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle et coll. part.

Fig. 7, 8, 9, 10 – François Boucher, La Gimblette, La Femme qui pisse, L’Enfant gâté, La Jupe relevée, 1742 ? ou années 1760 ?, huile sur toile, 52,5 × 41,5 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle et coll. part.

Le spectateur observera également La Toilette de Jean-Baptiste Pater[7], propriété du Louvre ; la Jeune femme à sa toilette de François Eisen du musée d’Abbeville (Fig. 11) ; sans oublier le Lever de Fanchon de Nicolas-Bernard Lépicié (1770), habituellement exposé à Saint-Omer[8]. Ils rendent compte, chacun à leur manière, de moments d’intimité qui font de plus en plus partie de la vie quotidienne, comme le montrent aussi dans les vitrines les gravures de Nicolas-René Jollain – telles que Après le bain ou La Serviette qui côtoient les manuels de toilette de l’époque. La salle de bains gothique de Jean-Baptiste Mallet (Fig. 12) vient clôturer ce parcours effectué dans la période moderne : la toilette bénéficie désormais d’un espace privé dédié au sein duquel l’eau retrouve une place essentielle et où la femme jouit d’une solitude que seul l’œil du peintre a le privilège de venir troubler.

François Eisen, Jeune Femme à sa toilette, 1742, huile sur bois, 36,5 × 27,3 cm, Abbeville, musée Boucher-de-Perthes.

Fig. 11 – François Eisen, Jeune Femme à sa toilette, 1742, huile sur bois, 36,5 × 27,3 cm, Abbeville, musée Boucher-de-Perthes.

Jean-Baptiste Mallet, La Salle de bains gothique, 1810, huile sur bois, 40,5 × 32,5 cm, Dieppe, château-musée de Dieppe.

Fig. 12 – Jean-Baptiste Mallet, La Salle de bains gothique, 1810, huile sur bois, 40,5 × 32,5 cm, Dieppe, château-musée de Dieppe.

[1] Concernant les travaux des commissaires sur la thématique du corps et de la femme, nous pouvons citer : Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, 3 vol., Paris, Seuil, 2005, Georges Vigarello, Histoire de la beauté, Paris, Points, 2004 ; Georges Vigarello Le Propre et le sale, Paris, Seuil, 2013, ainsi que Nadeije Laneyrie-Dagen, L’Invention du corps, Paris, Flammarion, 2006.
[2] Adriaen Pietersz van de Venne, Gentilhomme à sa toilette, 1660, grisaille sur bois, 41 x 32 cm, Valenciennes, musée des Beaux-Arts.
[3] Jacob Ochtervelt, Une jeune femme se coupant les ongles, vers 1670-1675, huile sur toile, 74,5 x 59 cm, Londres, The National Gallery.
[4] « On comparait la galerie de cet amateur à un sanctuaire, n’y était pas admis qui voulait. Les prières, les sollicitations restaient sans succès, près d’un homme froid, peu communicatif », dans Gault de Saint-Germain, Souvenirs de quelques amateurs du XVIIIe siècle, Ms 329, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, cité par C .Guichard, Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 216.
[5] Gustave Courbet, L’Origine du monde, 1866, huile sur toile, 46 x 55 cm, Paris, Musée d’Orsay.
[6] Gustave Courbet, Le Château de Blonay, c. 1875, huile sur toile, 46 x 55 cm, Budapest, Musée des Beaux-Arts.
[7] Jean-Baptiste Pater, La Toilette, première moitié du XVIIIe siècle, huile sur toile, 47 x 37,5 cm, Paris, Musée du Louvre.
[8] Nicolas-Bernard Lépicié, Le Lever de Fanchon, 1773, huile sur toile, 74 x 93 cm, Saint-Omer, Musée de l’Hôtel Sandelin.