Archives par étiquette : la font de saint-yenne

Conférence du GRHAM : « La face cachée des pastels : étude des différents supports utilisés par les artistes au XVIIIe siècle », par Valérie Luquet (Paris, 13 décembre 2018).

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : 13 décembre 2018, 19h.
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme l’âge d’or de la peinture au pastel malgré les critiques parfois très virulentes de certains académiciens ou d’Etienne de La Font de Saint-Yenne : « Le nombre des Peintres en Pastel est infini. Mais il est bien à craindre que la facilité & la célérité de ses fragiles craïons ne fassent négliger l’huile beaucoup plus lente à la vérité, mais infiniment plus savante, & incomparable pour la durée* ». L’art du pastel est un domaine dans lequel on remarque, tout au long du siècle des lumières, une intense activité de recherche menée par les artistes ou les marchands de couleurs. Continuer la lecture

Colloque : « Publier sur l’art, l’architecture et la ville : La Font de Saint-Yenne (1688-1771) et l’ambition d’une oeuvre »

a3386

Pierre-Antoine De Machy, Le péristyle du Louvre et la destruction de l’hôtel de Rouillé, 1767, Collection particulière.

Type : colloque.
Date de la manifestation : 24 et 25 novembre 2016.
Lieu : Paris, musée du Louvre, auditorium, Salle des 80

Organisé par : Université Paris – Nanterre
Université Bordeaux Montaigne
Université de Cergy-Pontoise

Inscription obligatoire avant le 14 novembre 2016, auprès de

Fabrice Moulin : fabrice.moulin@u-paris10.fr


Programme

Jeudi 24 novembre

MATIN

9h accueil au point de rendez-vous
9h20 introduction au colloque

La Font de Saint-Yenne parmi les critiques et les peintres
Présidente de séance – Dorit Kluge

9h40-10h Corinne Le Bitouzé (conservateur général des bibliothèques, directrice-adjointe du département des Estampes et de la photographie, BnF), « Logiques de constitution d’un recueil d’écrits sur l’art : la collection Deloynes (1673-1811) »

10h-10h20 Aurélia Gaillard (Professeur, université Bordeaux Montaigne), « Une peinture au passé ou au futur : l’enjeu du choix du sujet dans la constitution d’un espace public des Réflexions (1747) aux Sentiments (1754) de La Font de Saint-Yenne » Continuer la lecture

Appel à communication : « Publier sur l’art, l’architecture et la ville : La Font de Saint-Yenne (1688-1771) et l’ambition d’une œuvre »

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d'un essai sur l'architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l'esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d’un essai sur l’architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l’esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Paris.
Date limite : 25 mars 2016.

La contribution décisive de La Font de Saint-Yenne à la naissance et à l’affirmation d’un nouveau type de discours sur l’art au milieu du XVIIIe siècle n’est certainement plus à prouver. Albert Dresdner et Roland Desné, et à leur suite Else Marie Bukdahl, Annie Becq et Richard Wrigley ont définitivement arraché le littérateur des limbes de la critique. Plus récemment, les travaux de René Démoris, Florence Ferran ou encore Étienne Jollet, éditeur de ses œuvres complètes, ont considérablement contribué à faire sortir les écrits de ce personnage de l’ombre du grand Diderot, dans laquelle on avait tendance à les tenir. Ces études, souvent centrées sur deux des principaux écrits de La Font (les Réflexions sur quelques causes de l’État présent de la peinture en France, avec un Examen des principaux Ouvrages exposés au Louvre, 1746, parues en 1747, et les Sentiments sur quelques ouvrages de peinture, sculpture et gravure, Écrits à un particulier en province, publiées en 1754), ont mis en évidence la témérité et l’audace de leur auteur qui revendique le droit fondamental au libre exercice de la critique. Plus encore, elles ont souligné le coup de force qu’a constitué l’irruption, dans le discours sur l’art, d’une parole et d’un jugement profanes s’autorisant du seul « public » – entité évidemment floue dont Thomas Crow a bien montré qu’elle allait devenir, justement à partir de La Font de SaintYenne, l’enjeu principal des affrontements idéologiques autour du Salon. En soulignant l’ampleur du scandale (dont l’éclat semble effacer jusqu’au personnage, dont on ne sait encore aujourd’hui que très peu) et la vigueur de la polémique engendrées, les analyses sur La Font ont démontré que son œuvre avait indéniablement une valeur inaugurale. Ce colloque autour de La Font de Saint-Yenne se propose de prolonger la réflexion dans trois directions :

Continuer la lecture