Archives par étiquette : jollet

Colloque : « Allégorie et Topographie à l’époque moderne (XVIe – XVIIIe siècles) »

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Colloque international
Date : 9 et 10 juin 2016
Lieu : Salle Vasari et Salle Perrot, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Sous la direction de : Etienne Jollet (Université Paris I Panthéon Sorbonne, HiCSA) et Antonella Fenech Kroke (CNRS, Centre André Chastel)

Les arts de la période moderne, de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, accordent une importance majeure à l’allégorie comme mode d’évocation visuelle d’un universel invisible – que ce soit le divin chrétien ou les valeurs humanistes. Ainsi définie, la pensée de l’allégorie apparaît éloignée de la topographie en tant que prise en considération de la spécificité du lieu, à la fois visible, matériel et singulier. Or cette tension entre l’universel et le singulier, le visible et l’invisible, l’immatériel et le matériel, la figure et le lieu, la production du sens et la description du monde est une caractéristique essentielle d’arts visuels en constant questionnement de leurs limites et de leur légitimité. L’interrogation sur la capacité de l’allégorie à s’inscrire dans le vaste processus de la sécularisation et, réciproquement, de la représentation d’un monde de mieux en mieux connu à visualiser la transcendance, anime un mouvement dont les quatre sessions du colloque (« Le lieu de l’allégorie »; « L’allégorie du lieu »; « L’allégorie et les mondes » et « L’espace allégorique ») proposeront quelques aspects.

Programme :

Jeudi 9 juin, Salle Vasari

10h – Introduction par Etienne Jollet et Antonella Fenech Kroke

Continuer la lecture

Appel à communication : « Publier sur l’art, l’architecture et la ville : La Font de Saint-Yenne (1688-1771) et l’ambition d’une œuvre »

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d'un essai sur l'architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l'esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d’un essai sur l’architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l’esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Paris.
Date limite : 25 mars 2016.

La contribution décisive de La Font de Saint-Yenne à la naissance et à l’affirmation d’un nouveau type de discours sur l’art au milieu du XVIIIe siècle n’est certainement plus à prouver. Albert Dresdner et Roland Desné, et à leur suite Else Marie Bukdahl, Annie Becq et Richard Wrigley ont définitivement arraché le littérateur des limbes de la critique. Plus récemment, les travaux de René Démoris, Florence Ferran ou encore Étienne Jollet, éditeur de ses œuvres complètes, ont considérablement contribué à faire sortir les écrits de ce personnage de l’ombre du grand Diderot, dans laquelle on avait tendance à les tenir. Ces études, souvent centrées sur deux des principaux écrits de La Font (les Réflexions sur quelques causes de l’État présent de la peinture en France, avec un Examen des principaux Ouvrages exposés au Louvre, 1746, parues en 1747, et les Sentiments sur quelques ouvrages de peinture, sculpture et gravure, Écrits à un particulier en province, publiées en 1754), ont mis en évidence la témérité et l’audace de leur auteur qui revendique le droit fondamental au libre exercice de la critique. Plus encore, elles ont souligné le coup de force qu’a constitué l’irruption, dans le discours sur l’art, d’une parole et d’un jugement profanes s’autorisant du seul « public » – entité évidemment floue dont Thomas Crow a bien montré qu’elle allait devenir, justement à partir de La Font de SaintYenne, l’enjeu principal des affrontements idéologiques autour du Salon. En soulignant l’ampleur du scandale (dont l’éclat semble effacer jusqu’au personnage, dont on ne sait encore aujourd’hui que très peu) et la vigueur de la polémique engendrées, les analyses sur La Font ont démontré que son œuvre avait indéniablement une valeur inaugurale. Ce colloque autour de La Font de Saint-Yenne se propose de prolonger la réflexion dans trois directions :

Continuer la lecture

Colloque : Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Affiche-colloquePIF

Type : Colloque.
Date : Du 15 au 17 octobre 2015.
Lieu : Salle Dussane, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005, Paris.

Programme :

Jeudi 15 octobre :

L’anecdote entre art du discours et pratique de la peinture :

Présidence : Pierre Caye.

L’anecdote : cadres : 

9h : Ouverture.

9h10 : Emmanuelle Hénin (Université de Reims) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste ».

9h35 : Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques ».

10h : Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin ».

10h25 : Discussion et pause.

11h20 : Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès ».

11h45 : Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle ».

12h10 : Discussion et déjeuner.

Anecdotes et pratique de la peinture :

Présidence : Agnès Rouveret.

14h : Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi ».

14h25 : Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc ».

14h50 : Discussion et pause.

15h45 : Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle ».

16h10 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières ».

16h45 : Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Vendredi 16 octobre :

La fascination mimétique :

Topoi mimétiques :

Présidence : Hélène Casanova-Robin.

9h : Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif ».

9h25 : José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna ».

9h50 : Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals ».

10h15 : Léonard Pouy (Université Paris Sorbonne & de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle ».

10h40 : Discussion et pause.

11h30 : Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) ».

11h55 : François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres ».

12h20 : Discussion et déjeuner.

La mimésis sculpturale :

Présidence : Nadeije Laneyrie-Dagen.

14h20 : Présentation du site « Pictor in Fabula ».

14h35 : Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste ».

15h : Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin ».

15h25 : Discussion et pause.

16h20 : Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce ».

16h45 : Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Samedi 17 octobre :

Transpositions:

Portrait de l’artiste en Apelle :

Présidence : Giovanni Careri.

9h : Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico ».

9h25 : Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter ».

9h50 : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle ».

10h15 : François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) ».

10h40 : Discussion et pause.

Peindre les anecdotes :

11h25 : Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle ».

11h50 : Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie ».

12h15 : Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) ».

12h40. Discussion.