Archives par étiquette : Jean Michel Papillon

Séminaire doctoral commun : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”.

 

Capture d’écran 2016-01-12 à 19.15.56

Type : séminaire doctoral commun.
Date : 14 janvier 2016 à partir de 18 h.
Lieu : Paris, INHA, 2 rue Vivienne, 1er étage, salle Jullian.


L’équipe du Séminaire Doctoral Commun Paris 1-Paris 4 a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance du séminaire, qui aura lieu ce jeudi 14 janvier 2016 de 18h à 20h à l’INHA (2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Jullian – 1er étage) : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”. Lors de cette séance, nous porterons nos réflexions sur la méthode comparative dans le cas du connoisseurship et de l’attribution des œuvres.

A cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir M. Eric Pagliano (Conservateur, C2RMF) qui modérera la discussion, et nous écouterons deux doctorants confrontés à ces questions dans le cadre d’une thèse :

Maxime Georges Métraux (Université Paris 4) : “Méthodes et enjeux de l’approche comparative dans la pratique du connoisseurship“:

Cette communication se propose d’analyser l’usage de la comparaison dans l’activité du connoisseurship. Une étude historiographique de l’approche comparative, entre réflexe cognitif et figure rhétorique, sera d’abord proposée, elle reviendra sur les dispositifs théoriques et techniques qui président à son usage depuis les écrits de Roger de Piles[1] jusqu’aux pratiques contemporaines de Martin Kemp[2]. Il sera ensuite question d’une réflexion sur la comparaison et sa dimension heuristique à travers le cas privilégié de Guy-Louis Vernansal[3] (1648-1729) mais également celui de Nicolas Maréchal[4] (1753-1802) et de la dynastie des Papillon.

Nikita de Vernejoul (EPHE) : “La place du connoisseurship. Entre carence de sources et exigences du marché”.

Comme d’accoutumée, nous clôturerons cette séance par un pot dans l’échange et la convivialité.

L’équipe organisatrice du séminaire doctoral commun (qui vous souhaite une excellente année 2016) :
Sung Moon Cho (Paris 4)
Marion Grébert (Paris 4)
Clémence Legoux (Paris 1)
Claire van Seters (Paris 1).

—————————————————————————————————————————————-

[1] Pour la période moderne, Pierre-Jean Mariette, Antoine Joseph Dezallier d’Argenville et Jonathan Richardson seront également étudiés.

[2] Outre Martin Kemp, les pratiques de Giovanni Battista Cavalcaselle, Giovanni Morelli, Bernard Berenson et de Max Friedländer seront évoquées.

[3] L’analyse portera principalement sur L’allégorie de la révocation de l’édit de Nantes (1687).

[4] Les exemples privilégiés seront La Philosophie et le patriotisme vainqueur des préjugés (ca. 1790) et Le lion du Museum d’histoire naturelle avec son chien dessiné d’après nature (ca. 1795).

Journée d’étude : « Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

Sans titre

Type : Journée d’étude.
Date : samedi 10 octobre 2015.
Lieu :  salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Cette journée est organisée par le Centre de recherche en préservation des biens culturels (CRPBC), composante de l’équipe d’accueil 4100 – Histoire culturelle et sociale de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne. Elle sera consacrée à la littérature de la technologie de l’art en Europe entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle, époque qui voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Sont parvenus jusqu’à nous un grand nombre d’écrits technologiques relevant du domaine proprement artistique, datant de cette période, qu’il s’agisse de recueils de recettes, de manuels ou de traités. Ils constituent aujourd’hui une source privilégiée pour mieux comprendre comment les objets que nous considérons aujourd’hui comme des oeuvres d’art, ont été fabriqués. Une lecture naïve de ces textes technologiques pourrait laisser penser qu’il s’agit simplement d’ouvrages rédigés par des artistes ou artisans, dans lesquels ces derniers auraient voulu consigner leur savoir-faire afin de le transmettre à d’autres artistes. En analysant notamment les modalités d’élaboration et de transmission de certains de ces écrits, ce colloque montrera que la question est bien plus complexe. Qui sont les auteurs de ces textes : s’agit-il de praticiens expérimentés, d’amateurs ou encore d’érudits cherchant à faire oeuvre encyclopédique ? D’où vient le savoir technologique ainsi véhiculé : de leur expérience artistique personnelle, de leur observation de la pratique d’artistes, de la lecture d’ouvrages plus anciens ou contemporains ? Dans quel but ces textes ont-ils été mis par écrit : comme simple aide-mémoire à des fins personnelles, en tant que manuel d’atelier ou bien pour une diffusion plus large, notamment via l’imprimé, destinée à un lectorat plus vaste ? De quelle manière la chaîne de transmission de ces écrits a-t-elle pu modifier leur contenu et quels liens de parenté, plus ou moins éloignée, peut-on établir entre certains de ces ouvrages ? En tentant de répondre à ces questions, c’est donc le statut même de ces textes que ce colloque se propose d’interroger afin mieux le cerner.

Programme :

9h50 : Introduction : Anne SERVAIS.

Les livres de recettes, un genre de la littérature technologique ?

modérateur : Cécile PARMENTIER.

10h, Sandro BARONI, Fondazione Maimeri, Milan, Simona RINALDI, Università degli Studi della Tuscia-Viterbo, Paola TRAVAGLIO, DAStU-Dipartimento di Architettura e Studi Urbani, Politecnico di Milano, Formation, transmission and genres in the recipe books of art technology between the Middles Ages and the 18th century : new proposals for analysis and interpretation.

10h30 : Sylvie NEVEN, Fonds de la Recherche Scientifique – FNR, Le savoir (art-)technologique dans la littérature des recettes en Europe du Nord (1400-1600) : élaboration – utilisation – transmission.

11h : Discussion.

11h20 : Pause.

Ecrire sa pratique artistique : les peintres auteurs de manuscrits technologiques.

modérateur : Claire BÉTELU.

11h40 : Lara BROECKE, restauratrice, diplômée du Hamilton Kerr Institute, Cambridge, Truth and intention in the ‘Libro dell’Arte’.

12h10:  Tilly LAASER, Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart, Friedrich Brentel the Elder – Artist, author, teacher.

12h40 : Discussion.

13h : Pause déjeuner.

Une littérature technologique méthodique : collecte et transmission.

modérateur : Alfredo VEGA CARDENAS.

14h30 : Cécile PARMENTIER, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Le Ms Sloane 2052 (British Museum) : accéder à un savoir technologique par une approche pré-scientifique.

15h : Annemie LEEMANS, University of Kent – Universidade do Porto, Contextualization of England’s first printed source about limming : a book historical study of ‘A Very Proper Treatrise (1573).

15h30 : Maxime Georges MÉTRAUX, Université Paris IV – Sorbonne, Savoir et transmission des techniques de la gravure sur bois dans l’oeuvre de Jean-Michel Papillon (1698-1776).

16h : Discussion.

16h20 : Pause.

Quelles sources pour la recherche sur la technologie de l’art ?

modérateur : William WHITNEY.

16h40 : Ad STIJNMAN, Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, The ‘Art Technological Research’ Working Group and the Dissemination of Information on Art Technology.

17h10 : Discussion.

17h30 : Conclusion – Thierry LALOT.