Archives par étiquette : Jean-Louis Rémilleux

Le XVIIIe siècle à l’honneur chez Christie’s : la vente de la collection de Jean-Louis Rémilleux.

 

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm.

Les 28 et 29 septembre prochains seront mis aux enchères à Paris chez Christie’s une partie de la collection de meubles, d’objets et d’œuvres d’art du XVIIIe siècle patiemment constituée pendant ces trente dernières années par Jean-Louis Rémilleux en son château de Digoine. Parmi les quelques 1 000 lots présentés à la vente, on remarquera une Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis (huile sur toile, 77 x 112 cm) d’Hubert Robert (Paris, 1733 – 1808), lot 26 estimé à 150 000 – 200 000 €, une commode en cabinet d’époque Louis XVI en laque du Japon (96 x 116 x 52,5 cm) estampillée Martin Carlin, lot 137 estimé à 100 000 – 200 000 €,et La Citoyenne Tallien (1773 – 1835) dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés (huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm) de Jean-Louis Laneuville (Paris, 1756 – 1826), lot 277 estimé à 150 000 – 200 000 €. Ce tableau, emblématique de l’époque de la Terreur et de la chute imminente de Robespierre, fut exposé au Salon de 1796 où il fit scandale et dut être retiré car rappelant au public des événements trop douloureux.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d'être coupés, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés, 1796, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Toutes ces œuvres, bientôt dispersées, étaient rassemblées au Château de Digoine (ouvert au public), situé en Saône-et-Loire près de Palinges. Ce château de 75 pièces, qui est considéré comme un fleuron de l’architecture classique en Bourgogne, a été remanié entre 1750 et 1770 par l’architecte Edme Verniquet (Châtillon-sur-Seine 1727 – Paris 1804).

Château de Digoine

Château de Digoine

Florence Fesneau