Archives par étiquette : Jean-Jacques Rousseau

Conférence du GRHAM : « Boucher dans l’espace des lettres » par Christophe Martin (Paris, 17 mai 2018)

Pierre Quentin Chedel d’après François Boucher, Frontispice,
dans Charles Pinot-Duclos, Acajou et Zirphile (1743).

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Alors que Jean Starobinski a magistralement analysé la place de « Diderot dans l’espace des peintres » (Paris, RMN, 1991), il s’agira plus modestement, et en sens inverse, d’indiquer la place de Boucher dans l’espace des lettres. Est-ce tout à fait un hasard que l’on ait si souvent désigné Boucher comme le « Fontenelle de la peinture » ? En s’interrogeant d’abord sur le succès de cette formule, on examinera quelques aspects de cette interaction multiple et complexe de l’oeuvre de Boucher et de la littérature du XVIIIe siècle, en s’intéressant plus particulièrement à trois cas permettant de mesurer à quel point le siècle des Lumières a pu tout à la fois écrire avec et contre Boucher : Acajou et Zirphile de Duclos (1743) ; les Salons de Diderot (1759 – 1767) ; La Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761).

Christophe Martin est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et directeur de CELLF (UMR8599). Spécialiste du XVIIIe siècle et en particulier de Fontenelle, Marivaux, Montesquieu, Diderot et Rousseau, ses recherches portent principalement sur les liens entre fiction, anthropologie et philosophie. Il est l’auteur, notamment, de Espaces du féminin dans le roman français du XVIIIe siècle (SVEC, Voltaire Foundation, 2004) ; « Education négative ». Fictions d’expérimentation pédagogique au XVIIIe siècle (Garnier, 2010) ; La Religieuse de Diderot (Gallimard, 2010) ; Mémoires d’une inconnue. Etude de La Vie de Marianne de Marivaux (Rouen, PURH, 2014) ; L’Esprit des Lumières. Histoire, littérature, philosophie (Armand Colin, 2017). Il est directeur-coordinateur des Oeuvres complètes de Rousseau en cours de publication aux éditions Classiques Garnier, et co-directeur de la collection »L’Europe des Lumières » chez le même éditeur.

Appel à communication : Epistolary Discourse: Letters and Letter-Writing in Early Modern Art

 

llustration of Pamela: or, Virtue rewarded. In a series of Familiar Letters from a Beautiful Young Damsel to her Parents by Samuel Richardson (1741)

Type : Appel à publication

Date limite de l’appel : 1er juillet 2017

While cultural historians have recently published a number of studies on letters and letter-writing in Early Modern Europe, the subject has not been sufficiently explored from an art historical perspective.

Though some texts on Early Modern private life offer insight on the prominence of the theme in art, a more exhaustive analysis is in order, especially since letters and letter-writing are depicted in art in other contexts besides the domestic realm. Indeed Early Modern epistolary discourse falls into both private and public categories. In the private sector, the Early Modern period saw a significant increase in literacy, especially among women, mainly due to the development of the printing press and the subsequent proliferation of texts. Women no longer dictated their letters to others, but wrote them themselves. As letter-writers, they could now take on intimate roles, such as that of mothers, lovers, or travelers, without the intrusion of a writing assistant. In the public sector, members of the papal curia exchanged letters to publicize new statutes, while spiritual leaders in general often corresponded to offer religious instruction and guidance. Continuer la lecture