Archives par étiquette : Jean-Baptiste Greuze

L’enfant des Lumières au musée Marmottan Monet

    L’exposition[1] qui a lieu actuellement au musée Marmottan Monet, « L’Art et l’enfant », propose une histoire de l’enfance au travers d’œuvres allant du Moyen-Age jusqu’au XXe siècle. Pour le catalogue de cette exposition, Jacques Gélis[2] a rédigé deux contributions qui touchent plus particulièrement à la situation de l’enfant aux XVIIe et XVIIIe siècles dont nous donnons ci-après un compte-rendu.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Jusqu’à la fin du Moyen-Age, les représentations consacrées aux enfants sont peu courantes et elles restent encore modestes au XVIe siècle. De plus l’enfant ne figure jamais seul à moins qu’il ne s’agisse de l’enfant exceptionnel qu’est le dauphin royal ou l’Enfant Jésus.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Les sources écrites témoignent d’un certain détachement vis-à-vis de l’enfant dont on attend essentiellement qu’il perpétue la famille. La pudeur – voire la froideur – domine la relation entre parents et enfants, les gestes de tendresse semblant absents. Néanmoins le portrait de groupe commandé par le chef de famille est synonyme de réussite sociale et symbole d’avenir grâce aux enfants, héritiers d’une lignée. La famille Haber de Montmor témoigne de cette volonté d’enraciner les individus dans le passé ancestral, un univers où l’individu et le social sont étroitement imbriqués. Continuer la lecture

« Le Rembrandt français » Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810)

Jean-Jacques de Boissieu, Autoportrait, 1796, gravure, 26,8 x 23,6 cm, Luxembourg, Villa Vauban.

Jean-Jacques de Boissieu, Autoportrait, 1796, eau-forte, pointe sèche, burin et roulette, 26,8 x 23,6 cm, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte der Universität Trier.

La Villa Vauban, musée d’art de la Ville de Luxembourg, présente actuellement (et jusqu’au 10 avril 2016) une exposition[1] sur le dessinateur et graveur français Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810) que l’on peut redécouvrir au travers d’une centaine d’estampes. Cette exposition qui permet de découvrir une partie des richesses des fonds de l’Université de Trêves en matière de dessins et gravures sera ensuite présentée au Georgium de Dessau (Saxe-Anhalt).

Jean-Jacques de Boissieu, Tête de vieillard, de profil vers la gauche, dessin, 23,5 x 18,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Jean-Jacques de Boissieu, Tête de vieillard, de profil vers la gauche, dessin, 23,5 x 18,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Aujourd’hui largement méconnu, Jean-Jacques de Boissieu bénéficia, de son vivant, de l’estime des collectionneurs et du public européens grâce à ses grandes qualités d’aquafortiste ainsi qu’à sa parfaite maîtrise du chiaroscuro qui lui valut d’être comparé à Rembrandt. Peintre sur soie lyonnais, Boissieu vient parfaire son éducation artistique à Paris de 1761 à 1764. Il y rencontre le graveur Jean-Georges Wille (1715 – 1808), l’architecte Jacques-Germain Soufflot (1713 – 1780), ainsi que les peintres Claude Joseph Vernet (1714 – 1789), Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805) et Claude-Henri Watelet (1718 – 1786). Ente 1765 et 1766 il effectue son Grand Tour en compagnie du duc de la Rochefoucauld, puis rentre à Lyon où il est reçu à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts en 1780. Exerçant, par ailleurs, diverses fonctions administratives, il ne sera pas inquiété durant la Révolution (ses plaques de cuivre seront même protégées par décret) grâce à l’amitié de Jacques-Louis David et il finira sa carrière en tant que maire de Lentilly.

pont

jean-Jacques de Boissieu, Le grand pont de pierre, 1799, eau-forte, pointe sèche et roulette, 31,1 x 41,9 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

L’exposition insiste plus particulièrement sur ses paysages et ses études attentives de l’homme. Comme ses contemporains, Boissieu bénéficie d’une connaissance approfondie des peintures de paysages de l’Age d’or de la peinture hollandaise grâce aux relations qu’il entretient avec de nombreux collectionneurs. Il revisite les œuvres d’artistes comme Nicolaes Berchem, Karel Dujardins ou Jacob van Ruisdael tout en les faisant siennes : il ajoute ou retranche certains groupes de personnages et, surtout, se distingue par son traitement particulier de l’ombre et de la lumière. Les paysages réalisés par Boissieu dans les alentours de sa ville natale de Lyon semblent faits pour les rêveries du promeneur solitaire qu’est, à la même époque, Jean-Jacques Rousseau, donnant à voir le caractère sublime et éphémère d’une nature où paysans et bergers se reposent ou vaquent paisiblement à leurs activités quotidiennes.

Jean-Jacques de Boissieu, Les grands tonneliers, 1790, eau-forte, 30 x 42 cm, marché de l’art.

Jean-Jacques de Boissieu, Les grands Tonneliers, 1790, eau-forte, pointe sèche et roulette, 26,0 x 39,7 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Au travers de ses différentes études de têtes, portraits ou scènes de genre, Boissieu livre de la figure humaine une vision attentive et sans concession de par son trait acéré et parfois un peu sec.

Bulles de savon, 1790

Jean-Jacques de Boissieu, Les Bulles de savon, 1799, eau-forte, pointe sèche et roulette, 26,7 x 37,5 cm,Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Les eaux-fortes de Boissieu – en particulier celles avec des effets de clair-obscur dans le style de Rembrandt – sont très recherchées des amateurs et collectionneurs éclairés, dont Ignace-Joseph de Claussin (1795 – 1844). Leurs qualités intrinsèques en font de bons objets d’étude de l’art de l’eau-forte, voire des modèles à part entière : à ce titre Boissieu est particulièrement apprécié du peintre Adolph von Menzel (1815 – 1905).

Feuille d'étude, Quatre têtes, 1770

Jean-Jacques de Boissieu, Feuille d’étude. Quatre têtes, 1770, eau-forte, 23,5 x 18,8 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

En 1810, dans l’Hommage rendu à la mémoire de Jean-Jacques Boissieu, le Conseil du Conservatoire des Arts de Lyon note : « Il choisissait pour objet de ses imitations, non ces sites effrayans, ces convulsions de la nature, où les éléments semblent se combattre, mais des rivages fleuris, l’ombrage des bois, les travaux champêtres, la gaieté villageoise, les jeux innocens du coin du feu : Son imagination, pleine de sensibilité, lui représentait ces scènes paisibles sous les couleurs les plus aimables.[2] ».

Portrait du centenaire de Lyon, eau forte, pointe sèche.

Jean-Jacques de Boissieu, Portrait du centenaire de Lyon, 1780, eau forte et pointe sèche, 26,4 x 33,3 cm, Trêves, Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte des Universität Trier.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————-

[1] L’exposition a été conçue en collaboration avec la Graphische Sammlung des Fachs Kunstgeschichte der Universität Trier et placée sous le patronage de l’Institut français du Luxembourg. La direction générale est assurée par Danièle Wagner et le commissariat d’exposition et scénographie par Stephan Brakensiek, Gabriele D. Grawe, Angelika Glesius. Un catalogue, en langue allemande, a été publié : Jean-Jacques de Boissieu (1736 – 1810) Le Rembrandt français, Hrsg von Stephan Brakensiek und Danièle Wagener. Mit Beiträgen von Stephan Brakensiek, Natacha Erpelding, Sarah Haxhiu, Raymond Keller, Claudia Stafanie Klein, Claas Dennis Mark, Manuela Rausch, Selina Wernstedt, Luxembourg 2015.

[2] Hommage rendu à la mémoire de Mr. Jean-Jacques Boissieu Par le Conseil du Conservatoire des Arts de Lyon Dans la Séance du 9 Mars 1810, Lyon, Cutty, 1810, p. 22.

Vente Grandchamp des Raux : records battus par les académiciennes !

Le jeudi 26 mars 2015, les quarante-neuf coups du marteau de Matthieu Fournier ont dispersé la collection de peintures de Louis Grandchamp des Raux au cours d’une vente organisée par Sotheby’s et Artcurial à Paris.

Tous les lots ont été vendus, sans que les musées français n’aient fait valoir leur droit de préemption. Ce retrait s’explique probablement par le montant élevé des estimations, qui n’a cependant pas découragé les autres acheteurs. Ainsi, la majorité des lots a été adjugée dans la tranche prévue par les estimations, et près de 40% des lots ont même dépassé ces prévisions, portant le résultat global de la vente à plus de 7 630 000 € (8,7 millions avec les frais).

Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

1. Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

À l’exemple de Louise Moillon, dont l’une des deux natures mortes (ill. 1) a trouvé acquéreur pour 900 000 € (hors frais), d’autres artistes ont visiblement battu leur record sur le marché de l’art[1].

Tout comme les œuvres de Louise Moillon, celles d’Anne Vallayer-Coster ont remporté un franc succès commercial. Compte tenu du faible nombre de femmes reçues à l’Académie royale de peinture et de sculpture[2], la qualité esthétique de leurs tableaux se double d’une valeur sociale indéniable. Le développement des gender studies a sans doute aiguisé l’intérêt du public pour ce type de productions, a fortiori quand le modèle est également une artiste (ill. 2).

Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

2. Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Pourtant, c’est moins la musicienne -dont le violon est proprement désaccordé- que la psychologie de la demoiselle qui est mise en avant dans cette composition poétique mêlant les genres du portrait et de la nature morte. À l’écart des scènes moralisantes de son contemporain Greuze[3], Anne Vallayer-Coster semble ici renouer avec l’ancienne tradition du memento mori. Tenant un violon dont la première corde a déjà lâché, le jeune modèle apparaît dans la posture humble d’une Madeleine pénitente dont le regard semble s’évanouir au travers des  portées musicales. Le public pourra bientôt l’admirer dans un musée européen, qui l’a acquis pour la somme de 750 000 € (hors frais).

Le goût de Louis Grandchamp des Raux pour les assemblages harmonieux transparaît également dans la nature morte, qui est le genre pictural le plus représenté dans sa collection. Parmi les plus remarquées, la fascinante composition de Pierre-Antoine Lemoine est une des quatre œuvres actuellement référencée de l’artiste (ill. 3): elle a trouvé acquéreur pour 350 000 € (hors frais).

Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

3. Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

En lien avec ce genre, il convient aussi de signaler cinq œuvres de François Desportes (1661-1743), dont l’esquisse d’un tableau représentant les chiennes de Louis XV Bonne, Nonne et Ponne (Paris, Musée de la chasse et de la nature).

À signaler enfin, parmi des paysages de Boucher, Fragonard et Hubert Robert, Le lever du jour, départ des pêcheurs (ill. 4) de Joseph Vernet, qui s’est envolé (en France : le tableau, issu de l’ancienne collection du château de Ferney-Voltaire, est classé monument historique) pour 700 000 € (hors frais).

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Dans un communiqué de presse commun, Sotheby’s et Artcurial se sont félicités d’avoir battu un record remontant à plus de vingt ans. En conséquence, la vente Grandchamp des Raux est révélatrice d’un regain d’intérêt pour la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la recherche en Histoire de l’art moderne ne peut que se flatter.

_______________________________________________________________________________________________

 [1] À en juger par les résultats de la base Artprice, c’est le cas du peintre de Pierre-Antoine Lemoine (Paris 1605-1665) et d’Anne Vallayer-Coster (Paris 1744-1818).
[2] Octave Fidiere, Les femmes artistes à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris: Charavay frères, 1885.
[3] Justement, le Portrait de jeune femme au fichu blanc (lot 27) peint par Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) a été vendu en deçà de son estimation (75 000 € hors frais).