Archives par étiquette : Jean-Baptiste Colbert

Publication : La liasse et la plume Les bureaux du secrétariat d’État de la Marine (1669-1792)

Jörg Ulbert et Sylviane Llinares (dir.), La liasse et la plume, Presses universitaires de Rennes, 2017.

En 1669 est créée la charge de secrétaire d’État de la Marine. Son premier titulaire, Jean-Baptiste Colbert, se met à construire une administration centrale. Le nouveau département croît rapidement. À mesure que l’effectif des commis affectés à la gestion des affaires de Marine augmente, des subdivisions, les « bureaux », sont mises en place. Ces derniers sont eux-mêmes divisés en « détails », qui forment le dernier maillon de la chaîne administrative. Le nombre des bureaux s’adapte à l’évolution des besoins. On en ouvre, d’autres sont supprimés ou fusionnent pour donner naissance à de nouvelles entités. Cette subdivision en bureaux persiste jusqu’en 1786, année où Castries réorganise les branches existantes en quatre grandes directions. Les contributions réunies dans ce volume s’intéressent à cette évolution de l’administration centrale de la Marine de 1669 à la Révolution. Elles se penchent également sur les tâches quotidiennes des hommes qui y travaillent, sur leur environnement matériel, ainsi que sur leur recrutement et leurs carrières.

Plus d’information sur http://s www.pur-editions.fr

Quand Coysevox rencontre Colbert

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Avant sa mise en vente le 12 novembre à 18h (estimation 3 millions d’euros), la maison Leclere expose en ce moment à Drouot un remarquable buste de Colbert par Coysevox, classé au titre des monuments historiques en 1937. Ce buste fut offert par l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture à Jean-Baptiste Colbert en 1677 et est resté dans la descendance du principal ministre de Louis XIV jusqu’à aujourd’hui (collection de S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme).

Au cours de sa carrière Antoine Coysevox (1640 – 1720) réalisera trois portraits sculptés de Colbert (1619 – 1683) : celui qui est présenté à la vente est le seul réalisé ad vivum tandis que les deux autres sont des reprises post mortem (l’un est conservé au musée du Louvre et l’autre fait partie du monument funéraire en l’église Saint-Eustache de Paris).

La réalisation du buste de 1677 semble être due à une initiative personnelle de Coysevox qui y voit le moyen de s’assurer les faveurs d’un prestigieux protecteur pouvant lui ouvrir les portes des chantiers royaux. De fait, les qualités de l’œuvre sont à l’origine du processus de reconnaissance de Coysevox en tant que grand sculpteur et portraitiste de génie et permettront à ce dernier d’exercer ses talents aussi bien à Versailles qu’à Marly et à Sceaux.

A l’occasion de cette vente, la maison Leclere a édité un catalogue conséquent sous la direction Guillaume de Carbonnières avec des articles de Françoise de la Moureyre (« Sculpter le portrait en France au XVIIe siècle ») et de Michel Vergé-Franceschi (« Colbert : un homme d’état hors du commun ») que l’on peut consulter en ligne :

http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2637/4699/59758&lng=fr

Florence Fesneau