Archives par étiquette : Japon

Conférence : “Le Dit du Genji en peintures et en gravures dans le Japon du XVIIe siècle (Smith-Lesouef japonais 52)”.

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from "The Ivy" (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from “The Ivy” (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : conférence.
Date : 28 février 2017 à 18h15.
Lieu : Galerie Colbert, auditorium, Institut national du patrimoine, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Le Dit du Genji est un roman composé peu après l’an mil par une dame de la cour de Heian, au Japon. Il célèbre la vie et les amours d’un personnage fictif, le prince Genji, de sa jeunesse à sa mort, et décrit les rites, cérémonies, luttes de pouvoir et pratiques artistiques à la cour impériale. Considéré comme un texte majeur de la littérature classique, il est diffusé jusqu’au début du XVIIe siècle sous forme de manuscrits ; ses épisodes les plus marquants font l’objet de mise en images sous divers formats (rouleaux, éventails, paravents, etc.).

La conférence présentera une série d’albums contenant 200 peintures du Dit du Genji, datant du XVIIe siècle. Ils ont été acquis dans la deuxième moitié du XIXe siècle par le bibliophile Auguste Lesouëf (1829-1906), puis légués à la Bibliothèque nationale en 1913 avec l’ensemble de sa collection. Ce dernier, passionné de manuscrits à peintures occidentaux et orientaux, remarque la qualité de ces miniatures : elles témoignent pour lui d’une culture brillante et d’un passé aristocratique dont il veut garder les vestiges. Continuer la lecture

Publication : Chefs-d’œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles.

CURVELO Alexandra (dir.), Chefs-d'œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles, Paris, Chandeigne, 2015, 176 p.

CURVELO Alexandra (dir.), Chefs-d’œuvre des paravents nanban. Portugal-Japon XVIe-XVIIe siècles, Paris, Chandeigne, 2015, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

Dès 1543 – date de l’arrivée des Portugais en terre nippone –, les Japonais entrèrent en contact régulier avec les nanban-jin (« barbares du Sud »), et ce jusqu’à la fermeture durable du pays à partir des années 1640. Ces commerçants et ces missionnaires, en provenance majoritairement du Portugal, furent à l’origine d’une thématique de l’art japonais aux XVIe et XVIIe siècles.
Les peintures qui ornent les byobu (paravents) nanban décrivent une extraordinaire confrontation de civilisations et sont saisissantes par leur beauté.
L’histoire de l’arrivée des Européens, du point de vue oriental, s’y déroule sous nos yeux, notamment dans les oeuvres des peintres de l’école Kano. Tantôt critiques, tantôt festifs et joyeux, les byobu mettent en images les prémices de l’occidentalisation de l’Asie.
Chefs-d’œuvre des paravents nanban présente treize de ces byobu. Ils sont accompagnés d’un texte sur la passionnante histoire de la rencontre – commerciale, religieuse et culturelle – entre l’Europe et le Japon à cette époque.
Nous avons réuni dans cet ouvrage des paravents du musée Nanban Bunkakan d’Osaka, du Musée municipal de Kobe et du musée national d’Art ancien de Lisbonne – où se trouvent les plus importantes collections d’art nanban –, mais également du Victoria & Albert Museum de Londres, du Rijksmuseum d’Amsterdam, du musée Guimet de Paris, du musée de Soares dos Reis à Porto, du musée d’histoire et de culture de Nagasaki et du musée Idemitsu de Tokyo, ainsi qu’un paravent provenant d’une collection privée aux États-Unis.

———————————————————————————————————

Between 1543 – when Europeans arrived in Japan – and the 1640s when the country was closed to foreigners, the Japanese had regular contacts with the nanban-jin (Barbarians from the South). These merchants and missionaries, mainly from Portugal, were the source of a theme in Japonese art in the XVIth and XVIIth centuries.

The paintings that decorated the nanban byobu (folding screens) depicted an extraordinary confrontation of civilizations ans its beauti is captivating. Through paintinf primarily done buy the Kano school, the history of Portuguese arrival in Japan unfolds beofre our eyes. Sometimes critical, sometimes joyful and festival, the byobu reveal the beginning of Asia’s Westernization.

Nanban Folding Screen Masterpieces presents thirteen of these byobu accompanied by text about the fascinating history of the commercial, religious, and cultural encounters between Europe and Japan in this era.

The book brings together folding screens from the Nanban Bunkakan Museum of Osaka, the Municipal Museum of Kobe and Museu Nacional de Arte Antiga de Lisboa – where the most important collections of nanban art are found-, as well as the Victoria & Albert Museum of London, the Rijksmuseum of Amsterdam, Musée Guimet of Paris, Museu Soares dos Reis in Porto, the Museum of History and Culture of Nagazaki, and the Idemitsu Museum of Tokyo, as well as a folding screen from a private American collection.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Antoine Galland et l’Orient des savants.

Philippe de Champaigne, Portrait présumé de Jean de Thévenot,  ca. 1660–63, huile sur toile, 23 ½ x 17 in., San Marino (E.U.),Huntington Library.

Philippe de Champaigne, Portrait présumé de Jean de Thévenot, ca. 1660–63, huile sur toile, 23 ½ x 17 in., San Marino (E.U.), Huntington Library.

Type : colloque.
Date : 03 et 04 décembre 2015.
Lieu : à l’Institut national des Langues et Civilisations orientales, Auditorium, et  à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Grande salle des séances du Palais de l’Institut de France.
A télécharger :  
le programme et le bulletin d’inscription.

Antoine Galland a ouvert une porte royale sur l’Orient par les connaissances qu’il a acquises au cours de ses voyages dans l’Empire Ottoman, par sa collecte de médailles et de manuscrits, ses travaux savants, son érudition et son talent d’écrivain dans la belle langue du tournant de 1700. Ses récits de voyageur éclairé, son Discours-Préface de la Bibliothèque orientale de d’Herbelot en 1694, les Mille et une nuits publiés de 1704 à 1717, les Paroles remarquables, sans oublier De l’origine et des progrès du café, toute son œuvre engage le XVIIIe siècle dans la découverte de la réalité des mondes arabe, turc et persan, puis fraye la voie vers une Asie plus lointaine.

Programme :

Jeudi 3 décembre 2015

Institut national des Langues et Civilisations orientales,
Auditorium
65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris

– Séance sous la présidence de Jean-Paul SERMAIN, professeur à l’Université de Paris III-Sorbonne nouvelle
10h00 : Ibrahim AKEL, chercheur INALCO : Quelques remarques sur la bibliothèque d’Antoine Galland et l’arrivée des Mille et Une Nuits en Occident.
10h30 : Sara YONTAN, conservatrice, chargée des collections turques à la Bibliothèque nationale de France : Antoine Galland, linguiste et turcologue.
11h00 : François LACHAUD, directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient : La réception des Mille et Une Nuits au Japon.
11h30 : Pause.

– Séance sous la présidence de Evanghelia STEAD, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin.
11h45 : Sylvette LARZUL, chercheur à l’Institut des mondes africains : La transmission de l’érudition orientaliste à la fin du XVIIe siècle : Les Paroles remarquables, les bons mots et les maximes des Orientaux d’Antoine Galland.
12h15 : Mathieu CHOCHOY, doctorant à l’École pratique des Hautes Études : Antoine Galland et François Pétis de la Croix.

– Séance sous la présidence de Raymonde ROBERT, professeur émérite à l’Université de Lorraine.
15h00 : Marion DUVAUCHEL, docteur en philosophie, enseignante : L’orientalisme savant et ce qu’il doit à Barthélemy d’Herbelot et à Antoine Galland.
15h30 : Christiane DAMIEN, doctorante en Études arabes à l’Université de Sao Paulo (USP), Brésil : Le surnaturel et le magique dans les contes orphelins.
16h00 : Pause.

– Séance sous la présidence de Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, directeur de recherche émérite au CNRS.
16h15 : Evanghelia STEAD, professeur de Littérature comparée à l’Université de Versailles-Saint-Quentin : Antoine Galland, auteur du « Chef d’œuvre invisible » ? Sur quelques traits et astuces d’inventeur.
16h45 : Roberta DENARO, maître de conférences à l’Université de Naples « l’Orientale » : « La délicatesse de notre langue et de notre temps » : Gallandian censorship in the Arabian Nights.

Vendredi 4 décembre 2015

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,
Grande salle des séances
Palais de l’Institut – 23, quai de Conti, 75006 Paris

– Séance sous la présidence de Jean-Pierre MAHE, membre de l’AIBL, Président de la Société asiatique.
10h00 : Raymonde ROBERT, professeur émérite à l’Université de Lorraine : Les Paroles remarquables […] des Orientaux ou L’art d’apprivoiser l’exotisme sans en atténuer l’étrangeté.
10h30 : Raphaëlle MERLE, doctorante à l’Université Paris Ouest, et Maxime Georges MÉTRAUX, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne : Antiquarisme et découverte de l’altérité : le voyage savant en Orient d’Antoine Galland à la dynastie des Fourmont.
11h00 : Pause.

– Séance sous la présidence de Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique.
11h15 : Guy MEYER, docteur en histoire : Antoine Galland antiquaire : l’apport de ses voyages au Levant.
11h45 : Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, directeur de recherche émérite au CNRS : Le traité du café.

– 15h30 : Séance de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sous la présidence de Robert MARTIN, Président de l’AIBL.
Corinne THÉPAUT-CABASSET, chercheur associé à l’Université de Copenhague, sous le patronage de M. Jean-Pierre Mahé, membre de l’AIBL, Président de la Société asiatique : Un autre témoin de Galland en Orient : le sieur de La Croix.
Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique : Du persan au sanscrit, la découverte de la philosophie de l’Inde.
Pierre-Sylvain FILLIOZAT, membre de l’AIBL, Vice-Président de la Société asiatique : Conclusion.