Archives par étiquette : Jan Blanc

Appel à contribution : Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle. La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais (avant le 31 octobre 2018)

Gabriel Metsu, Femme lisant une lettre, v.1662-65, Dublin, National Gallery of Ireland

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 
31 octobre 2018.

Appel à contribution pour le deuxième colloque international du projet financé par le Fonds National Suisse

Date du colloque : 6 et 7 juin 2019.
Lieu : Pays-Bas (à préciser).

Si on considère depuis Denis Diderot que les genres artistiques sont consubstantiels de la production artistique hollandaise du XVIIe siècle, leurs définitions, leurs places et leurs spécificités demandent encore à être mieux cernées. Il est désormais acquis dans l’historiographie que Carel van Mander fait, dans son Schilder-Boeck, référence à des catégories iconographiques (beest, keucken, brand, zee etc.), plutôt que des genres, ce qu’ont repris, après lui, d’autres auteurs. Il reste que la formule apparaît encore souvent, dans une perspective descriptive et hiérarchique. Cette question des genres apparaît, en outre, comme un moyen d’individualiser les Provinces-Unies au regard de l’Europe. À un nouvel état répondrait un nouvel art, et le développement de ces différents genres artistiques devient alors un des meilleurs exemples de la dutchness de l’art hollandais.

Continuer la lecture

Conférence : Imagination

Georges Focus, River Landscape with a Fortress on a Hill, XVIIe siècle, dessin, Chicago, Art Institute Chicago.

Type : Conférence

Date : 8 – 12 mai 2017

Lieu : Université de Genève

Ecole de printemps du Réseau International pour la Formation à la
Recherche en Histoire de l’Art

Programme

Lundi 8 mai 2017 : Salle de conférence, Musée d’Art Moderne et Contemporaine (MAMCO), Rue des Vieux-Grenadiers 10, 1205 Genève
9h Bienvenu du doyen de la Faculté des Lettres, Jan Blanc
9h10    Accueil et introduction
Imagination et langage
Présidente : Marie Theres Stauffer, Université de Genève
Répondant : Marco Jalla, Université de Genève
9h30    Conférence : Marco Jalla, Université de Genève, Mimesis et fantasia à la période hellénistique
10h15 Pause
10h45 Ulla Stackman, KU Eichstätt, « See Me, Don’t Feel Me » – Visuality in the Waste Land
11h15 Claire Salles, École Normale Supérieur Paris, La perspective au risque de l’imagination lacanien
11h45 Gina De Micheli, Université de Lausanne, Imagination und Zeitlichkeit im modernen illustrierten Buch Continuer la lecture

Appel à communication : 2 Sessions at Historians of Netherlandish Art

Gerrit Dou, Sleeping Dog, 1650, oil on panel, Naples (Mass., USA), Eijk and Rose-Marie van Otterloo Collection

Type : Appels à communication

Date imite de l’appel : 15 mai 2017 – 1er juin 2017

Date de la communication : 24 – 26 mai 2017 – 26 mars 2018

Lieu : Gand, Historians of Netherlandish Art

[1] Transmediality in Global Netherlandish Art

From: Dawn Odell <dvo@lclark.edu>

Date: Mar 20, 2017

Subject: CFP: Call For Papers – Historians of Netherlandish Art, Ghent

Deadline: Jun 1, 2017

A central challenge of a global history of early modern art is how to integrate macro-historical and long-distance approaches with the micro-historical analysis of individual works and their makers. One way of connecting cross-cultural exchanges to the technical, stylistic, and thematic aspects of objects is to focus on ‘transmediality’, or the crossovers between media to which the works’ cultural biographies testify. Drawings were turned into prints and paintings of varying sizes; forms and themes were reshaped in new materials; the materials themselves were imitated or even forged; and boundaries between painting, architecture, and the applied arts were crossed or ignored. Continuer la lecture

Publication : Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art.

BLANC Jan, Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art, Turnhout, Brepols, décembre 2015, 800 p.

BLANC Jan, Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art, Turnhout, Brepols, décembre 2015, 800 p.

Présentation de l’éditeur :

Réunis pour la première fois et présentés de façon systématique et comparative, ces textes offrent une révision complète des théories et des pratiques artistiques du peintre, sir Joshua Reynolds.

Après la mort de sir Joshua Reynolds, les premiers visiteurs de son atelier y ont découvert, en plus de plusieurs tableaux inachevés et des œuvres de son abondante collection, un nombre considérable de manuscrits – plus de 2000 pages de sa main ou de celle de ses secrétaires. Certains de ces manuscrits ont fait l’objet de publications partielles, tout comme c’est le cas des quelques textes publiés par Reynolds tout au long de sa carrière – pour l’essentiel, ses trois articles pour l’Idler et ses quinze discours académiques. Il n’existait pourtant aucune édition complète de ses écrits, tant en anglais qu’en français.

Présentant pour la première fois l’intégralité des textes connus de sir Joshua Reynolds, qu’ils aient été publiés de son vivant et après sa mort ou restés à l’état de manuscrits, cet ouvrage propose ainsi une révision complète des théories et des pratiques artistiques du peintre, à l’aune de textes connus, méconnus et inconnus. Réunis pour la première fois et présentés de façon systématique et comparative, ceux-ci permettent de mieux éclairer une carrière et une pensée plus cohérentes qu’on ne l’a dit, moins conformiste qu’on ne l’a prétendu. Ils constituent surtout des documents capitaux pour une histoire artistique mais aussi culturelle, sociale, historique, littéraire, théâtrale et politique du Siècle des Lumières.

À travers une présentation strictement chronologique des différents documents, qui mêlent les textes publics ou publiés, les lettres privées ainsi que les notes demeurées confidentielles, il s’agit de souligner la cohérence des idées développées par le premier président de la Royal Academy tout autant que leur évolution et leur adaptation à des publics et des attentes différents. L’ensemble de ces sources fait l’objet d’une présentation qui permet d’en restituer les enjeux, d’en rappeler le contexte d’énonciation et d’en marquer les principaux apports. Par une série de renvois intertextuels, le lecteur pourra également mettre en relation les propos de l’artiste à différents moments de sa vie, afin de mesurer ce qui les sépare ou les réunit.

Par ailleurs, afin que ces textes ne soient pas réduits aux innombrables chapitres d’une théorie de l’art homogène et unifiée qui n’a jamais existé, et arrachée à la pratique d’un peintre qui a constamment cherché à la fonder sur les problèmes strictement artistiques, techniques et artistiques qui se posaient à lui, lorsqu’il concevait un portrait ou une peinture d’histoire, des éléments d’information concernant sa carrière, ses principales œuvres et les débats les entourant ont été insérés entre les textes afin d’en favoriser la compréhension et d’en saisir les enjeux circonstanciels.

Il serait vain, même en une longue préface, de résumer en quelques points des théories artistiques qui s’étalent sur près de 2000 pages et couvrent près d’un demi-siècle, du premier manuscrit connu de la main d’un Reynolds à peine entré dans l’adolescence – un arbre généalogique – à la dernière lettre que nous connaissons du peintre, écrite à peine un mois après avoir proposé – sans succès – sa démission de la Royal Academy. J’ai donc choisi la solution d’un dictionnaire, regroupant les principales notions et les personnages les plus importants que nous pouvons rencontrer au fil des pages écrites par Reynolds, tout au long de sa carrière. J’y insiste sur les problèmes de définition posés par des concepts dont les acceptions ne sont parfois qu’implicites, et sont le plus souvent flottantes, au gré des enjeux et des problèmes contextuels posés à la pratique du peintre. J’y montre aussi que, dans bien des cas, Reynolds fait constamment évoluer sa théorie, en la réélaborant en fonction de ses rencontres mais aussi des résistances ou des débats que ses idées font surgir au sein de l’institution académique, auprès de ses collègues ou dans la presse. Reynolds ne prétend jamais détenir une vérité qu’il cherche à imposer à ses auditeurs ou ses lecteurs – ou à lui-même. Bien au contraire, il trouve, à travers le travail de formulation par l’écrit et de formalisation par l’explicitation théorique les moyens de construire ou de déconstruire cette pensée. Tel est, sans doute, le principal enseignement d’une édition qui, je l’espère, contribuera à montrer que la pensée de sir Joshua Reynolds est l’une des plus audacieuses et des plus ouvertes de son temps.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Continuer la lecture

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.