Archives par étiquette : Jacques-François Blondel

In Arcueil’s Leafy Groves

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

The exhibition “A l’ombre des frondaisons d’Arcueil[1] proposes to revive the gardens through the drawings made by Jean-Baptiste Oudry (1686 – 1755), Charles-Joseph Natoire (1700 – 1777), François Boucher (1703 – 1770) and Jacques-André Portail (1695 – 1759). As reminded by Xavier Salmon in the introduction of the exhibition’s catalogue,[2] the domain was developed as soon as the 16th century to enjoy the picturesque slopes of the site. But it is at the instigation of the Princes of Guise at the 18th century that the land gained its main expansion (20 hectares). It was embellished by the architects Germain Boffrand (1667 – 1754), and thereafter Jean-Michel Chevotet (1698 – 1772), before being neglected and dismantled from 1752 on. Around 1744, Arcueil’s gardens were among artists’ favourite excursion sites: hereby Oudry produced a number of drawings of unknown destination. Afterwards, Natoire, Boucher and Portail visited the gardens as well. Today their drawings allow a reconstruction of the estate’s topography.

Jacques de Lajoüe, Scène de jardin, vers 1745, huile sur toile, 54,6 x 64,8 cm, San francisco, Fine Arts Museum.

In her essay,[3] Monique Mosser points out that if rocaille has been part of artificial grottos since Renaissance, its use intensified during the 18th century, with patterns such as the shell becoming ubiquitous. Similarly, trelliswork of vegetal ornaments multiplied, natural or artificial, invading domestic life such as depicted in Lajoüe’s gardens. Have these gardens, as well as the background decors of Watteau’s fêtes galantes, ever actually existed under such form? Are they the witnesses of a particular Regency or Rococo style? These questions call to mind the Parisian gardens of the hôtel de Rouillé or the sculpted decoration of the financier Joseph Bonnier de la Mosson’s (1702 – 1744) park near Montpellier, which have now both disappeared. An entire chapter of the history of Rococo and rocaille gardens of the first half of the 18th century is therefore missing, showing the transition between the 17th-century formal jardins à la française designed by Le Notre and the jardins à l’anglaise, fashionable in France from the 1770s. Ernest de Ganay noted as soon as 1943: “L’on pourrait dire du parc du XVIIe siècle que c’est un grand seigneur, et du jardin du XVIIIe que c’est une jolie femme, car il en a tout le charme, l’imprévu, le caprice.”[4] In the 1980s, two German historians[5] examined, through the study of theorists such as Dezallier d’Argenville[6] and Jacques-François Blondel,[7] the possible existence of a « rococo garden ». However, they did not take into account the in situ reality of the gardens, introduced only by recent research and specialised inventories. On a stylistic point of view, gardens between 1715 and 1760 are characterised by complex geometrical lines and stone structures using rocaille patterns extensively. The architects Jean-Charles Garnier d’Isle (1697 – 1755), Pierre Contant d’Ivry (1698 – 1777) and Jean-Michel Chevotet were among the creators of such gardens. Oudry’s drawings of Arcueil evoke Marly with their many lattices, while the diagonal lines arranged in a theatrical effect remind us of Blondel’ plans, and the English-styled lawns recall Dezallier d’Argenville’s treaty. Arcueil’s gardens therefore lead the walker through a skilfully organized stroll, far from the uncertain roaming of the abandoned preromantic gardens. Continuer la lecture

Appel à communication : « Jacques-François Blondel et l’enseignement de l’architecture : La dernière leçon de l’architecture « à la française » ».

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 31 mars 2017.
Date de la manifestation : 14 décembre 2017.
Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris.

La Cité de l’architecture et du patrimoine et la Ville de Metz se sont associées pour organiser une journée d’étude sur l’architecte Jacques-François Blondel (1708/9–1774). L’objectif de cette journée est d’interroger le rôle de cette gure majeure du siècle des Lumières dans l’enseignement de l’architecture. Cette rencontre annonce l’exposition monographique Blondel, architecte des Lumières, qui sera présentée à Metz en 2018, et l’exposition-dossier qui lui sera consacrée à la Cité de l’architecture et du patrimoine la même année.

Parmi les architectes ayant publié des traités ou des « cours » sur l’exercice de leur art, Jacques-Francois Blondel se distingue par la qualité de ses ouvrages. Auteur majeur de la théorie architecturale, ce collaborateur de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a su, au cœur des Lumières, redonner une actualité à l’architecture classique, en s’opposant à l’art rocaille qui domine alors. Pour J.-F. Blondel, l’architecture possède une dimension encyclopédique — elle mobilise à la fois les savoirs techniques et les di érents arts — mais aussi sociale. Les écrits de J.-F. Blondel sont par ailleurs indissociables de son action pédagogique : avec la fondation de son École des Arts (1740), qui se propose de centraliser la diversité des compétences, il opère une véritable révolution pédagogique. Cette révolution, le professeur la mène jusque dans les salles de l’Académie royale d’architecture, où il est agréé académicien en 1755, puis nommé professeur o ciel en 1762. Au cours de sa longue carrière, il a l’occasion de former plusieurs générations d’architectes français et étranger, ainsi que d’in uencer des artisans, des amateurs, des commanditaires, des hommes de lettres… En ce qui concerne la pratique, J.-F. Blondel est surtout connu pour avoir aménagé le secteur de la cathédrale de Metz. On ne saurait cependant ignorer ses projets, rééls ou pédagogiques, tels l’aménagement du centre de Strasbourg, ou ses propositions d’architecture religieuse inspirées par les structures du gothique, mais respectant le répertoire classique des formes. Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

A l’ombre des frondaisons d’Arcueil

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

L’exposition « A l’ombre des frondaisons d’Arcueil »[1] se propose de faire revivre ces jardins grâce aux dessins qu’en firent Jean-Baptiste Oudry (1686 – 1755), Charles-Joseph Natoire (1700 – 1777), François Boucher (1703 – 1770) et Jacques-André Portail (1695 – 1759). Comme le rappelle Xavier Salmon dans l’introduction du catalogue de l’exposition[2], le domaine est aménagé dès le XVIe siècle pour profiter de la déclivité pittoresque des lieux. Mais c’est véritablement au XVIIIe siècle, sous l’impulsion des princes de Guise qu’il connaît son expansion majeure (vingt hectares) et bénéficie d’embellissements réalisés par les architectes Germain Boffrand (1667 – 1754) puis Jean-Michel Chevotet (1698 – 1772), avant de décliner progressivement à partir de 1752. Aux alentours de 1744, les artistes font des jardins d’Arcueil l’une de leurs excursions préférées : Oudry y réalise tout un ensemble de feuilles dont on ignore la destination. Puis Natoire, Boucher et Portail prennent à leur tour le chemin d’Arcueil. L’ensemble de ces dessins a permis de retrouver la topographie des lieux.

Continuer la lecture