Archives par étiquette : inha

Conférence : Medailles et jetons en Europe

Louis Crépy, Portrait d’André Cardinal destouches d’après une médaille (avers et revers) de 1732, 1750, gravure, 19 x 8 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : conférence

Date : 30 mars – 1er avril 2017

Lieu : Paris, INHA

Art du puissant, objet multiple : Médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la Première Guerre mondiale

Programme

JEUDI, 30 MARS

13h : Accueil

13h30 : Ouverture du colloque

Portrait du Puissant – Présidence de séance: Victor Hundsbuckler (Monnaie de Paris)

14h : Myth-making of a renaissance Ruler: Andrea Doria as Neptune in Medals, Plaquettes, and the Allegorical Portrait by Angola Bronzino Ilaria Bernocchi (University of Cambridge)

14h30 : Déclin et renouveau protéiforme des médailles sous Louis XV et Louis XVI Aurore Chéry (LARHRA/CNRS)

15h : Vus de profil: genèse des portraits de présidents de la République française, de Thiers à Fallières Katia Schaal (Université de Poitiers / Ecole du Louvre / INHA)

15h30  : Pause Continuer la lecture

Colloque : « Servandoni et son temps. Architecture, peinture, spectacles »

Servandoni, décoration pour le feu d'artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Servandoni, décoration pour le feu d’artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Type : Colloque
Date du colloque : 27 au 29 juin 2016
Lieu : Salle Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Direction : Francesco Guidoboni, Jérôme de la Gorce

Colloque international organisé par le Centre André Chastel et le Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe, avec le soutien du Ghamu et de la Société Archéologique de Sens.

Programme :

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « De la Régence à la République – Plaisirs parisiens du vice et de la vertu »

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

 Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage.

Type : Symposium.
Date : 5 juillet de 9h à 18h
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.
Sous la direction de : Christophe Henry et Marine Roberton, avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Programme :

9h : Café d’accueil

9h30 : Introduction : Marine Roberton, Sébastien Chauffour & Christophe Henry

Continuer la lecture

Colloque : « Rencontres européennes d’architecture. L’escalier en Europe (1450-1800). Formes, fonctions, décors »

Escalier François Ier, Château de Blois.

Escalier François Ier, Château de Blois.

Type : Colloque
Date du colloque : du 9 au 11 juin 2016
Lieu : Auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Programme :

Jeudi 9 Juin

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Introduction

Première session : La Renaissance (1)
Président : Jean Guillaume

10h00 – Krista de Jonge (Université de Leuven) : « L’escalier  à la Renaissance : les anciens Pays-Bas revisités »

Continuer la lecture

Colloque : « Allégorie et Topographie à l’époque moderne (XVIe – XVIIIe siècles) »

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Colloque international
Date : 9 et 10 juin 2016
Lieu : Salle Vasari et Salle Perrot, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Sous la direction de : Etienne Jollet (Université Paris I Panthéon Sorbonne, HiCSA) et Antonella Fenech Kroke (CNRS, Centre André Chastel)

Les arts de la période moderne, de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, accordent une importance majeure à l’allégorie comme mode d’évocation visuelle d’un universel invisible – que ce soit le divin chrétien ou les valeurs humanistes. Ainsi définie, la pensée de l’allégorie apparaît éloignée de la topographie en tant que prise en considération de la spécificité du lieu, à la fois visible, matériel et singulier. Or cette tension entre l’universel et le singulier, le visible et l’invisible, l’immatériel et le matériel, la figure et le lieu, la production du sens et la description du monde est une caractéristique essentielle d’arts visuels en constant questionnement de leurs limites et de leur légitimité. L’interrogation sur la capacité de l’allégorie à s’inscrire dans le vaste processus de la sécularisation et, réciproquement, de la représentation d’un monde de mieux en mieux connu à visualiser la transcendance, anime un mouvement dont les quatre sessions du colloque (« Le lieu de l’allégorie »; « L’allégorie du lieu »; « L’allégorie et les mondes » et « L’espace allégorique ») proposeront quelques aspects.

Programme :

Jeudi 9 juin, Salle Vasari

10h – Introduction par Etienne Jollet et Antonella Fenech Kroke

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les tabatières au XVIIIe siècle : deux faussaires démasqués » par Alexis Kugel (Paris, 10 mai 2016 à 18h30).

Dessins préparatoires pour une boîte de         style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Dessins préparatoires pour une boîte de style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 10 mai de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les tabatières, comme la plupart des objets précieux avidement collectionnés au XIXe siècle, ont été copiées par des faussaires de talents, mais jusqu’à présent aucun fond d’atelier de faussaire ne nous était parvenu. Alexis Kugel a découvert des éléments provenant de deux ateliers distincts. Leur étude lui a permis de reconsidérer l’authenticité de nombreuses tabatières au sein de collections publiques et privées. Cette découverte est similaire en importante à celles de Reinhold Vasters et Alfred André pour les bijoux Renaissance, et sera d’un grand intérêt pour tous les collectionneurs, conservateurs, marchands et amateurs de boîtes en or.

Alexis Kugel est galeriste, à la tête avec son frère Nicolas de la galerie J. Kugel à Paris.

Colloque international : « Le rôle de la sculpture dans les arts décoratifs parisiens, 1715-1815 »

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule  » à l’astronomie », XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date : 14-15 mars 2016
Lieu : INHA, Salle Vasari, 1er étage

Le colloque est accessible gratuitement à tous sur inscription préalable obligatoire par email (voir la marche à suivre en fin d’article). – Les inscriptions seront clôturées le jeudi 10 mars à minuit.

Collaboration entre le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne et l’association Low Countries Sculpture. Avec le soutien de The Boulle Project, Paris.

Lundi 14 mars 2016

Continuer la lecture

Conférence : « Un recueil de gravures de mode du XVII e siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières »

gravurexviie

Type : Conférence.
Date : mardi 5 janvier 2016 à 18h15.
Lieu : Paris, INHA, Auditorium Colbert.

Dans le cadre des « Conférences du Quadrilatère », organisées par la BnF et l’INHA, cette conférence se verra consacrée à un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé.

Continuer la lecture

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.

Appel à communication : « 1770-1830. Révolutions et continuités de l’architecture française. Actualité de la recherche. »

Etienne Louis Boullée (French, Paris 1728–1799 Paris) Elevation for the Garden-Front of the Hotel de Brunoy, Faubourg St. Honoré, Paris, ca. 1779 French,  Pen and black ink, brush and gray, green, and rose wash; 14 3/8 x 20 11/16 in. (36.5 x 52.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Gift of Mr. and Mrs. Charles Wrightsman, 1970 (1970.736.54) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/343354

D’après Louis Etienne Boullée, Elévation de la façade de l’Hôtel de Brunoy, Faubourg Saint Honoré, Paris, ca. 1779, plume, encre noire et aquarelle sur papier, New York, Metropolitan museum.

Type : Journée d’étude
Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 29 septembre 2015 – Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Jean-Philippe Garric, Pedro Gonçalves et Claire Ollagnier.

Argumentaire général :

La période charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle a parfois souffert en France de la division académique entre période moderne et période contemporaine. Dans le domaine de l’architecture, elle a toutefois été mise en valeur depuis longtemps, notamment par les travaux anglo-saxons qui ne reconnaissent pas cette césure, ceux d’Emil Kaufman puis de la génération de Robin Middleton ou de Richard Etlin. En France, ou Jean-Marie Pérouse de Montclos a joué un rôle pionnier, la fin des années 1980, avec le bicentenaire de la Révolution fut l’occasion de publications importantes, notamment l’ouvrage collectif Aux Armes et aux Arts ! (sous la dir. de Philippe Bordes et Régis Michel) ou les travaux de Werner Szambien qui comblaient alors un vide majeur et permit d’opérer un balancement entre héritage de l’Ancien Régime et perspectives futures. La période plus large, s’étalant de 1775 à 1825, fit plus récemment l’objet d’une synthèse par André Chastel, L’art français, le temps de l’éloquence (1e édition posthume en 1996), couvrant un large champs disciplinaire et offrant une approche d’histoire culturelle stimulante.
Cette journée d’études doctorales se propose de mettre en évidence le regain d’intérêt actuel pour l’architecture de cette période, et la façon dont elles en redessinent les thématiques et la perspective, en réunissant une série de recherches en cours.

Les interventions pourront s’organiser autour des trois axes suivants :

• Espaces virtuels de l’architecture : utopie et imaginaire.
Au XVIIIe siècle, l’architecture de papier prend une importance considérable. En offrant aux architectes un nouveau champ d’expérimentation, le dessin se fait l’expression des mutations politiques et sociales en gestation. L’histoire de ces projets d’architecture et d’urbanisme, non réalisés et dont la production s’étale durant plusieurs décennies, anticipe l’importance du dessin pour les architectes artistes élèves de l’École des beaux-arts. Trahit-elle pas une approche exploratoire de la théorie par l’image, au service de la société, ou une façon pour la profession d’architecte de se redéfinir ?

Architecture domestique : le cas du bâti parisien.
Dans le domaine de l’habitat, un ensemble d’expérimentations architecturales tendent à faire évoluer la typologie traditionnelle. À Paris, les recherches s’orientent selon trois axes distincts – l’insertion urbaine, la distribution et le décor extérieur – dont l’examen conduit à de multiples questionnements. Certaines innovations durables fondent l’architecture des décennies ultérieures, mais quel impact les mutations sociales ont-elles sur la conception de l’habitat ?

Littérature constructive : de l’avenir de l’architecture. 
À une époque liée à de profonds changements historiques, la littérature d’architecture s’ouvre progressivement à la sphère publique, favorisant l’émergence d’un renouvellement dans la pensée et la pratique architecturale. La question constructive est au centre des débats et alimente les réflexions sur l’espace du bâti et celui de l’imprimé, alors en mutation. Cet axe offre l’occasion de s’interroger sur le devenir de l’architecture, sur les enjeux de sa dématérialisation et sur le nouveau statut de la science constructive.

Modalités pratiques :

L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs en histoire de l’architecture. Les communications d’une durée strictement limitée à 25 minutes pourront être accompagnées de projections. Les propositions devront comporter : un titre, le nom et la situation institutionnelle de l’auteur, le thème dans lequel elles se situent et un résumé n’excédant pas 2 000 signes. Elles sont à adresser avant le 30 juin 2015 aux organisateurs : pedrodsgoncalves@gmail.com et claire.ollagnier@gmail.com.

Séminaire : « Quand j’étais doctorant… Regards sur l’expérience de la thèse »

Invitation au séminaire «Quand j’étais doctorant… Regards sur l’expérience de la thèse »

Première séance : jeudi 19 février 2015 de 18h à 20h en salle Jullian à l’INHA, 2 rue Vivienne, 2e arrondissement, Paris.

Anicet Charles Gabriel Lemmonier, Lecture de la tragédie de Voltaire, l’Orphelin de la Chine, dans le salon de Mme Geoffrin en 1755, huile sur toile, 129 x 196cm, Rueil-Malmaison, Musée national du Château de Malmaison.

Anicet Charles Gabriel Lemmonier, Lecture de la tragédie de Voltaire, l’Orphelin de la Chine, dans le salon de Mme Geoffrin en 1755, huile sur toile, 129 x 196cm, Rueil-Malmaison, Musée national du Château de Malmaison.

« Le séminaire « Quand j’étais doctorant », organisé par le Salon XVIIe-XVIIIe siècles propose d’aborder une question aussi simple qu’évidente : l’expérience de la thèse. En invitant des docteurs et chercheurs de différentes générations à venir nous parler de la leur, nous espérons faire de ce séminaire un espace d’échange et d’émulation, à l’image d’un salon.

Ce séminaire sera l’occasion de soulever des questions, allant du plus pratique au plus conceptuel, qui animent actuellement les doctorants que nous sommes et animaient sans doute nos intervenants : l’angoisse de la page blanche, les regrets ou les déceptions, les problèmes méthodologiques rencontrés et surmontés…

Bien qu’il accueille des docteurs en art moderne, ce séminaire saura susciter l’intérêt des jeunes chercheurs de toutes disciplines et périodes en ce qu’il concerne une problématique que nous côtoyons tous : le « faire » même d’une thèse. »

La séance du 19 février aura pour thème « La thèse monographique », le séminaire recevra à cette occasion Alain Mérot (Professeur, Paris IV) et Francesco Guidoboni (Docteur, Paris 1). Bien qu’étant statutairement un séminaire doctoral, celui-ci est bien entendu ouvert à tous, notamment aux étudiants de M1 et M2.


Programme des séances suivantes jusqu’à juin 2015 (ces séminaires se déroulent toujours en salle Jullian de 18h à 20h) :

19 mars : « L’Art Religieux »
Frédéric Cousinié, professeur à l’Université de Rouen
Christine Gouzi, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
Sébastien Bontemps, docteur

14 avril : « L’histoire de l’art au coeur des sciences humaines »
Marie-Pauline Martin, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille
Emmanuelle Hénin, professeur à l’Université de Reims

28 mai : « La peinture du Nord »
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève
Xavier Paroutaud, ATER à l’Université de Grenoble

18 juin : « L’Architecture et le décor »
Sophie Mouquin, maître de conférences à l’Ecole du Louvre
Alexia Lebeurre, maître de conférences à l’Université de Bordeaux

Comité d’organisation : Lucille Calderini, Bastien Coulon, Lucile Roche, Charlotte Rousset.

 

 

 

Appel à communications : « Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) »

Machine à compression. Daguin, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7e éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861. p. 324

Machine à compression. Daguin, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7e éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861. p. 324

Type : Colloque
Date limite pour envoyer une proposition : 20 avril 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 10 octobre 2015 – INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

La composante « Centre de recherche en préservation des biens culturels » de l’équipe d’accueil 4100 « Histoire culturelle et sociale de l’art » (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) organise le samedi 10 octobre 2015 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (Paris, 2, rue Vivienne, 2e arrondissement), un colloque consacré à « La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

La période qui s’étend de la fin du Moyen Age à la veille des Lumières voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Le but de cette journée consiste à s’interroger sur la manière dont la littérature de la technologie de l’art s’inscrit dans cette évolution globale des savoirs et de leur transmission durant cette époque.

Afin de mieux comprendre les modalités d’élaboration et de diffusion du savoir technologique dans le domaine artistique, ce colloque se propose d’aborder sans exclusive les thèmes suivants :

– Quelles sont les sources de l’information technologique (observations, textes, mise en pratique par des amateurs ou des professionnels) ?

– Quels sont les modes de transmission entre la source de l’information et son transcripteur transmission matérielle, orale ou écrite (ouvrages, lettres, notes) ?

– Quels sont les acteurs de cette transmission de l’information technologique (auteurs, copistes, lecteurs, utilisateurs) ?

– Comment ces textes technologiques ont-ils été conçus et dans quels buts (collection encyclopédique, expérimentation, usage quotidien, application pratique) ?

– Existe-il une mise en forme et une mise en mots de l’information propres aux écrits de la technologie de l’art ou bien sont-elles communes à plusieurs disciplines (arts, médecine, botanique, cosmétique, alchimie, minéralogie …) : par exemple, la récurrence du vocabulaire, les systèmes d’abréviations, la structuration en paragraphes, les annotations infratextuelles (notes, corrections, manicules, titres, numérotations) ?

– Que peuvent nous apprendre les analyses codicologiques et paléographiques de ces textes ?

– Quelle place les informations relevant de la technologie de l’art occupent-elles dans des ouvrages technologiques aux préoccupations plus vastes ou différentes ?

Pour répondre à ces questions, le centre de recherche en préservation des biens culturels souhaite réunir aussi bien des historiens de l’art, des sciences ou des techniques, que des conservateurs-restaurateurs, des conservateurs, des archivistes-paléographes, et des scientifiques du patrimoine. Les doctorants et jeunes chercheurs sont les bienvenus. Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les propositions de participation, d’un maximum de 500 mots, sont attendues au plus tard le 20 avril 2015 et sont à envoyer en français ou en anglais sous format Word en pièce jointe à l’une des adresses ci-dessous. La liste des propositions retenues sera communiquée début juin 2015.

Contacts :

Cécile Parmentier, doctorante à l’HiCSA – ED 441 Histoire de l’art
Cecile.Francois1@malix.univ-paris1.fr

Anne Servais, doctorante à l’HiCSA – ED 441 Histoire de l’art
a_servais@hotmail.com