Archives par étiquette : iconographie

Conférence du GRHAM: « Un genre bâtard & vicieux » ? Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, par Marlen Schneider (Paris, 8 février 2019)

Jean-Marc Nattier, Marie-Anne de Bourbon, Mademoiselle de Clermont, aux eaux minérales de Chantilly, 1729, huile sur toile, 195 × 161 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : vendredi 8 février 2019, 19h.
Lieu : Salle MarietteInstitut national d’histoire de l’art, Paris.

Très répandu pendant les dernières décennies du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe, le portrait historié fut un phénomène caractéristique de la société de cour, révélateur des pratiques artistiques et culturelles de l’époque. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Quand la tête de Louis XIV pendait au cou des autochtones » par Robert Wellington (Paris, 18 octobre).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 octobre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les médailles royales françaises ont connu un contexte culturel radicalement différent après avoir été décernées aux peuples amérindiens du Canada à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Ainsi, il peut être surprenant d’affirmer que le potentiel symbolique de ces médailles n’a été pleinement réalisé que par les guerriers autochtones auxquels elles ont été données. Ces petites sculptures, conçues à l’imitation d’anciennes monnaies romaines, sont des objets typiquement occidentaux créés pour agir comme des instruments de communication à travers différents espaces géographiques, culturels et temporels. De petites tailles et facilement transportables, les médailles étaient relativement bon marché en fonction des matériaux à partir desquels elles étaient fabriquées. Produites en grandes quantités, elles étaient l’instrument idéal pour véhiculer des messages à grande échelle.

Cette conférence se propose d’examiner plus particulièrement la médaille de la famille royale de Louis XIV qui a été décernée aux alliés amérindiens de la France. Pour certaines tribus dont les algonquins et les iroquois, le roi était appelé « le grand Onontio » titre dérivé de celui donné aux gouverneurs de la Nouvelle-France. Ce terme était une traduction huronne du nom de Charles Huault de Montmagny, premier gouverneur de la Nouvelle-France qui était perçu et présenté comme une sorte de « père » au sein de l’Alliance. Le roi de France était lui-même perçu comme le père des pères, un « Onontio » au-dessus de tous ceux qui portaient ce titre. Le concept de famille représenté sur cette médaille fonctionne par conséquent comme une allégorie du lien entre le roi de France et ses sujets, il s’agit donc d’un message idéologique puissant pour ceux qui vivent dans les colonies loin du centre de l’empire. La réception positive de ces médailles par les partisans autochtones des colons français révèle les pouvoirs talismaniques et politiques changeant que ces objets pouvaient véhiculer dans différents contextes culturels. Les lettrés et antiquaires qui ont conçu l’iconographie de ces œuvres n’avaient sans doute pas prédit avec quel enthousiasme elles seraient reçues et réinvesties par les Amérindiens. Je tenterai de démontrer que les médailles royales françaises avaient la même fonction pour les peuples autochtones que les ornements qu’ils portaient avant l’arrivée des colons européens et qu’ils ont donc dotées ces objets d’un nouveau pouvoir symbolique. Continuer la lecture

Conférence : « Le Dit du Genji en peintures et en gravures dans le Japon du XVIIe siècle (Smith-Lesouef japonais 52) ».

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from "The Ivy" (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Atelier de Tawaraya Sōtatsu, Scene from « The Ivy » (Yadorigi), chapter 49 of the Tale of Genji, début du XVIIe siècle, encres et or sur papier, 25 x 55 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : conférence.
Date : 28 février 2017 à 18h15.
Lieu : Galerie Colbert, auditorium, Institut national du patrimoine, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Le Dit du Genji est un roman composé peu après l’an mil par une dame de la cour de Heian, au Japon. Il célèbre la vie et les amours d’un personnage fictif, le prince Genji, de sa jeunesse à sa mort, et décrit les rites, cérémonies, luttes de pouvoir et pratiques artistiques à la cour impériale. Considéré comme un texte majeur de la littérature classique, il est diffusé jusqu’au début du XVIIe siècle sous forme de manuscrits ; ses épisodes les plus marquants font l’objet de mise en images sous divers formats (rouleaux, éventails, paravents, etc.).

La conférence présentera une série d’albums contenant 200 peintures du Dit du Genji, datant du XVIIe siècle. Ils ont été acquis dans la deuxième moitié du XIXe siècle par le bibliophile Auguste Lesouëf (1829-1906), puis légués à la Bibliothèque nationale en 1913 avec l’ensemble de sa collection. Ce dernier, passionné de manuscrits à peintures occidentaux et orientaux, remarque la qualité de ces miniatures : elles témoignent pour lui d’une culture brillante et d’un passé aristocratique dont il veut garder les vestiges. Continuer la lecture

Publication : « Staging Blackness and Performing Whiteness in Eighteenth-Century German Drama ».

SUTHERLAND Wendy Sutherland, Staging Blackness and Performing Whiteness in Eighteenth-Century German Drama, New York, Routledge, 2016, 272 p.

SUTHERLAND Wendy, Staging Blackness and Performing Whiteness in Eighteenth-Century German Drama, New York,  Routledge, 2016, 272 p.

Présentation de l’éditeur :

Focusing on eighteenth-century cultural productions, Wendy Sutherland examines how representations of race in philosophy, anthropology, aesthetics, drama, and court painting influenced the construction of a white bourgeois German self. Sutherland positions her work within the framework of the transatlantic slave trade, showing that slavery, colonialism, and the triangular trade between Europe, West Africa, and the Caribbean function as the global stage on which German bourgeois dramas by Friedrich Wilhelm Ziegler, Ernst Lorenz Rathlef, and Theodor Körner (and a novella by Heinrich von Kleist on which Körner’s play was based) were performed against a backdrop of philosophical and anthropological influences. Plays had an important role in educating the rising bourgeois class in morality, Sutherland argues, with fathers and daughters offered as exemplary moral figures in contrast to the depraved aristocracy. At the same time, black female protagonists in nontraditional dramas represent the boundaries of physical beauty and marriage eligibility while also complicating ideas of moral beauty embodied in the concept of the beautiful soul. Her book offers convincing evidence that the eighteenth-century German stage grappled with the representation of blackness during the Age of Goethe, even though the German states were neither colonial powers nor direct participants in the slave trade. Continuer la lecture

Publication : « La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations ».

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Du début du Moyen Âge jusqu’au « Siècle de Louis XIV », l’État ne cesse de s’identifier à la personne physique du prince. La mort d’un souverain est donc synonyme, le plus souvent, de traumatisme, car elle met en question la survie même du pouvoir qu’il incarne.
Cet « espace-temps » particulier : « l’entre-deux » règnes ; ses implications, ses conséquences sur la pérennité du pouvoir sont précisément étudiées. Avec une dernière partie consacrée à Louis XIV très documentée (4 chapitres lui sont consacrés), l’ouvrage présente toutes les phases de la mort royale : de l’agonie aux funérailles, des funérailles à la sépulture, de l’annonce de la mort à la mémoire de la mort.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Versailles ou la disgrâce d’Apollon ».

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

SABATIER Gérard, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 362 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre entend briser l’image convenue mais fausse de Versailles, palais du Soleil, ce qu’il n’a jamais été. Gérard Sabatier analyse la globalité d’un processus créateur, mettant face à face un Versailles effectif – expression de la rhétorique du roi – et les Versailles imaginaires élaborés par ses usagers. La disgrâce d’Apollon devient alors celle du roi, d’une forme de la monarchie devenue obsolète à l’instar de son château-manifeste.

Sommaire :

  • Le palais du Soleil.
  • Les appartements, ou les vertus du roi.
  • L’escalier des Ambassadeurs ou le triomphe romain.
  • La galerie des Glaces, genèse et enjeux.
  • « Une éloquence de montre. » Explication des tableaux de la galerie de Versailles et de ses deux salons.
  • Politique de la galerie.
  • Louis-Auguste.
  • Publier la puissance de Louis.
  • Pour le plaisir du public.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe ».

SCHMALE Wolfgang, ROMBERG Marion et KOSTLBAUER Josef, The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, 240 p.

SCHMALE Wolfgang, ROMBERG Marion et KOSTLBAUER Josef, The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

The iconography of the four continents dates back to 16th and early 17th centuries, at a time when Europe’s vision of the world was changed dramatically by discovery and conquest of the New World. Its peak of dissemination was reached in the 18th century. The late Baroque claims a special role for two reasons: The first is the large number of reproductions and applications during this period, the second is the multifaceted significance these allegories enjoyed. They could be inserted into religious and liturgical settings as well as into political language or that of the history of civilization and mankind. « Language » in this sense means that the continent allegories were less the object of an art historical interpretation than being considered a formative part of religious, liturgical, political, historical and other discourses. As pictorial language they were interwoven with text, dogmas, narratives and stereotypes. Thus the authors of this volume inquire what the allegories of the four continents actually meant to people living in the Baroque age. Continuer la lecture

Journée d’études : « Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européenne »

champaigne_eccehomo

Philippe de Champaigne, Ecce homo, vers 1655, Port-Royal des Champs, Musée national

Type : Journées d’études.
Date de la manifestation : 24 novembre 2016.
Lieu : Rouen, Musée des Beaux-Arts, auditorium.

« Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes », est le titre générique d’un cycle de trois colloques, organisé entre 2014 et 2016, par l’Université de Rouen (GRHis) et ses partenaires (Musée des Beaux-Arts de Rouen), avec le soutien de Rouen-Métropole.

Ces rencontres rassemblent des intervenants – doctorants ou universitaires confirmés – dont les travaux portent sur des études de cas exemplaires envisagés dans le cadre d’une approche interprétative : théories et pratiques anciennes de l’interprétation ; questions iconographiques et iconologiques ; approches contextuelles interdisciplinaires ; lectures plus théoriques d’ordre herméneutique ou exégétique s’interrogeant, notamment, sur les questions liées à l’intentionnalité ou à la réception. Les situations régionales sont considérées avec attention, mais dans une prise en compte, obligée au XVIIe siècle, des interactions permanentes entre provinces, Paris, mais aussi grandes capitales européennes (de Rome à Anvers via Madrid ou Londres), entre lesquelles pouvaient se déplacer œuvres et artistes français ou étrangers œuvrant en France. Continuer la lecture

Appel à communication : « Congrès de la Society for Emblem Studies ».

SES-banner-2-20160704-e1467608258317

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : du 3 au 7 juillet 2017.
Lieu : Nancy.
Date limite : 1er septembre 2016.

The Eleventh International Conference of the Society for Emblem Studies will take place in Nancy (France) from Monday 3 July to Friday 7 July, 2017.

The conference will devote itself to the entire spectrum of emblem studies. Papers on all aspects of emblematics are welcome. Please submit proposals before 1 September 2016.

The conference will focus on four main directions which continue those pursued at preceding conferences: the history of printed books; theoretical and critical approaches; the “adaptable” emblem; the idiosyncrasy of the emblem.

Papers can be given in French, English, German, Spanish, or Italian.

For more information, please download the CFP:
11th SES Conference – Call for Papers (English)
11th SES Conference – Appel à Communications (Français)
11th SES Conference – Call for Papers (Deutsch)
11th SES Conference – Call for Papers (Español)

Bulletin Adhésion à l’AEEF.

Appel à candidatures pour la Bourse Zivi de l’Académie de Stanislas – Soutien à la participation au 11e Congrès de la Society for Emblem Studies..

Appel à publication : « Picturing Death 1200-1600 (Edited Volume) ».

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Type : Appel à publication.
Date limite : 1er septembre 2016.

The glut of pictures of and for death has long been associated with the Middle Ages in the popular imagination. In reality, however, these images thrived in Europe in a much more concentrated period of time that straddles the Middle Ages and the Renaissance, as conventionally defined. Macabre artifacts ranging from monumental transi tombs to memento mori baubles, gory depictions of the death and torment of sacred figure as well as of the souls of the lay, gruesome medical and pharmacological illustrations, all proliferate in tandem with less unsettling (and far more widespread) works such as supplicant donor portraits and lavishly endowed chantry chapels, with the shared purpose of mitigating the horrors of death and the post-mortem state. The period in question, 1200-1600, is bracketed by two major moments in European cultural history. At its end is the aftermath of the Protestant Reformation, which altered Europeans’ approach to their own mortality and subsequently also aspects of the visual culture facilitating their practices. The beginning, 1200, is marked by the culmination of a conceptual shift that in a 1981 book Jacques le Goff termed the spatialization, or more famously, birth of Purgatory.
Continuer la lecture