Archives par étiquette : Hyacinthe Rigaud

Publication : « L’homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743) ».

JAMES-SARAZIN Ariane avec la collaboration de SARAZIN Jean-Yves, L'homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, Faton, 2016, 2 volumes, 1708 p.

JAMES-SARAZIN Ariane avec la collaboration de SARAZIN Jean-Yves, L’homme et son art : Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Dijon, Faton, 2016, 2 volumes, 1708 p.

Présentation de l’éditeur :

L’œuvre du portraitiste des roi de France et de l’immense artiste qu’était Hyacinthe Rigaud (Perpignan, 1659 – Paris, 1743) n’avait jamais fait l’objet d’un catalogue raisonné, ni d’une monographie exhaustive et parfaitement documentée. Cet ouvrage, fruit d’un travail minutieux et rigoureux de plusieurs années de recherches, se compose de deux volumes.

Dans le premier, Ariane James Sarazin retrace la vie et la carrière de Rigaud. Elle étudie méthodiquement sa clientèle et ses commanditaires. Un regard synthétique et magistral est porté sur ses processus de création et, au fil des pages, se dévoile une remarquable analyse son oeuvre et son évolution, dans le contexte du Grand Siècle finissant et de celui, naissant, des Lumières. Continuer la lecture

Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle. Continuer la lecture

L’enfant des Lumières au musée Marmottan Monet

    L’exposition[1] qui a lieu actuellement au musée Marmottan Monet, « L’Art et l’enfant », propose une histoire de l’enfance au travers d’œuvres allant du Moyen-Age jusqu’au XXe siècle. Pour le catalogue de cette exposition, Jacques Gélis[2] a rédigé deux contributions qui touchent plus particulièrement à la situation de l’enfant aux XVIIe et XVIIIe siècles dont nous donnons ci-après un compte-rendu.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Jusqu’à la fin du Moyen-Age, les représentations consacrées aux enfants sont peu courantes et elles restent encore modestes au XVIe siècle. De plus l’enfant ne figure jamais seul à moins qu’il ne s’agisse de l’enfant exceptionnel qu’est le dauphin royal ou l’Enfant Jésus.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Les sources écrites témoignent d’un certain détachement vis-à-vis de l’enfant dont on attend essentiellement qu’il perpétue la famille. La pudeur – voire la froideur – domine la relation entre parents et enfants, les gestes de tendresse semblant absents. Néanmoins le portrait de groupe commandé par le chef de famille est synonyme de réussite sociale et symbole d’avenir grâce aux enfants, héritiers d’une lignée. La famille Haber de Montmor témoigne de cette volonté d’enraciner les individus dans le passé ancestral, un univers où l’individu et le social sont étroitement imbriqués. Continuer la lecture

Très cher Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne, 1735, huile sur toile, 146 x 112 cm.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne, 1735, huile sur toile, 146 x 112 cm.

Ce portait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne peint par Hyacinthe Rigaud en 1735 a été vendu 812 500 € chez Drouot le 4 avril 2016, prix encore jamais atteint pour une œuvre de cet artiste. Dans le Dictionnaire des Artistes[1] (1776), on peut lire dans la biographie de Rigaud, le commentaire suivant : « Rigaud savait donner à ses portraits une vraisemblance parfaite : on peut dire qu’ils laissent plus de choses à penser, qu’ils n’en expriment. Il s’était fait sur la physionomie des règles si certaines & si bien établies par l’usage, que rarement il manquait une ressemblance. Comme il ne pouvait pas suffire à tous ceux qui s’empressaient d’être peints de sa main, il mit à ses portraits un prix assez haut : &, quoiqu’il l’eût doublé dans la suite, il n’en fut pas moins employé »… et, pourrait-on dire aujourd’hui, collectionné !

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————

[1] Fontenai (abbé de), Dictionnaire des artistes ou Notice historique et raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs & Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Vincent, 1776, t. II, p. 453.