Archives par étiquette : Historiographie

Conférence du GRHAM : « Les Ateliers des Le Nain » par Olivier Bonfait (Paris, 20 mars 2017).

Légende traditionnelle: Antoine Le Nain, Portrait présumé des frères Le Nain, dit L’Atelier, XVIIe siècle, toile, Grande-Bretagne, collection privée.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : lundi 20 mars 2017 à 18h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

De la date de leur naissance aux circonstances de leurs décès, les frères Le Nain (Antoine, Louis, Matthieu) posent de nombreux problèmes, qui ne concernent pas uniquement la distinction des mains. L’historiographie a toujours souligné la concorde entre les trois frères, mais les témoignages anciens introduisent rapidement des singularités dans le groupe ; ils sont peintres dans le faubourg de Saint-Germain des Prés, mais font tout de suite partie de l’Académie royale.

Les deux représentations d’ateliers laissés par les trois frères (celle actuellement conservé dans la collection Bute, peinte vers 1645 ; celle du Vassar Collège, qui a servi de point de départ pour élaborer le catalogue de Matthieu, datant de 1655 environ) seront présentées à l’exposition Le Nain qui ouvre au Louvre Lens le mardi 21 mars. En les regardant intensément, en les analysant et en les situant dans différentes configurations, il devient possible de proposer à partir de ces deux tableaux des hypothèses tant sur la conception de la peinture des Le Nain que sur la stratégie familiale des trois frères et ses représentations. Continuer la lecture

Appel à contribution: « Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts » (Lausanne, 24-25 novembre 2016)

coupe archi

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.
Date limite : 30 mai 2016.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture

Publication : L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime.

SCHIEDER Martin, L'envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l'ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

SCHIEDER Martin, L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage vient combler une lacune importante de l’historiographie du XVIIIe siècle français. Si des tableaux d’église ont régulièrement été mis à l’honneur dans les expositions et les études consacrées à l’art de ce siècle, aucune synthèse n’avait été consacrée à la peinture religieuse. L’auteur met en perspective l’évolution des mentalités religieuses, les modifications liturgiques, les débats philosophiques, l’histoire politique et sociale, et la critique d’art pour analyser la crise de la peinture religieuse, perçue dès le XVIIIe siècle comme une « décadence ». Il propose une interprétation fine des contenus et des caractéristiques formelles de la peinture religieuse, à travers laquelle il montre que la peinture sacrée du XVIIIe siècle, loin d’être seulement l’héritière conservatrice de la peinture d’histoire du Grand Siècle, est un domaine de création extrêmement réceptif à tous les bouleversements des Lumières.

À l’appui de nombreux exemples de commandes de décors peints d’églises parisiennes ou de province, du contexte historique et d’une érudition théologique sans faille, Martin Schieder propose ainsi une ambitieuse analyse des changements et permanences dans la peinture sacrée du XVIIIe.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Jacques Thuillier. Pensée et écriture de l’art.

THUILLIER-TOULON-16mai1989-JacquesThuillier-FoyerCampra-Peut-onparlerdepeinturepompier

Photographie de Jacques Thuillier, Bibliothèque de Nevers © fonds
Thuillier, 1989.

Type : Colloque.
Date : 19 et 20 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.

Professeur aux universités de Dijon et de Paris-Sorbonne avant d’occuper la chaire d’Histoire de la création artistique en France au Collège de France, Jacques Thuillier (1928-2011) est connu avant tout pour ses travaux fondamentaux sur la peinture française et européenne des XVIIe et XIXe siècles, mais ses centres d’intérêt furent multiples et ses activités innombrables. L’Institut national d’histoire de l’art et le Centre André Chastel de l’université de Paris-Sorbonne ont souhaité lui rendre hommage en organisant ce colloque scientifique, qui s’efforcera de présenter les principaux aspects de son œuvre et de sa pensée.

À l’image de son enseignement et de son souci de servir au mieux et en tous lieux l’histoire de l’art, le but de ces deux journées sera d’amplifier et d’approfondir les sujets qu’il aura contribué à clarifier, de rendre compte des acquis d’une recherche, de la solidité et de l’originalité d’une pensée, sans oublier l’élégance efficace d’une écriture qui place Jacques Thuillier dans la lignée de maîtres comme Henri Focillon et André Chastel.

Programme :

Vendredi 19 juin :

9 h : Accueil des participants.

Héritages et innovations

président de séance : Serge Lemoine

9 h 15 : A. Le Normand-Romain, D. Lavall e, A. Mérot, Ph. Sénéchal : Introduction.

9 h 30 : Hermann Arnhold (Directeur, Landesmuseum Münster) : Jacques Thuillier et l’Allemagne. Expériences d’une relation amicale.

10 h: Benoît Dauvergne (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Mâle, Focillon, Thuillier : l’écriture de l’histoire de l’art.

10 h 30 : Mylène Sarant (Docteur en Histoire de l’art) : Jacques Thuillier à l’INHA (1954-2007) : présence d’un homme et de son oeuvre.

11 h : Débat.

11 h 30 : Pause.

11 h 45 : Claire Garand (Médiathèque de Nevers) : Le fonds Jacques Thuillier à la médiathèque Jean-Jaurès de Nevers.

12 h 15 : Marie-Françoise Clergeau (Collège de France) : Jacques Thuillier et le rôle de l’image numérique en histoire de l’art.

12 h 45 : Débat.

Nouvelles perspectives, nouvelles définitions

président de séance : Denis Lavalle

14 h 30 : Barthélémy Jobert (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et le XIXe siècle.

15 h : Pierre Vaisse (université de Genève) : Sur l’essai de Jacques Thuillier : « Peut-on parler d’une peinture pompier ? ».

15 h 30 : Atsushi Miura (université de Tokyo) : La réception de la peinture académique au Japon.

16 h : Débat.

16 h 30 : Pause.

16 h 45 : Christine Gouzi (université de Paris-Sorbonne) : De la peinture ‘pompier’ à la peinture ‘mondaine’ : le regard de Jacques Thuillier sur le peintre Henry Caro-Delvaille (1876-1928).

17 h 15 : Arnauld Brejon de Lavergnée (Conservateur général honoraire du patrimoine) : Chiens perdus sans collier : un projet d’exposition de Jacques Thuillier.

17 h 45 : Myriam Métayer (université de Poitiers) : La ‘révolution copernicienne’ selon Jacques Thuillier : l’Histoire de l’art entre grand récit et bilan d’une vie de recherche.

18 h 15 : Débat.

Samedi 20 juin :

Le XVIIe siècle en France et en Europe (1)

président de séance : Pierre Rosenberg

9 h 30 : Alain Mérot (université de Paris-Sorbonne) : École française, foyers européens.

10 h : Marianne Grivel (université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier et l’estampe.

10 h 30 : Débat.

10 h 45 : Pause.

11 h : Marianne Cojannot-Le Blanc (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La place de la littérature artistique dans le XVIIe siècle de Jacques Thuillier.

11 h 30 : Jérôme de La Gorce (CNRS, Centre André Chastel) : Les arts de l’éphémère aux XVIIe et XVIIIe siècles, d’après les écrits de Jacques Thuillier.

12 h : Débat.

Le XVIIe siècle en France et en Europe (2)

président de séance : Alain Mérot

14 h 30 : Paola Bassani-Pacht (Présidente de la Société des Historiens de l’art italien) : Les paysages ‘dramatisés’ de Pierre Brébiette.

15 h : Christophe Guillouet (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jacques Thuillier, les peintres « de la réalité » et la peinture de genre : bilan et perspectives.

15 h 30 : Débat.

16 h : Pause.

16 h 15 : Pierre-Yves Kairis (Institut Royal du Patrimoine artistique, Bruxelles) : Intuitions liégeoises de Jacques Thuillier.

16 h 45 : Bruno Guilois (Doctorant, université de Paris-Sorbonne) : Jean de Cany, peintre : un élève de Laurent de La Hyre ?

17 h 15 : Elena Cattarini Leger (unesco) : « Modernité » et « vision » de Jacques Thuillier : l’Atlas du Baroque Mondial, oeuvre posthume.

17 h 30 : Débat.

18 h 00 : Conclusion et remerciements.