Conférence du GRHAM : « Une historiographie des origines du marché de l’art. Tableaux italiens du XVIe siècle » par Frédéric Gonand (25/01/2024, Paris).

Type : Conférence hybride (accès libre sur place, un pot amical suivra la manifestation)
Date et horaire : 25 janvier 2024 (19h-20h)
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (1er étage).
Lien Zoom : https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/93768425032?pwd=aVc4WEtkUWZEU1EvUi9QQTV3QTBDdz09
Pour tout renseignement et pour l’inscription Zoom : asso.grham@gmail.com 

Une réflexion transdisciplinaire articulant histoire sociale de l’art et analyse économique ouvre de nouvelles perspectives sur les origines du marché de l’art et ses développements jusqu’à nos jours. Adoptant cette démarche et élisant comme terrain d’enquête privilégié la peinture vénitienne du Cinquecento, Frédéric Gonand présentera une grille de lecture inédite des travaux d’historiens contemporains sur le prix de marché et la productivité des peintres, le développement des foires et des enchères, des marchands et des intermédiaires, des guildes et des Académies ou encore, sur les relations entre les peintres et leurs commanditaires. Une grille de lecture qui reste pertinente pour comprendre le marché de la peinture contemporaine.

Gabriele Bella (1730-1799), La foire d’antiquités de la Sensa, huile sur toile, Venise, Galerie Querini-Stampalia.

Illustration : La foire annuelle de Venise (la Sensa) permettait à des peintres étrangers de vendre sur le territoire de la Sérénissime sans être inscrits à la guilde. Elle durait deux semaines en juin, après la fête de l’Ascension (d’où son nom). La Sensa semblait s’insérer dans l’existence plus large de marchés de deuxième main, particulièrement développés en Italie pour les vêtements, et qui dans le cas des peintures étaient alimentés par des ventes après décès du propriétaire. Les peintures échangées étaient généralement de faible valeur. Frédéric Gonand

Frédéric Gonand est depuis 2013 professeur d’économie à l’Université Paris Dauphine-PSL. Spécialisé en économie de l’énergie, des finances publiques et en macroéconomie, il est également docteur en histoire de l’art de l’EPHE/Ecole du Louvre. En 2022, il a achevé une thèse sous la direction de Michel Hochmann (EPHE – Université PSL) et François-René Martin (Ecole du Louvre et ENSBA) intitulée : « L’influence des facteurs économiques sur la peinture italienne au XVIe siècle : une approche historiographique et transdisciplinaire ». Soutenu devant un jury composé d’historiennes et d’historiens de l’art, ce travail souligne les conditions, le rôle et les limites de l’analyse économétrique en histoire de l’art. Il a fait l’objet d’une très récente publication (octobre 2023), préfacée par Pierre-Michel Menger (Collège de France), dans la collection Histoire culturelle des Classiques Garnier.

Colloque international : Intermédiaires ? Les femmes dans les sphères artistiques, entre actions et contraintes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Type : Colloque international
Date de l’évènement : 8 juin 2023
Lieu : Galerie Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Ingres (2e étage)

Colloque final de l’ANR Experts : « Les mécanismes de l’expertise et ses acteurs » XVIe – XIXe siècle

Type : Colloque

Date de l’événement : 25 et 26 mai 2023
Lieu : Université Paris Nanterre, bâtiment Max-Weber
Programme et résumés des contributions : Colloque final ANR Experts « Les mécanismes de l’expertise et ses acteurs Moyen Âge – XIXe siècle » – Sciencesconf.org

Continuer la lecture de Colloque final de l’ANR Experts : « Les mécanismes de l’expertise et ses acteurs » XVIe – XIXe siècle

Soutenance de thèse: La communauté des peintres et sculpteurs parisiens : de la corporation à l’Académie de Saint-Luc (Bruno Guilois)

Jean Guélard, frontispice pour l’édition des Lettres patentes de l’Académie de Saint-Luc, Paris, 1738.
Type : Soutenance
Date :  23 novembre 2019
Lieu : Paris, Galerie Colbert, Centre André Chastel
 

Bruno Guilois (Université Paris Sorbonne) soutiendra sa thèse sur :

La communauté des peintres et sculpteurs parisiens :
de la corporation à l’Académie de Saint-Luc

sous la direction de M. Alain Mérot le 23 novembre à 14 heures, salle Ingres.

Le jury est composé de :

  • M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
  • Mme Gaëtane Maës, maître de conférences-HDR, Université de Lille
  • M. Alain Mérot, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Véronique Meyer, professeur, Université de Poitiers
  • M. Mickaël Szanto, maître de conférences, Sorbonne Université

Voir la position de thèse.

Conférence du GRHAM: « Un genre bâtard & vicieux » ? Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, par Marlen Schneider (Paris, 8 février 2019)

Jean-Marc Nattier, Marie-Anne de Bourbon, Mademoiselle de Clermont, aux eaux minérales de Chantilly, 1729, huile sur toile, 195 × 161 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : vendredi 8 février 2019, 19h.
Lieu : Salle MarietteInstitut national d’histoire de l’art, Paris.

Très répandu pendant les dernières décennies du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe, le portrait historié fut un phénomène caractéristique de la société de cour, révélateur des pratiques artistiques et culturelles de l’époque. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: « Un genre bâtard & vicieux » ? Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, par Marlen Schneider (Paris, 8 février 2019)

Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search