Archives par étiquette : histoire sociale

Conférence du GRHAM : « L’objet comme gageure : pour une approche matérielle de l’histoire du vêtement » par Ariane Fennetaux (Paris, 16 novembre 2017).

 

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 16 novembre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’intervention se fonde sur une monographie à paraître, The Artful Pockets: Social and Cultural History of an Everyday Object 17th-19th century, qui se propose de faire une histoire sociale et culturelle d’un accessoire méconnu du vestiaire féminin, la poche. Entre la fin du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle, celle-ci se présente en effet sous une forme spécifique; un accessoire indépendant et détaché du vêtement. Il s’agit d’un ou deux sacs oblongs qu’un lien permet de nouer autour de la taille sous le jupon. Là où les hommes disposent depuis le XVIe siècle de poches dans les différentes pièces de leur tenue, que ce soit le pourpoint ou les hauts de chausses, les femmes n’ont pas de poches. Lorsque celles-ci apparaissent dans le vestiaire féminin, à la fin du XVIIe siècle, ce sont des poches qui sont séparées du vêtement et auxquelles les femmes accèdent par des fentes ménagées dans leurs jupes et leurs robes. Loin d’être une histoire de « la mode », c’est bien une histoire des pratiques vestimentaires qui est conduite dans l’ouvrage, et au-delà, une histoire des pratiques culturelles et sociales auxquelles les poches donnent lieu. Continuer la lecture

Publication: Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

De la fin du XVIe siècle jusqu’au crépuscule de l’Ancien Régime, Paris connaît une vague de construction d’édifices religieux sans précédent. La capitale se peuple de dômes et de façades à colonnes signés des plus grands noms de l’architecture française (Lemercier,
Le Vau, Hardouin-Mansart, Soufflot…). Il s’agit d’un patrimoine extraordinaire, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Cet ouvrage en dresse l’inventaire, en y incluant les édifices détruits depuis la Révolution, et propose une analyse de ce riche héritage. Les grands décors, où s’épanouissent peintures et sculptures, marquent tant les églises nouvelles que celles bâties dans les siècles précédents qui sont mises au goût du jour, alors que d’innombrables compositions sont commandées aux meilleurs artistes du temps (Le Brun, Chalgrin, Mignard, Girardon…). Les liens entre les églises classiques et l’histoire sociale et culturelle de Paris, entre les liturgies et l’épanouissement des
arts, constituent le fil conducteur de ce vaste ouvrage collectif. Des Invalides au Val-de-Grâce, de Saint-Roch à Sainte-Marguerite, des immenses églises royales aux plus modestes chapelles, cet ouvrage offre un parcours inédit à travers plus de 140 édifices. Enrichi par une abondante iconographie tant ancienne qu’actuelle, il permet une plongée dans les espaces sacrés de la capitale des rois et des Lumières.

Agrégé et docteur en histoire, Mathieu Lours est professeur d’histoire des arts en classes préparatoires aux grandes écoles et enseignant en histoire de l’architecture à l’université de Cergy-Pontoise. Ses travaux portent sur les rapports entre formes et fonctions des édifices comme l’illustrent ses ouvrages L’Autre temps des cathédrales et Saint-Sulpice, l’église du Grand Siècle.

Cet ouvrage est écrit en collaboration avec Sébastien Bontemps, Laurent Lecomte, Nicole Lemaitre, Léonore Losserand et Aurélien Scheers.

Le sommaire de l’ouvrage est disponible ici.