Archives par étiquette : histoire de l’art

(Annulé) Conférence du GRHAM : “Gold in the ark of God and capitalism” par Natasha Eaton, 21 avril 2022, en visioconférence. (Annulé)

Frontispiece of The Padshahnama, c.1630s, Royal Collections, Windsor Castle.

Type : Conférence.
Date et horaire : Annulé.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

This paper explores the agency of gold in South Asia as an ambiguous means of exchange and delightful control. As Taussig has suggested, gold can be an allegory for modernity qua labour in the miasmic mines of South American. If he explores the ‘metaphorical’ horrors of how exploitation is championed in Colombia and celebrated in the Museo del Oro, my examination of gold turns to its hidden status in statues in India and its mirror like quality in the shamsa. The shamsa is a sun bursting light form of geometric exactitude celebrated by the monarchs Akbar, Jahangir and ShahJahan. The sources of this form of gold speak to the now contested, derelict mines of Hutti. What does it mean to think of gold as celestial? Especially in the wake of material studies concerned with vibrant materiality? Is gold still to be colonized? Are there limits to decolonial thought?

Dr Natasha Eaton is Reader in the History of Art at UCL. She is a long serving editor of Third Text and the author of three monographs – Mimesis across empires: Artworks and networks in India, 1765-1860 (Duke University Press, 2013), Colour, Art and Empire: Visual culture and the nomadism of representation (I.B.Tauris, 2013) and Travel, Art and Collecting in South Asia: Vertiginous exchange (Routledge, 2021). She is currently at work on a special issue of Third Text with Manuela Ciotti on global collecting and modernity and on a monograph concerned with the materialities of empire provisionally titled The Unconditional Image: Art and labour in South Asia.

Annulé

Candidatures Université d’été : “Techniques Picturales (1400-1900)”

Type : Université d’été
Date limite des candidatures : 30 avril 2022
Dates de l’évènement : 4-8 juillet 2022
Lieu : Centre Malher, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’université d’été « Techniques picturales (1400-1900)” se propose d’explorer certains pans de l’histoire de l’art pictural sous l’angle de la technologie. Des points clés de la peinture tels que le dessin et la production de multiples, la préparation des toiles et la peinture à l’huile, ou encore la couleur et ses modes de production seront étudiés. Chaque point sera développé au travers d’une école artistique et nourri par les interventions d’historiens de l’art, de chercheurs en sciences du patrimoine, de conservatrices du patrimoine et de restauratrices des biens culturels.

La formation s’adresse à douze étudiants en cours de doctorat en histoire de l’art ou en sciences du patrimoine, ou inscrits en master 2 et envisageant un doctorat. L’enjeu de cette université est que les participants acquièrent les fondements d’une étude technologique et expérimentent ces notions. Continuer la lecture

Petite annonce : « Pour une archéologie de l’imagerie pornographique en Europe (1500-1840) »

Anonyme, Boîte à double fond (miniature du 2e fond): triolisme et masturbation, fin XVIIIe-début XIXe siècles, peinture sur bois, diam. 9 cm, Paris, musée de Cluny, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen Âge) / Franck Raux

English Abstract

For an archaeology of pornographic imagery in Europe (1500-1840): as part of my post-doctoral project on the origins of pornography, I am looking for European visual representations made between 1500 and 1840 with the aim of provoking sexual excitement. Thank you for your help. Discretion guaranteed.


Les représentations visuelles destinées à susciter une excitation sexuelle se sont répandues depuis deux siècles avec le développement de la société de consommation et des nouvelles technologies (photographie, cinéma, internet, réseaux sociaux…). En raison des enjeux socio-culturels et économiques attachés à ce phénomène de masse, la pornographie mobilise désormais l’attention des différents observateurs de la vie publique. Néanmoins, les origines de ce phénomène dans l’Europe des Temps modernes (1500-1840) méritent d’être étudiées attentivement.

Mon projet de recherche post-doctoral a pour but de questionner le statut, la fonction et la valeur des représentations visuelles émoustillantes. L’obscénité d’hier n’est pas exactement la pornographie d’aujourd’hui, mais la permanence de certains motifs et modes de consommation invite à analyser ce phénomène culturel dans un temps long.

La caractérisation de l’image obscène est complexe car elle pouvait varier en fonction des lieux, des époques et de la sensibilité de chaque regardeur. Afin de constituer un corpus iconographique représentatif, je suis à la recherche de tout type de représentations visuelles (peinture, dessin, estampe, sculpture, objet…) ayant un caractère sexuel explicite. Les figures dévêtues et en action sont privilégiées, mais il peut aussi s’agir de figures voilées répondant à la même intention ou d’images médicales ayant pu être détournées.

Il y a 240 ans, le baron d’Hancarville voulut publier les erotica découverts lors des récentes fouilles archéologiques en Italie pour préserver une partie du savoir gréco-romain dans ce domaine, mais la pudeur des collectionneurs limita d’abord son projet. Cependant, « […] la promesse solennelle que je leur fis de cacher à jamais la source d’où je les avois tiré, me procura enfin la permission d’en faire l’usage » (Monument de la vie privée des douze Césars d’après une suite de pierres gravées sous leur règne, 1780, p. IV). À l’instar de cet initiateur, j’assure de mon entière discrétion les personnes qui voudront bien me communiquer des reproductions de leurs erotica.

Merci par avance de votre aide.

Maël TAUZIÈDE, docteur en histoire de l’art

Contact: tauziede.erotica@gmail.com

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture

Colloque : “L’histoire de l’art et les objets” (Paris, 30-31 mai 2018).

Andreas Almgren, tabatière, 1759, or ciselé et émaux, 6,5 x 5 x 3,1 cm, London: Victoria & Albert Museum

Type : colloque.
Date et horaire : 30 et 31 mai 2018 .
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

Les travaux récents sur les images ont montré comment de vastes perspectives s’ouvrent dès lors que l’on porte le regard au-delà de la notion moderne et européenne d’art. Mais réduire l’histoire de l’art aux seules images reviendrait à appauvrir drastiquement son domaine de compétences. Cela exclurait en effet des catégories entières d’objets qui ne sont pas des images – à commencer par les « arts appliqués » européens, qui ont pourtant eu leur part dans la constitution historique de la discipline. Les artefacts variés de cultures non-européennes, souvent pré-coloniales, sont souvent négligés eux aussi, alors même qu’un rôle décisif devrait leur revenir dans une histoire de l’art à échelle globale et de pertinence interdisciplinaire. Continuer la lecture

Journée 2017 des doctorants : « Restauration et remploi »

Auteur inconnu, Mariage mystique de Sainte-Catherine, XVIIe s., , 72 x 99 cm, coll. particulière
© Aldo Peaucelle – Art et patrimoine Conseil SARL

Type : Journée d’étude
Date : 24 mai 2017
Lieu : École des chartes, au 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)

Les doctorants de l’École (ed 188 et ed 472) et ceux de l’Ephe (ed 472) organisent une journée d’étude sur le thème « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Continuer la lecture

Appel à communication : 7e édition du Festival d’Histoire de l’Art (La Nature)

Claude Aubriet, Aubergine, XVIIIe siècle, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d'Histoire Naturelle.

Claude Aubriet, Aubergine, XVIIIe siècle, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle.

Type : Appel à communication
Date limite : 11 décembre 2016
Date de la manifestation : 2 au 4 juin 2017
Lieu : Château de Fontainebleau

À l’heure où le schéma dualiste nature/culture qui a fortement marqué la modernité occidentale tend à être remis en question, le Festival de l’histoire de l’art propose d’explorer le thème de la nature dans ses aspects les plus variés, en considérant bien sûr l’importante question de la mimêsis, mais sans s’y tenir exclusivement. Cette notion de nature sera entendue dans son sens large, comme l’ensemble des êtres et des réalités qui environnent l’homme mais ne sont ni créés, ni organisés par lui. Comme telle, la nature englobe une grande partie de l’activité scientifique, investit la pensée mythico-religieuse, stimule l’imaginaire et sert de référence à l’esthétique, sans omettre la quête de fusion liée à l’animisme/Gaïa ou encore la notion de Care. À travers les médiums artistiques et les domaines de l’histoire de l’art les plus variés, sans restrictions chronologiques ou spatiales, il s’agira ainsi d’interroger la nature autant comme inépuisable pourvoyeuse de formes à imiter que comme modèle d’activité créatrice. Est-il besoin de souligner que Fontainebleau, dont la forêt enchanta les poètes du règne des Valois avant de servir de motif aux peintres de l’École de Barbizon, est un lieu propice à explorer ce thème ?

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Shaped by Nature, Forged by Art. Image, Object, Knowledge, and Commerce in Early Modern Europe”

forest

François Boucher, La Forêt, 1740, huile sur toile, 131 x 163 cm, Paris, Musée du Louvre.

Type : Journée d’étude
Date : 21 mai 2016
Lieu : Northwestern University, 1881 Sheridan Road, Evanston, IL
Sous la direction de : Claudia Swan

The often complex, always productive, and sometimes vexed relationship between nature and art is a central theme of early modern European culture and of artistic production in particular. Where, in a visual culture devoted to naturalism, does art begin and nature end? If mimicking nature is the most noble of artistic aims, what is the relationship between the generative powers of art and the fecundity of nature? Long the ape of nature, art vied with nature in the early modern era to the point of outstripping it—or at least trying.

Continuer la lecture

Presses Universitaires de Rennes : les dernières parutions

Les Presses Universitaires de Rennes ont connu un mois de juin riche en publications. L’histoire de l’art moderne y occupe une place importante, comme l’attestent ces quelques ouvrages parus, auxquels nous joignons les présentations de l’éditeur :

GLORIEUX, Guillaume, L’histoire de l’art : objet, sources et méthode, Rennes, P.U.R., 2015.

glorieuxAujourd’hui enseignée à l’université et depuis peu à l’école, au collège et au lycée, l’histoire de l’art est une discipline vivante, traversée de courants de pensée très divers, renouvelée par l’apport des sciences humaines et par les progrès récents des technologies. Pratique devenue scientifique et multiple, elle est aussi active dans la cité en favorisant une réflexion sur le patrimoine ou sur le pouvoir des images et leur interprétation.

 

 

LAFAGE, Gaëlle, Charles Le Brun décorateur de fêtes, Rennes, P.U.R., 2015.

lebrunLes décorations de fêtes ordonnées par Charles Le Brun donnent l’image la plus juste de ses recherches et de ses goûts. L’analyse des sources contemporaines et des images des décors permet de restituer ces ouvrages mais également de les replacer dans leur contexte. L’étude de ces célébrations et de leur réception offre une meilleure compréhension de ces créations exceptionnelles, tout en leur conférant la pérennité qu’elles méritent.
Préface : Jérôme de La Gorce.

CHROSCICKI, Juliusz A., HENGERER, Mark, SABATIER, Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle), Tome 3, Rennes, P.U.R., 2015.

funeraillesLes funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains, très variable d’un pays à l’autre, est révélatrive de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne.

Plus d’informations sur http://www.pur-editions.fr/