Archives par étiquette : Henri Lafon

Hommage à René Démoris.

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Nature morte avec brioche, huile sur toile, 56 x 47 cm, Paris, musée du Louvre

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Nature morte avec brioche, 1763, huile sur toile, 56 x 47 cm, Paris, musée du Louvre

Professeur émérite à l’Université de Paris III, René Démoris s’est éteint le 5 janvier 2016.

René Démoris s’est fait connaître par son étude du roman à la première personne auquel il avait consacré sa thèse ; dans Le roman à la première personne : Du Classicisme aux Lumières (régulièrement rééditée chez Droz), il explore les mémoires de l’époque classique qui se développent en prenant pour modèle le roman picaresque espagnol avant de se transformer, chez Marivaux et Prévost, en romans à la première personne. Au travers de ces œuvres, Démoris étudie les mutations sociales, culturelles et politiques qui permettront l’éclosion de l’individu, consacré par les Confessions de Jean-Jacques Rousseau.

En tant qu’éditeur scientifique, préfacier ou postfacier, Démoris a permis aux amateurs de textes de la période classique de découvrir ou redécouvrir le Chevalier de Mouhy (Les Mémoires d’Anne-Marie de Moras[1], La mouche ou Les aventures de M. Bigand[2]), Marie-Catherine-Hortense de Villedieu (Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière[3]), César de Saint Réal (De l’Usage de l’histoire, 1671[4]), Robert Challe (Les illustres Françaises[5]), Antoine François Prévost (La jeunesse du commandeur[6]), Gatien de Courtilz de Sandras (Mémoires de monsieur le marquis de Montbrun[7]) et encore Casanova (Histoire de ma vie, 1789[8]).

Fin connaisseur de la peinture des XVIIe et XVIIIe siècles, Démoris s’est intéressé aux théoriciens, critiques d’art et artistes de cette même période, en publiant – entre autres –  Félibien : Entretiens sur les vise et sur les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes[9], et Chardin, la chair et l’objet[10], et en dirigeant ou collaborant à nombreux ouvrages et actes de colloques tels que Les fins de la peinture[11], Folies romanesques au siècle des Lumières[12] avec Henri Lafon, La peinture en procès[13] avec Florence Ferran, ou encore Violence du rococo[14] aux côtés de Jacques Berchtold et Christophe Martin.

Dans Chardin, la chair et l’objet, Démoris relève la proximité de pensée entre le peintre et Diderot, le « théâtre d’objets[15] » de l’un s’accordant à la théorie de la sensibilité de la matière de l’autre, tel qu’exposée dans le Rêve de d’Alembert. Mais Démoris souligne aussi comment l’émerveillement de Diderot devant les œuvres de Chardin, réduit l’écrivain au silence, parce que celles-ci se situent peut-être « Du côté d’une certaine mort au monde?[16] ».

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Panier de prunes, vers 1765, huile sur toile, 12,75 x 16,5 cm, Norfolk, Chrysler Museum of Art.

Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Panier de prunes, vers 1765, huile sur toile, 12,75 x 16,5 cm, Norfolk, Chrysler Museum of Art.

Florence Fesneau

—————————————————————————————————————————

[1] Paris, Desjonquères, 2006.

[2] Paris, Ed. Classiques Garnier, 2010.

[3] Paris, Dejonquères, 2003.

[4] Villeneuve-d’Ascq, GERL 17-18, 1980.

[5] Paris, Classiques Garnier, 2014.

[6] Paris, Genève, Slatkine, 1996.

[7] Paris, Desjoncquères, 2004.

[8] Paris, Garnier Flammarion, 1977.

[9] Paris, Les Belles Lettres, 1987.

[10] Paris, Biro, 1991.

[11] Paris, Desjonquères, 1989

[12] Paris, Desjonquères, 1998.

[13] Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2001.

[14] Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012.

[15] Chardin, la chair et l’objet, Paris, Biro, 1991, p. 149.

[16] René Démoris, « L’Image. Chardin et la nature morte : pouvoirs illégitimes ? » dans Pouvoirs de l’Image, Topique n°53, Dunod, 1994.