Archives par étiquette : gravure

Conférence du GRHAM : “Un « prodigieux amas » d’images : Le département des Estampes et de la photographie de la BnF : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire de l’art” par Corinne Le Bitouzé et Chloé Perrot (21 novembre, Paris).

Charles-Nicolas Cochin père d’après Charles-Nicolas Cochin fils, Frontispice du « Catalogue raisonné des diverses curiosités du Cabinet de feu M. Chevalier de La Roque », 1745, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 novembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dès sa création en 1667, le cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi, futur département des Estampes et de la photographie de la BnF, est riche de 85 000 estampes. Depuis cette date, la collection n’a cessé de croître, agrégeant au fil du temps toutes les nouvelles formes d’images multiples : photographies, reproductions photo-mécaniques et maintenant impressions numériques. Hors de son périmètre à l’origine, le dessin y occupe également une place importante. C’est aujourd’hui un « prodigieux  amas » de près de 15 millions d’images, occupant 24 km de rayonnages. La question de l’accès à cet imposant corpus iconographique s’est donc très vite posée.  Continuer la lecture

Journée d’études : “Les compétences transférables de l’image imprimée”.

Abraham Bosse, Les Graveurs en taille-douce (détail), 1643, Eau-forte, avec quelques rehauts de burin, 26 x 32 cm au coup de planche, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 25 octobre 2019.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne.

Programme

9:00 Introduction et bienvenue : Camilla Murgia, Université de Lausanne
9:15 Paul Coldwell, Chelsea College of Art & Design, University of the Arts, Londres

From analogue to digital and back again

Continuer la lecture

Colloque : “Les éphémères et l’image (16e-21e siècles)”.

Jean-Michel Papillon, Planche ornementale à motif floral avec pavots et ipomées, 1707, gravure sur bois en couleurs, 25 x 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie.

Type : colloque.
Date de l’événement : 13 et 14 septembre 2019.
Lieu : Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine.

Vendredi 13 septembre

9h00 Accueil des participants

9h30 Introduction au colloque

1. Statut & techniques

Session présidée par Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

10h – Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université / Galerie Hubert Duchemin)

Le Papillon et l’éphémère : image, imagerie et occasionnel en France au xviiie siècle Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Appel à communication du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : expertises, négociations et controverses”.

Pierre-Antoine Demachy, Vente publique de tableaux, probablement à l’hôtel Bullion, ca. 1785, huile sur toile, 22 x 33 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2019.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : “Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814)”.

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Présentation d’ouvrage : “L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne.”

Type : présentation d’ouvrage

Date : 5 décembre 2017, 18h-20h

Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art

L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuel Lurin et de Delphine Morana Burlot

Avec le développement de l’humanisme et la redécouverte de l’art antique, l’Antiquité est apparue comme un nouveau champ d’investigation et une source d’inspiration inépuisable. Les érudits et savants qui s’y sont intéressés, les « antiquaires », ont collaboré avec de nombreux dessinateurs, peintres et architectes, mais aussi avec des illustrateurs, des graveurs et des professionnels du livre, pour mener leurs recherches sur ces objets qui les passionnaient. L’objet de ce livre est de mettre en lumière une catégorie d’images qui interrogent constamment notre conception des techniques de reproduction artistique, de la représentation documentaire et du métier d’artiste dans les sociétés de l’époque moderne. Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Colloque : “Habillage du livre et du texte aux XVIIe et XVIIIe siècles”.

Anonyme français, Livre broché et orné d’une couverture d’attente en papier dominoté, XVIIIe siècle, gravure sur bois en couleurs, Paris, marché de l’art.

Type : colloque.
Date : 22 et 23 septembre 2017.
Lieu : Metz, université de Lorraine, Ile du Saulcy, UFR Arts, Lettres, Langues, salle Pierre Grappin, A208.

10h30-11h00 Ouverture

Traduire / Vêtir

Présidence : Anne Page (Aix-Marseille Université)

11h00-11h30 Amélie Derome (Aix-Marseille Université), « La forme du paratexte de Gulliver’s travels dans les traductions françaises du XVIIIe siècle : rhabiller Gulliver »

11h30-12h00 Erik Stout (Université de Montréal, Canada), « La traduction du Voyage autour du monde de L.A. de Bougainville par J.R. Forster »

12h00-12h30 Massimo Scandola (CESR de Tours), « La “Préface” de l’abbé Bonnet aux traductions des Œuvres de Metastasio »

Habillage et genre (1)

Présidence : Jean-Robert Armogathe (Paris, EPHE)

14h30-15h00 Miriam Speyer (Université Caen-Normandie), « Les dieux écrivent-ils en italiques ? Typographie et mise en livre de pièces en vers et en prose »

15h00-15h30 Chloé Perrot (Université de Lille 3), « Déshabiller l’Almanach pour rhabiller le Traité des sciences iconologiques. Non nova, sed nove ? »

Continuer la lecture

Symposium : “Graphic satire and the UK in the long nineteenth century”, University of Nottingham

 

James Gillray (artist), Hannah Humphrey (publisher), A Hackney Meeting, 1796, etching, London, Victoria and Albert Museum
© Victoria and Albert Museum, London

Type : Conférence
Date : 5 septembre 2017, 9h-18h30
Lieu :  A30 Lecture Theatre, Lakeside Arts, University of Nottingham, UK.

A one-day symposium convened by Professor Fintan Cullen and Dr Richard A Gaunt, University of Nottingham. Keynote speaker: Professor Brian Maidment (Liverpool John Moores University).

This one-day international symposium seeks to interrogate the nature of the United Kingdom’s status as a global power in the long nineteenth century (c.1780-1920) by considering the varied ways in which it was viewed, and represented, in graphic satire during this period. The years from c.1780- 1920 encompassed events with widely-felt repercussions, generating interest and commentary well outside the countries in which they occurred. In turn, these events required the United Kingdom – which came into existence with the union between Great Britain and Ireland in 1801 – to consider its reach, role and reputation on a global scale. In the period up to 1815, for example, the American Wars of Independence (1775-83), the French Revolution of 1789, the wars against Revolutionary and Napoleonic France (1793-1815) and the Battle of Waterloo (1815), all made the United Kingdom think outside its purely domestic political situation. The establishment of peace terms in 1815 ushered in what historians once described as the ‘Pax Britannica’ or century of ‘British’ peace. Over the course of the next century, the United Kingdom became increasingly defined by the range of its global interests, both in terms of its formal and informal empire, its diplomatic activity and its continuing participation in naval and military conflict. By the end of the period, the United Kingdom’s global status was challenged by the repercussions of World War One (1914-18) and the impending dissolution of
the Union with Ireland (1922).

The symposium provides an opportunity to explore the United Kingdom’s global relationships in this period in graphic political and personal satires. It builds on a growing body of work which explores the subject from the perspective of individual satirists such as Gillray, Rowlandson, Cruikshank and Doyle, as well as studies of well-known satirical print titles like Punch and personifications of ‘Britishness’ such as John Bull. Papers which consider the United Kingdom’s global relationships from the perspective of the constituent parts of the United Kingdom (England, Scotland, Wales  and Ireland) and from overseas will be presented, as will papers which reflect upon issues of race, gender, nationhood and ethnicity across the period in question.

For more information on the speakers and programme, see: http://www.nottingham.ac.uk/conference/fac-arts/humanities/history/graphic-satire/graphic-satire.aspx

Conférence : Beyond Reproductive Printmaking (Dresden, 18-19 Sep 17)

Etienne Fessard d’après Charles-Joseph Natoire, Vue perspective de la Chapelle des Enfants Trouvés à paris, 1752 –
1759, gravure, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence

Date : 18 – 19 septembre 2017

Lieu : Dresde

Diesseits und Jenseits von Reproduktion. Druckgrafik und der Kanon der Europäischen Malerei. BEYOND REPRODUCTIVE PRINTMAKING. PRINTS AND THE CANON OF EUROPEAN PAINTING (ca. 1500 – 1810).

Eine kooperative Veranstaltung des Kupferstich-Kabinetts der Staatlichen Kunstsammlungen Dresden und des Institutes für Kunst- und Musikwissenschaft der TU Dresden (Lehrstuhl für Mittlere und Neuere

Kunstgeschichte) / joint conference of the Cabinet of Prints, Drawings and Photographs of the Dresden State Art Collections and the Institute of Art and Music of the Technical University Dresden Continuer la lecture

Appel à communication : Graphic Mimicry (Philadelphia, 21-22 Oct 17)

Etienne Fessard, Chapelle des Enfants trouvés, 1769, gravure, 81,4 x 62,9 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er juillet 2017

Date de l’événement : 21 – 22 octobre 2017

Lieu : Tyler School of Art, Temple University

Call for Papers: Graduate Student Sessions Graphic Mimicry: Intermediality in Print and the Art of Imitation (Print Think 2017) Tyler School of Art, Temple University Oct. 21-22, 2017

Conference description

Print Think 2017 is co-organized by Amze Emmons and Ashley West, bringing Tyler School of Art’s Art History Department in collaboration with our Printmaking program. This year’s conference, titled Graphic

Mimicry: Intermediality in Print and the Art of Imitation, will examine the intervisual dialogue between prints and other media from both a historical and contemporary perspective of the medium. At the heart of this year’s conference is the fundamental question of how printmaking from its earliest years defined itself in relationship to existing and historically more prominent technologies and media, such as drawing, painting, metalwork, sculpture, and tapestry design. Continuer la lecture

Appel à communication : Working on It… Preparation in Art

Jean-Antoine Watteau, Croquis militaire : trois soldats et un homme agenouillé, dessin, 12,2 x 19,5 cm, Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel à candidature : 31 mai 2017

Date de la manifestation : 26 – 27 octobre 2017

Lieu : Los Angeles, University of Southern California

Every work of art, architecture, and design undergoes a process of becoming. Yet the material traces of preparation and process—such as studies and sketches, architectural blueprints, or photographic proofs and negatives—are often underexamined or undervalued. This symposium will investigate the overlooked, ephemeral, or no longer extant objects and activities generated in the preparation of art. We invite topics that explore how drawings, sketches, plans, instructions, and/or models are used to work out, set down, and circulate ideas across a wide range of creative practices. We are interested in how examinations of the techniques and products of preparation can address questions related to the creative process, what constitutes a work of art, the collaborative nature of art making, translations between media, and the dissemination of ideas about art, architecture, and design. Graduate students in art history and related fields are welcome to submit proposals on any time period, style, culture, or geographic region. Continuer la lecture

Appel à communication : “Beyond Reproductive Printmaking: Prints and the Canon of European Painting, ca. 1500–1810”

le-baiser-a-la-derobee

Nicolas François Regnault d’après Jean-Honoré Fragonard, Le Baiser à la dérobée, XVIIIe siècle, estampe, 42,2 x 48,5 cm, Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 février 2017.
Date de la manifestation : 18-19 septembre 2017.
Lieu : Dresde.

Conference for Ph.D. students, postgraduates and researchers at museums and universities in the Kupferstich-Kabinett (Museum of Prints, Drawings and Photographs) of the Staatliche Kunstsammlungen Dresden (Dresden State Art Collections) in collaboration with the TU Dresden Institute of Art and Music, Dresden, 18–19 September 2017.

Are paintings reproduced because they are famous, or have they become famous because they have been reproduced over and over again in the past centuries? The aim of this conference is to throw light on the status of reproductive prints in the process of the formation of (an) artistic canon(s). It aims at exploring artistic and technical aspects of the creative and innovative making process, including the printmakers’ ability to translate the original work into a new pictorial language and to the history of both reception and transmission of works of art.

The conference will cover the period running from the early 16th century to the introduction of the first lithographic press in the early 19th century. Geographically, the focus is on Europe. No restrictions are imposed concerning printing techniques—on the contrary, the characteristics of each technique as well as its ability and uses for reproducing original paintings constitute an important topic. We invite submissions of papers drawing from current research on specific prints or series of prints as well as on new theoretical approaches and methodologically promising developments in the study of interpretative prints, also exploring their potential as a source and as a subject matter of art history. Continuer la lecture

Publication : “The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné”.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

GUNN Ann, The Prints of Paul Sandby (1731–1809) : A Catalogue Raisonné, Turnhout, Brepols, 2016, 339 p.

Présentation de l’éditeur :

Born in Nottingham, Paul Sandby (1731–1809) is best known as a founder member of the Royal Academy and a prominent figure in the development of British watercolour painting. However, he was also one of the most prolific and inventive printmakers in eighteenth-century Britain. From his early years as a draughtsman for the military survey of Scotland, and later from his extensive tours throughout England and Wales, he depicted the people, towns, castles, and landscapes of the nation. He provided the public with images of their country which contributed to the emerging appreciation of native landscape, to antiquarian interests, and to the development of picturesque tours within the British Isles. Although he never travelled abroad, he reproduced the work of fellow artists who had, tapping into the Grand Tour market with prints of Ionian antiquities, Neapolitan landscapes, and the Roman carnival. But his work encompassed more than landscape; he could move from the pastoral humour of illustrations to Allan Ramsay’s poem The Gentle Shepherd, through the urban realism of his Cries of London to the merciless satire of his attacks on William Hogarth. From the 1740s to the 1780s, he made over 380 prints: engravings, etchings, soft ground etchings, and finally aquatints, a medium in which he was a pioneer. Aquatint enabled printmakers to reproduce the effects of watercolour paintings; Sandby gave the process its name and developed varied techniques which allowed the exact reproduction of the artist’s brush strokes, producing some of the most beautiful prints ever made in this medium.

Ann V. Gunn, a lecturer at the University of St Andrews, has worked as Keeper of Art at Nottingham City Museums, Assistant Registrar at Princeton Art Museum, and Registrar of the University of St Andrews Art Collection. She also ran her own gallery, which specialised in contemporary Scottish art. She is Honorary Curator of the University’s Fine Art Collection. She is also Chair of Fife Contemporary Art & Craft and a member of the Fife Committee of the Art Fund. She is the author of The Prints of Wilhelmina Barns-Graham: A Complete Catalogue (2007).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.