Archives par étiquette : Grandchamp des Raux

Vente Grandchamp des Raux : records battus par les académiciennes !

Le jeudi 26 mars 2015, les quarante-neuf coups du marteau de Matthieu Fournier ont dispersé la collection de peintures de Louis Grandchamp des Raux au cours d’une vente organisée par Sotheby’s et Artcurial à Paris.

Tous les lots ont été vendus, sans que les musées français n’aient fait valoir leur droit de préemption. Ce retrait s’explique probablement par le montant élevé des estimations, qui n’a cependant pas découragé les autres acheteurs. Ainsi, la majorité des lots a été adjugée dans la tranche prévue par les estimations, et près de 40% des lots ont même dépassé ces prévisions, portant le résultat global de la vente à plus de 7 630 000 € (8,7 millions avec les frais).

Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

1. Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

À l’exemple de Louise Moillon, dont l’une des deux natures mortes (ill. 1) a trouvé acquéreur pour 900 000 € (hors frais), d’autres artistes ont visiblement battu leur record sur le marché de l’art[1].

Tout comme les œuvres de Louise Moillon, celles d’Anne Vallayer-Coster ont remporté un franc succès commercial. Compte tenu du faible nombre de femmes reçues à l’Académie royale de peinture et de sculpture[2], la qualité esthétique de leurs tableaux se double d’une valeur sociale indéniable. Le développement des gender studies a sans doute aiguisé l’intérêt du public pour ce type de productions, a fortiori quand le modèle est également une artiste (ill. 2).

Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

2. Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Pourtant, c’est moins la musicienne -dont le violon est proprement désaccordé- que la psychologie de la demoiselle qui est mise en avant dans cette composition poétique mêlant les genres du portrait et de la nature morte. À l’écart des scènes moralisantes de son contemporain Greuze[3], Anne Vallayer-Coster semble ici renouer avec l’ancienne tradition du memento mori. Tenant un violon dont la première corde a déjà lâché, le jeune modèle apparaît dans la posture humble d’une Madeleine pénitente dont le regard semble s’évanouir au travers des  portées musicales. Le public pourra bientôt l’admirer dans un musée européen, qui l’a acquis pour la somme de 750 000 € (hors frais).

Le goût de Louis Grandchamp des Raux pour les assemblages harmonieux transparaît également dans la nature morte, qui est le genre pictural le plus représenté dans sa collection. Parmi les plus remarquées, la fascinante composition de Pierre-Antoine Lemoine est une des quatre œuvres actuellement référencée de l’artiste (ill. 3): elle a trouvé acquéreur pour 350 000 € (hors frais).

Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

3. Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

En lien avec ce genre, il convient aussi de signaler cinq œuvres de François Desportes (1661-1743), dont l’esquisse d’un tableau représentant les chiennes de Louis XV Bonne, Nonne et Ponne (Paris, Musée de la chasse et de la nature).

À signaler enfin, parmi des paysages de Boucher, Fragonard et Hubert Robert, Le lever du jour, départ des pêcheurs (ill. 4) de Joseph Vernet, qui s’est envolé (en France : le tableau, issu de l’ancienne collection du château de Ferney-Voltaire, est classé monument historique) pour 700 000 € (hors frais).

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Dans un communiqué de presse commun, Sotheby’s et Artcurial se sont félicités d’avoir battu un record remontant à plus de vingt ans. En conséquence, la vente Grandchamp des Raux est révélatrice d’un regain d’intérêt pour la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la recherche en Histoire de l’art moderne ne peut que se flatter.

_______________________________________________________________________________________________

 [1] À en juger par les résultats de la base Artprice, c’est le cas du peintre de Pierre-Antoine Lemoine (Paris 1605-1665) et d’Anne Vallayer-Coster (Paris 1744-1818).
[2] Octave Fidiere, Les femmes artistes à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris: Charavay frères, 1885.
[3] Justement, le Portrait de jeune femme au fichu blanc (lot 27) peint par Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) a été vendu en deçà de son estimation (75 000 € hors frais).