Archives par étiquette : goût

Conférence du GRHAM : “Un peintre face aux connaisseurs : la visite de Sir Joshua Reynolds à Düsseldorf (27-31 août 1781)” par Jan Blanc (18 avril, Paris).

Sir Joshua Reynolds, Autoportrait, v. 1775, huile sur toile, 74,9 x 62,2 cm, Londres, Tate Britain

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 avril 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

C’est à l’occasion de son premier voyage dans le nord de l’Europe, d’abord dans les Pays-Bas espagnols, puis dans les Provinces-Unies, et enfin dans le Saint-Empire, que sir Joshua Reynolds séjourne à Düsseldorf, du lundi 27 au vendredi 31 août 1781. Cette petite semaine offre au peintre anglais l’occasion de découvrir les collections de l’Électeur, mais aussi de faire la connaissance du directeur de l’académie locale, Lambert Krahe. En sa compagnie, il passe l’essentiel de son temps, tant dans la Galerie électorale que durant ses loisirs. Les discussions mais aussi les débats que partagent les deux artistes n’ont jamais fait l’objet, à ma connaissance, d’un examen prolongé et attentif. C’est la raison pour laquelle j’y consacrerai cette conférence. J’y évoquerai les conditions de cette rencontre, détaillerai les visites et les discussions entre les peintres, ainsi que les différences, si ce n’est les différends qui opposent Reynolds et Krahe. Il s’agira de souligner les manières très diverses dont les collections de dessins et de tableaux de Düsseldorf ont été envisagées par les deux hommes et, surtout, de mettre en évidence le regard porté par le peintre britannique, tant sur ces collections que sur le goût qu’elles trahissent.

Continuer la lecture

Colloque : Fancy‒Fantaisie‒Capriccio : Diversions and Distractions in the Eighteenth Century.

screen-shot-2015-10-28-at-5-42-46-pm

 

Type : colloque.
Date : 03 et 04 décembre 2015.
Lieu : musée Paul-Dupuy, Toulouse.
Sous la direction de : Muriel Adrien, Melissa Percival et Axel Hémery.

Associated with the imagination and not reason, fancy (fantaisie) in the eighteenth century was a sort of whimsical distraction from the everyday. For Voltaire it was ‘a singular desire, a passing whim’ (‘un désir singulier, un goût passager’), while for Samuel Johnson it was ‘something that pleases or entertains without real use or value’. Together with its near-synonym caprice (capriccio), fancy was part of a rich semantic network, connecting wit, pleasure, erotic desire, spontaneity, improvisation, surprise, deviation from norms, the trivial and inconsequential. Unpredictable and quirky, it offered many outlets for artistic creativity.

These study days will explore the expressive freedom of fancy (fantaisie, capriccio) in European culture during the eighteenth century—in figure and landscape painting, architecture, and garden design, philosophy and fiction, theatre and music.

 

Programme :

Jeudi 3 décembre :

14h : Welcome and introduction.

14h15 Chair: Melissa Percival.
• Keynote Speaker — Martin Postle, Modelling for the Fancy Picture : Fact, Fiction, and Fantasy.
Frédéric Ogée, Fancying Nature : The Posterity of Joseph Addison’s’ Pleasures’ in English Enlightenment Culture.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair: Xavier Cervantes.
John Chu, ‘The Many Peopled Wall’ : Fancy Pictures and Annual Exhibitions in Eighteenth-Century London.
Isabelle Baudino, Picturing the Past : The Fancy Picture and the Historical Imagination in Britain.
Hélène Ibata, British Capricci : From the Picturesque to the Sublime.

18h30 : Viewing of the exhibition Fantasy Figures at the Musée des Augustins.

20h30 : Dinner.

Vendredi 4 décembre :

9h15 : Chair : Muriel Adrien.
• Keynote Speaker — Guillaume Faroult.
Emmanuel Faure-Carricabururu, Figures de fantaisie de Jean-Baptiste Santerre et limites des cadres génériques d’interprétation.

10h30 : Tea and coffee.

11h Chair: Frédéric Ogée.
Christophe Guillouet, La production gravée parisienne au cœur de L’invention d’un genre ? Les «fantaisies» de Poilly et Courtin (1710–1728).
Bénédicte Miyamoto, ‘As Whimsical and Chimearical as their Forms Are’ : Ornamental and Fanciful Motives in English Drawing Books.
Pierre-Henri Biger, De la fantaisie des éventails aux éventails de fantaisie.

12h30 : Lunch.

14h : Chair: Isabelle Baudino.
Vanessa Alayrac, ‘A Butterfly Supporting an Elephant’: Chinoiserie in Eighteenth-Century England, or ‘the Luxuriance of Fancy.
Xavier Cervantes, Réminiscences vénitiennes et hybridité culturelle dans les vues et capricci anglais de Canaletto.
Adrián Fernández Almoguera, Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair : Hélène Dachez.
Laurent Châtel, Fancy a Garden? The Hortulean Pleasures of Imagination and Virtuality.
Nathalie Vincent-Arnaud, Cappricioso, Or a New ‘Grammar in Motion’ in Music and Ballet.
Alice Labourg, ‘Fancy Paints with Hues Unreal’ : Pictorial Fantasy and Literary Creation in Ann Radcliffe’s Gothic Novel.

Journée d’étude : Libertés du corps et du geste : la place de la spontanéité en France au XVIIIe siècle.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Type : journée d’étude.
Date : 08 décembre 2015.
Lieu : Palais du Luxembourg, 26 rue de Vaugirard, 75006 Paris.
Sous la direction du :
laboratoire IRHiS (Université Lille 3) et du musée du Luxembourg.
Sur inscription, par mail : joanne.snrech@museeduluxembourg.fr, avant le 10 novembre.

Programme :

9h00 : Accueil.
9h30 : Fragonard, le « peintre dynamique » ?. Entretien avec Pierre Rosenberg de l’Académie Française.
10h10 : « Je peindrais avec mon cul ». Peindre sur nature chez Fragonard. Guillaume Faroult, Conservateur en chef, en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre ; Commissaire de l’exposition Fragonard amoureux.
11h00 : Pause.
11h20 : « Il y en a bien peu qui connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle. Delphine Chambon, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
11h40 : “Finissez monsieur Robert !” : la rapidité du geste d’Hubert Robert. Sarah Catala, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
12h00 : discussion.
12h20-13h50 : Pause déjeuner.
14h00 : Brouillon, prélude, esquisse. Michel Delon, Professeur de Littérature française, Université Paris-Sorbonne.
14h40 : Les étapes d’une réflexion : étude de quelques séries d’esquisses de Gabriel-François Doyen (1726-1806). Benjamin Salama, doctorant en histoire de l’art, Université Paris-Sorbonne.
15h00 : Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières. Marine Ganofsky, maître de conférences, Université de Saint-Andrews.
15h20 : Discussion.
15h40 : Pause.
16h00 : « Plus de grâce que les plus beaux ornements » : la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle. Elise Urbain, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS, École du Louvre.
16h20 : Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle. Jean-Alexandre Perras, assistant de recherche, Jesus College, Université d’Oxford.
16h40 : Discussion.
17h00 : Conclusion générale.
17h20 : Fin de la journée.

Colloque : Aux origines d’un goût : la peinture baroque aux États-Unis.

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : colloque.
Date : mercredi 11 novembre 2015.
Lieu : Paris, Palais Brongniart, Petit Auditorium.
Sous la direction de : Monsieur Keith Christiansen et de Madame Anna Ottani Cavina.

 « Je me retrouvai à froncer les sourcils impitoyablement devant les Guido et Domenichino », écrivait Henry James à la suite de sa visite à la Pinacothèque de Bologne en 1873. Le dégoût d’Henry James devant ces peintures baroques est typique de l’attitude des Américains durant la période où furent établis leurs grands musées. Comment dépassèrent-ils leurs préjugés, parvenant ainsi à la création de conséquentes collections muséales d’art baroque aux États-Unis ? À l’invitation de Paris Tableau, d’éminents conservateurs et universitaires examineront les stratégies et le succès de ceux qui défendirent la constitution de telles collections.

Ce colloque est ouvert à tous les visiteurs du Salon Paris Tableau dans la limite des places disponibles. Il est conseillé de s’inscrire au préalable par téléphone au 01 45 22 37 82 ou par email à contact@paristableau.com

Programme :

Anna Ottani Cavina
Honorary President of the Fondazione Federico Zeri – Emeritus Professor, University of Bologna
La redécouverte du Baroque au début du vingtième siècle.

Jean-Patrice Marandel
Chief Curator of European Art, Los Angeles County Museum of Art
De Berlin à Los Angeles : Wilhelm Valentiner et le concept de musée encyclopédique en Amérique.

Eric Zafran
Retired Hilles curator of European Art, Wadsworth Atheneum
Chick Austin et la construction du Baroque à Hartford et à Sarasota.

Keith Christiansen
Chairman, Department of European Paintings, The Metropolitan Museum of Art
La création tardive d’une collection de peintures baroques au Metropolitan Museum of Art.

Stephan Wolohojian
Curator, Department of European Paintings, The Metropolitan Museum of Art
Le Brun en Amérique.

Stéphane Loire
conservateur en chef, Département des Peintures, Musée du Louvre
Les collections de peinture baroque aux États-Unis : un point de vue européen.

Eve Straussman-Pflanzer
Assistant Director of Curatorial Affairs/Senior Curator of Collections, Davis Museum, Wellesley College
Le Baroque aujourd’hui : une réflexion personnelle.