Archives par étiquette : Giorgio Vasari

Publication : “La réception des Vite de Giorgio Vasari dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles”.

LUCAS FIORATO Corinne (dirs.) et DUBUS Pascale (dirs.), La réception des Vite de Giorgio Vasari dans l'Europe des XVIe-XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2016, 520 p.

LUCAS FIORATO Corinne (dirs.) et DUBUS Pascale (dirs.), La réception des Vite de Giorgio Vasari dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2016, 520 p.

Présentation de l’éditeur :

« Ce sont vos écrits qui m’ont donné envie d’apprendre cette langue ». La langue est l’italien, les écrits sont la première édition des Vite de Vasari et l’auteur de cette lettre est un Flamand, Lambert Lombard, artiste et lettré renommé. La diffusion européenne des Vite fut immédiate, mais leur réception ne fut pas toujours aussi élogieuse. Les deux éditions du texte (1550 et 1568) déclenchèrent des réactions en tous genres, car elles suscitèrent des discours ekphrastiques, théoriques, historiographiques et critiques sur les arts figuratifs en Europe qui n’ont rien perdu de leur actualité. Les contributions rassemblées ici mettent en évidence la variété et la dynamique de la réception, entre les XVIe et XVIIIe siècles, de cette œuvre hybride, source d’imitations, d’adaptations, de plagiat, de traductions et, bien sûr, d’inspiration. On reçut encore les Vite comme une œuvre à la gloire de Florence, un recueil d’histoires romanesques et même la matrice d’un nouveau vocabulaire artistique. Le lecteur découvrira tout au long des chapitres les voies empruntées par ceux qui contribuèrent à construire l’histoire des arts européens en référence à ce monument fondateur.

Continuer la lecture

Publication : “Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors”.

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

Enhancing our understanding of early Italian female painters including Sofonisba Anguissola and introducing new ones such as Costanza Francini and Lucrezia Quistelli, this volume studies women artists, their patrons, and their collectors, in order to trace the rise of the social phenomenon of the woman artist.

In ten chapters spanning two centuries, this collection of essays examines the relationships between women artists and their publics, both in early modern Italy as well as across Europe. Drawing upon archival evidence, these essays afford abundant documentary information about the diverse strategies that women found for carrying out their artistic careers, from Sofonisba Anguissola’s role as a lady-in-waiting at the court of Felipe II of Spain, to Lucrezia Quistelli’s avoidance of the Florentine market in favor of upholding the prestige of her family, to Costanza Francini’s preference for the steady but humble work of candle painting for a Florentine confraternity.

Continuer la lecture