Archives par étiquette : genre

Appel à communication : « La première impression : visages, vêtements et corps. 1600-1800 — ’First Impressions’ : Faces, Clothes, and Bodies, 1600-1800 ».

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 10 novembre 2016.
Lieu : York, university of York.
Date limite : 29 août 2016.

In the early modern world, ‘first impressions’ played a central role in the establishment and maintenance of individual and group identities; faces, clothes, and bodies provided a number of sensory clues as to a person’s gender, social status, age, and even health. Appearances were described, depicted, and consumed. However, anxiety over the potential for outward appearances to confuse, disguise, or deceive also gained increasing momentum in this period – ‘first impressions’ were not always as they seemed. Emulation and the erosion of the social hierarchy caused particular alarm, and even the most respectable members of society were now understood to be vulnerable to deception. Clothing, cosmetics, and deportment could all alter appearance and render ‘first impressions’ as shifting and uncertain. In addition, the dissemination of images and descriptions of appearances across the social hierarchy markedly increased throughout the period;the explosion of print culture meant that descriptions of felons were now widely circulated in newspapers, for example, whilst satirical prints prompted a familiarity with images of public figures. Continuer la lecture

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture