Archives par étiquette : gaumy

Journée d’étude : « La Fabrique de l’habit : artisans, techniques et économie du vêtement à l’époque moderne »

Atelier d’un tailleur d’habits (détail), planche tirée de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert © Domaine public

Type : Journée d’études
Date et horaire : 20 septembre 2018 de 9h à 18h
Lieu : École Nationale des Chartes -Salle Léopold-Delisle, 65 rue de Richelieu, 75002 Paris

La journée d’étude « La fabrique de l’habit » propose de réfléchir à la production de vêtements et d’accessoires de mode à l’époque moderne, avant que le déclin puis la fin des communautés de métiers, l’apparition des grands magasins et l’essor de la confection ne marquent l’avènement d’un système productif nouveau au XIXe siècle. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « ‘On connaît femme à sa cornette’ : couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne » par Tiphaine Gaumy (Paris, 20 octobre 2016 à 19h).

boissard

Jean-Jacques Boissard, Recueil de costumes étrangers, gravure, après 1581, Paris, BnF.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 octobre 2016 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com.

Pour débuter ce nouveau cycle annuel de conférences, le GRHAM recevra Tiphaine Gaumy pour une conférence intitulée « On connaît femme à sa cornette :  couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne ».

Dans la société européenne de la première moitié de l’époque moderne, le couvre-chef est loin d’être un accessoire au sens où on l’entend aujourd’hui. Hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux; tous ont la tête couverte avec un chapeau, un bonnet, une coiffe, un chaperon, ou encore un béguin.

Plus qu’un élément esthétique ou protecteur face aux éléments, le couvre-chef joue un rôle incontournable dans le discours relatif à l’honneur et à l’identité des individus. On observe en effet au travers des archives, des récits et de l’iconographie un subtil langage du couvre-chef : ses mentions et représentations renvoient à la notion d’ordre ou de désordre social, à la hiérarchie qui structure la société, à un processus civilisant et au progrès de l’affirmation de l’autorité monarchique. Continuer la lecture