Archives par étiquette : French art

Conférence du GRHAM : « Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle » par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.

Publication : « Fleshing out Surfaces : Skin in French Art and Medicine, 1650–1850 ».

FEND Mechthild, Fleshing out Surfaces : Skin in French Art and Medicine, 1650–1850, Manchester, Manchester University Press, 2016, 376 p.

FEND Mechthild, Fleshing out Surfaces : Skin in French Art and Medicine, 1650–1850, Manchester, Manchester University Press, 2016, 376 p.

Présentation de l’éditeur :

Fleshing out Surfaces is the first English-language book on skin and flesh tones in art. It considers flesh and skin in art theory, image making, and medical discourse in seventeenth- to nineteenth-century France. Describing a gradual shift between the early modern and the modern period, it argues that what artists made when imitating human nakedness was not always the same. Initially understood in terms of the body’s substance—of flesh tones and body colour—it became increasingly a matter of skin, skin colour, and surfaces. Each chapter is dedicated to a different notion of skin and its colour, from flesh tones via a membrane imbued with nervous energy to hermetic borderline. Looking in particular at works by Fragonard, David, Girodet, Benoist, and Ingres, the focus is on portraits, as facial skin is a special arena for testing painterly skills and a site where the body and the image become equally expressive.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.