Archives par étiquette : France

Call for Papers: « Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France » (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « ‘On connaît femme à sa cornette’ : couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne » par Tiphaine Gaumy (Paris, 20 octobre 2016 à 19h).

boissard

Jean-Jacques Boissard, Recueil de costumes étrangers, gravure, après 1581, Paris, BnF.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 octobre 2016 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com.

Pour débuter ce nouveau cycle annuel de conférences, le GRHAM recevra Tiphaine Gaumy pour une conférence intitulée « On connaît femme à sa cornette :  couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne ».

Dans la société européenne de la première moitié de l’époque moderne, le couvre-chef est loin d’être un accessoire au sens où on l’entend aujourd’hui. Hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux; tous ont la tête couverte avec un chapeau, un bonnet, une coiffe, un chaperon, ou encore un béguin.

Plus qu’un élément esthétique ou protecteur face aux éléments, le couvre-chef joue un rôle incontournable dans le discours relatif à l’honneur et à l’identité des individus. On observe en effet au travers des archives, des récits et de l’iconographie un subtil langage du couvre-chef : ses mentions et représentations renvoient à la notion d’ordre ou de désordre social, à la hiérarchie qui structure la société, à un processus civilisant et au progrès de l’affirmation de l’autorité monarchique. Continuer la lecture

Journée d’étude : « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815).

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : vendredi 23 septembre 2016.
Lieu : Nantes, université de Nantes, Campus Tertre Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE), Amphi. 410 (rdc).

Ce colloque Jeunes Chercheurs de la Société Française d’Etudes du XVIIIe siècle (SFEDS) et de la Société d’études anglo-américaines XVIIe-XVIIIe siècles (SEAA XVII-XVIII) est organisé en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) et le laboratoire l’Antique, le Moderne (L’AMO) de l’Université de Nantes. Ces rencontres visent à donner l’occasion aux jeunes chercheurs de se rencontrer pour présenter et échanger sur leurs travaux, entre eux et avec des chercheurs confirmés, dans une ambiance conviviale et interdisciplinaire.

Des traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la Guerre de Trente ans et fondèrent un nouvel ordre européen, au Congrès de Vienne (1815) qui réorganisa l’Europe après la chute de Napoléon, les relations internationales furent le sujet d’innombrables interrogations politiques. Sous le nom de « concert des nations », expression qui désigne depuis un siècle les relations internationales qui ne sont pas fondées sur le recours à la force, c’est le versant artistique, littéraire et historique de ces mutations que nous voudrions examiner dans ce colloque ouvert à tous dont les communicants seront en priorité les jeunes chercheurs.

Programme :

9h00 Ouverture du colloque par les organisateurs Pierre Carboni et Françoise Rubellin en présence de Georges Letissier, Directeur du CRINI et de Didier Delorme, Doyen de la FLCE. Continuer la lecture

Publication : « Henri IV : Art et pouvoir ».

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Publication : « Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi. »

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

Présentation de l’éditeur :

Fondato su un ampio repertorio di fonti, in gran parte inedite, e di dipinti, questo volume presenta un profilo dei principali collezionisti francesi di opere veneziane nel Seicento e analizza come queste venissero diffuse e percepite in Francia, alla luce di idée e di modelli estetici elaborati nei circoli intellettuali e nell’Académie. Permette di aprire nuove prospettive sulla fortuna di Tiziano, Veronese, Tintoretto, Bassano, Giorgione e sugli sviluppi di un intenso dialogo sorto all’epoca proprio grazie alla percezione di formule legate al tonalismo veneto. Fornisce così alcune chiavi di lettura originali per la comprensione delle relazioni tra due città – Venezia e Parigi – che nel Seicento sono tra i principali centri artistici internazionali per il collezionismo e il commercio di opere d’arte.

Ce volume présente la physionomie des principaux collectionneurs français de tableaux vénitiens au XVIIe siècle et propose une étude de la réception de ces œuvres en prenant en compte les canons esthétiques élaborés et diffusés entre Paris et Venise. En s’appuyant sur un grand nombre de documents, pour la plupart inédits, et sur un vaste répertoire d’œuvres, ce texte permet notamment d’explorer la fortune en France de Titien, Bassan, Véronèse, Tintoret et Giorgione, ainsi que d’éclairer notre compréhension d’un dialogue intense qui s’instaure au Seicento autour du tonalisme vénitien.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : « Invenit et delineati » : La stampa di traduzione tra Italia e Francia dal XVI al XIX secolo.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : colloque.
Date du colloque :
 07 juin 2016.
Lieu :
Rome, Instituto centrale per la gracia, Via Poli 34 (Fontana di Trevi).

Programme :

09.00 – Registrazione.

09.30 – Apertura :

Maria Antonella Fusco, Istituto centrale per la grafica.

Francesca Mariano, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”- Université de Poitiers

10.00 – Evelina Borea
Cieli barocchi in bianco e nero: stampe da volte e cupole italiane e francesi.

Presiede: Simonetta Prosperi Valenti Rodinò, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”/

10.30 – Estelle Leutrat, Université Rennes 2
De Rome à Paris : Jean IV Le Clerc, éditeur et marchand d’estampes sous les premiers Bourbons, et le modèle italien.

Continuer la lecture

Séminaire : « Les peintres Italiens itinérants en France Méridionale (fin XVIIIe-XIXe siècle) »

Affiche de la journée.

Affiche de la journée.

Type : Séminaire
Date : 20 mai 2016
Horaire : 10h à 18h
Lieu : Université de Toulouse – Jean Jaurès, bâtiment Olympe de Gouges, salle GH123.

Programme :

10h – Accueil
Invitée d’honneur, Josette Chemery, descendante des Pedoya, peintres Italiens.

Continuer la lecture

Publication : « Visions de l’Empire du Milieu au XVIIIe siècle en France »

milieu

LEE, Chao Ying, Visions de l’Empire du Milieu au 18e siècle en France, Paris, Academia-L’Harmattan, 2016, 228 p.

Présentation de l’éditeur :

Les Mémoires concernant les Chinois présentent une Chine vue à travers les interrogations européennes du XVIIIe siècle. Les illustrations, réalisées à partir d’une grande variété de sources envoyées par les missionnaires à Paris, relèvent souvent, par leur style, de modèles chinois ou sont nettement plus occidentalisées dans leur facture. Celles qui empruntent directement aux sources chinoises créent une rupture de style. La correspondance entre Bertin et les jésuites en Chine, partiellement inédite, conservée à l’institut de France, aide à comprendre la commande, l’élaboration de cette collection et les enjeux des illustrations : la vision christianisée de la vie de Confucius, la chronique d’un événement révélateur du bon exercice du pouvoir, le thème des hommes illustres, où manières chinoise et occidentale se répondent, se juxtaposent, affirmant les liens entre les styles de ces illustrations, commande de Bertin, et le contexte historique, politique et religieux. La question des enjeux politiques de ces choix du ministre demeure incontournable.

Chao-ying LEE, docteure en histoire de l’art de l’université de Paris I, est maître de conférences à l’université nationale de Dong Hwa à Taiwan. Elle a été professeur invitée de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (juillet 2012-février 2013). Ses recherches portent sur « Les livres sur Taiwan et la Chine publiés en français au XVIIe et XVIIIe siècles : les styles d’illustrations entre Occident et Extrême-Orient ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Conférence du GRHAM : « Histoires d’enquêtes… Parcours d’un « amateur » autodidacte » par Antoine Tarantino (Paris, 16 février 2016).

 

Luigi Garzi (1638-1731) Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Luigi Garzi (1638-1731), Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Après avoir commencé très jeune une carrière militaire qui le conduit à Paris, dans la Garde Républicaine, Antoine Tarantino se passionne pour les dessins et tableaux anciens, notamment à la suite de l’exposition « Seicento » au Grand Palais puis des premières éditions du « Salon du Dessin ». Il quitte l’armée afin de collaborer à la préparation de l’exposition « De Versailles à Paris, le destin des collections royales » organisée par Jacques Charles-Gaffiot pour la Mairie du Ve Arrondissement en 1989. Il commence un cursus à l’Ecole du Louvre qu’il interrompt peu de temps après, finalement plus attiré par le côté concret d’une collection et par le côté « enquête » des recherches. Il collabore pendant quelques années avec les marchands Jacques Fischer, spécialiste du XIXème siècle et Jean Philippe Mariaud de Serres, spécialisé en archéologie, avant d’ouvrir sa propre galerie en juin 2007. Il est entretemps admis au sein de la CEEA (Chambre Européenne des Experts d’Art) puis de IADAA (International Association of Dealers in Ancient Art).

La galerie, située au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, est adaptée à la fois aux tableaux de grand format et aux objets archéologiques tels que les sculptures en marbre, les vases grecs et les intailles.

Une petite salle est également consacrée aux arts graphiques et permet de présenter une sélection d’artistes essentiellement italiens du XVIe au XVIIIe siècle.

La Galerie Tarantino a régulièrement l’occasion de proposer des expositions thématiques qui favorisent la connaissance et la diffusion de l’archéologie classique comme de l’art italien Celles-ci sont toujours accompagnées par des catalogues auxquels participent les spécialistes concernés.

  • L’Antiquité Révélée, à la Galerie Daniel Greiner en février 2007.
  • Emilia Pittrice, tableaux et dessins bolonais du XVIe au XVIIIe siècle,du 10 décembre 2007 au 31 janvier 2008.
  • Rome 1660, l’Explosion Baroque, du 18 novembre 2008 au 31 janvier 2009.
  • Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011.
  • Cabinet d’Antiques, du 16 novembre au 16 décembre 2016.
  • Rome, de Barocci à Fragonard, du 20 mars au 8 juin 2013.
  • Les Fastes du Pouvoir, du 25 mars au 28 mai 2014.
  • A venir : L’Art et la Manière, du 29 mars au 31 mai 2016.

Après une communication revenant sur les spécificités de son métier ainsi que sur son rapport à l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, Antoine Tarantino échangera avec la salle sur ces diverses thématiques mais également sur les plus belles découvertes de sa carrière.

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.

 

Publication : Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières.

KHELISSA PERRIN Anne (dir.), Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles,  collection « Études sur le XVIIIe siècle », vol. n° 43, octobre 2015. 264 p.

KHELISSA PERRIN Anne (dir.),   Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Études sur le XVIIIe siècle », vol. n° 43, octobre 2015.
264 p.

Présentation de l’éditeur : 

Expositions, nouvelles présentations muséographiques, colloques internationaux, programmes de recherche, travaux universitaires, publications : les arts du décor connaissent ces dernières années un vaste regain d’intérêt. Le présent volume répond à une actualité. Il entend également porter un regard renouvelé sur l’ameublement des demeures, en interrogeant la qualité artistique et technique des objets, mais aussi leurs significations sociales et culturelles. Autour d’une réflexion commune, professeurs des universités et jeunes chercheurs, conservateurs, spécialistes des arts décoratifs, de peinture, d’architecture, de littérature et d’histoire du genre font le point sur les mutations épistémologiques récentes et ouvrent la discussion.

Loin d’être un amas désaccordé de bibelots, les intérieurs du XVIIIe siècle proposent un système unitaire cohérent, où arts manufacturés et beaux-arts cohabitent. Quels liens ces artefacts de nature et de statut hétérogènes entretiennent-ils entre eux et avec leur environnement ? Comment le principe d’harmonie fonctionne-t-il et s’adapte-t-il à la variété des aménagements et à la succession rapide des goûts ? Quel écart existe-t-il entre ce que les traités et la critique esthétique du temps préconisent et ce qu’attendent les commanditaires et les acheteurs ? Telles sont les questions que soulèvent les auteurs du recueil, à partir d’exemples célèbres ou méconnus de décors réalisés en France, en Grande-Bretagne, en Italie et en Suisse, entre la fin du XVIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.