Archives par étiquette : Florence

Appel à communication : University and Diversity: The Bolognese Experience

portrait de Carlo Cesare Malvasia (1616 – 1693), avant 1693, Bologne, Université de Bologne.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er mai 2017

Date de la manifestation : 6 – 14 octobre 2017

Lieu : Florence, Studienkurs of the Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut

University and Diversity: The Bolognese Experience (1088-2017)

In 2013, the Municipality of Bologna set up a competition to find a logo that represents ‘at a local, national and international level’ all the ‘features and elements that make up the face of the city’. The winning project ‘è Bologna’ provides a visual translation of the endless perceptions of the city, linking letters to geometrical forms inspired by archetypical Bolognese images, such as the city walls and the brick mosaic of Santo Stefano. By typing a script, these forms are superimposed with fixed proportions and chromatic relationships. Thus, written words generate different but related signs that render the ‘multiplicity of elements which describe Bologna’. Continuer la lecture

Publication : « The Medici’s Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence ».

STRAUSSMAN-PFLANZER Eve (dir.),The Medici's Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence,New Haven, Yale University Press, 2017, 128 p.

STRAUSSMAN-PFLANZER Eve (dir.),The Medici’s Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence,New Haven, Yale University Press, 2017, 128 p.

Présentation de l’éditeur : 

Carlo Dolci (1616–1687), arguably the greatest painter in 17th-century Florence, was admired and patronized by the city’s leading families. Best known for his half-length and single-figure devotional pictures, Dolci was also a gifted painter of altarpieces and portraits.

Written by a team of distinguished scholars, The Medici’s Painter offers new archival discoveries and insights and features cross-disciplinary approaches to Dolci’s life and art and the cultural and political contexts in which he worked. The volume sheds new light on Dolci’s significant and impressive body of work. The painter understood the power of his paintings to inspire contemporaries, and his works continue to compel individuals to look closely and feel deeply about art.

Eve Straussman-Pflanzer is head of the European Art Department and Elizabeth and Allan Shelden Curator of European Paintings, Detroit Institute of Arts.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Valorisation d’une collection publique : les peintures italiennes et hispaniques (XIVe-XVIIIe siècles) du musée de Tessé au Mans (catalogue et exposition)

cat114

Illustration 1: Juan de Valdés Leal, Sainte Paule, 1655-1657, huile sur toile 208 x 126 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

À moins d’une heure de Paris, la ville du Mans réunit quatre musées : le Carré Plantagenêt (archéologie et histoire), le musée Vert (histoire naturelle), celui de la Reine-Bérengère (art et histoire de la Sarthe) et le celui de Tessé (beaux-arts)[1].

Ce dernier est installé dans l’ancien évêché construit en 1848 sur l’emplacement de l’hôtel de la famille de Tessé, dont les collections forment une partie du fonds ancien du musée. Ce fonds originel a d’abord été enrichi par des érudits locaux dans la première moitié du XIXe siècle. Grâce à eux, le musée de Tessé fait notamment figure de précurseur en matière d’acquisition : il s’agit de l’un des premiers établissements français à acheter des peintures espagnoles (Illustration 1). Dans la seconde moitié du siècle, le conservateur Charles Dugasseau (1812-1885) réécrit les catalogues du musée, contribuant ainsi à augmenter la visibilité de la collection mancelle auprès du public.

cat5

Illustration 2: Pietro Lorenzetti, Sainte Agathe (?), c. 1315, panneau de bois peint, 64,9 x 33,3 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

Il accroît par ailleurs celle-ci en sollicitant des dépôts de l’État et en effectuant des achats, en particulier vingt-trois œuvres de « primitifs » italiens acquis lors de la vente après décès d’un collectionneur manceau, Évariste Fouret (1807-1863) (Illustration 2).

Cet ensemble de panneaux sur fond doré a été complété à la fin du XXe siècle par un dépôt de l’État, confirmant ainsi la particularité des collections du Mans (Illustration 3). Au début du XXe siècle, les collections du musée, jusque-là exposées dans l’ancienne abbatiale de Notre-Dame-de-la-Couture, font l’objet d’une réorganisation plus rationnelle dans le bâtiment actuel. En raison de l’intérêt précurseur du musée des beaux-arts du Mans pour la peinture espagnole, et de sa remarquable collection de « primitifs » italiens, la mise à l’honneur de ces deux écoles était attendue.

Illustration 3

Illustration 3: Jacopo del Sellaio, La Vierge adorant l’Enfant, c. 1465-1470, panneau de bois peint, 95 x 48 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat

Cette valorisation a été initiée par Corentin Dury[2] lors de son cursus à l’École du Louvre, d’abord sous la direction de Michel Laclotte et Dominique Thiébaut pour la période s’étendant du XIVe au XVIe siècles, puis sous celle d’Olivier Bonfait pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Ce travail consacré aux peintures italiennes et hispaniques des XIVe-XVIIIe siècles, enrichi par des échanges avec des chercheurs internationaux et appuyé par l’équipe du musée de Tessé, vient d’aboutir sous la forme d’un catalogue et d’une exposition.

L’exposition réunit quatre-vingt œuvres italiennes et hispaniques dans un parcours chrono-thématique. La qualité inégale de la collection a été exploitée avec intelligence : les chefs-d’œuvre justifient à eux-seuls une visite, mais toutes les œuvres sont mises en valeur de façon à appuyer un discours pertinent sur l’art. En d’autres termes, l’exposition fonctionne comme un lieu de délectation et d’apprentissage (comme cela devrait toujours être le cas). Continuer la lecture

Publication en ligne : ARTis On, Journal of History of Art and Heritage – N° 1 – 2015.

cover_issue_4_pt_PT

A ART is ON é uma revista eletrónica anual, consagrada à divulgação de estudos de História da Arte, Ciências do Património e Mercados da Arte.

Trata-se de uma revista científica, publicada apenas em formato digital, aberta à colaboração de todos, académicos, estudantes, técnicos do património, agentes do mercado da arte, etc., com a finalidade de divulgar estudos emergentes, que se destaquem pela sua qualidade e originalidade.

Dedicada à pluralidade de temas que envolvem a Arte e o Património, tanto nacionais como internacionais, a ARTis ON compreende um Caderno Temático e uma secção de Varia, destinada a pequenos artigos, como recensões, notícias de descobertas recentes, novidades decorrentes de projetos de investigação, entrevistas, etc.

A aposta no formato digital e na possibilidade de publicação de artigos em diversas línguas estrangeiras (inglês, espanhol, francês e italiano) visa alargar a divulgação da revista e permitir a publicação por parte de autores estrangeiros.

Adresse internet : http://artison.letras.ulisboa.pt/

Sommaire :

Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Giovanni Battista Foggini et la sculpture à Florence à l’époque des derniers Médicis (1670-1737) : la condition sociale de l’artiste et la pratique du dessin ».

Giovanni-Battista Foggini, Mucius Scaevola tuant le secrétaire du roi Porsenna, XVIIe-XVIIIe siècle, plume et encre brune sur papier, 19,7 x 26,4 cm, Paris, musée du Louvre.

Giovanni-Battista Foggini, Mucius Scaevola tuant le secrétaire du roi Porsenna, XVIIe-XVIIIe siècle, plume et encre brune sur papier, 19,7 x 26,4 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : soutenance de thèse.
Date : 14 novembre 2015 à partir de 14h30.
Lieu : Institut National d’Histoire de l’Art, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Soutenance de thèse en Histoire de l’art de Kira d’Alburquerque, »Giovanni Battista Foggini et la sculpture à Florence à l’époque des derniers Médicis (1670-1737) : la condition sociale de l’artiste et la pratique du dessin« , sous la direction de Michel Hochmann.

Le jury sera composé de : 

Mme Marion Boudon-Machuel, Professeure à l’Université François-Rabelais de Tours/CESR.

Mme Emmanuelle Brugerolles, Directeur d’études à l’École pratique des hautes études, Conservateur général du patrimoine responsable de la collection de dessins à l’École nationale supérieure des beaux-arts.

Mme Elena Fumagalli, Professore Associato, Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia.

M. Michel Hochmann, Directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Mme Catherine Monbeig Goguel, Anc. Directeur de recherche, CNRS, musée du Louvre, département des Arts graphiques.

M. Philippe Sénéchal, Professeur à l’Université de Picardie-Jules Verne.

Compte rendu de visite : « Le Baroque à Florence » (ENSBA, 27/02/2015)

1. Lorenzo Lippi (1606-1665), Jeune homme vêtu d'une blouse, tirant sur une corde, sanguine, 410 x 260 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : EBA 353.

1. Lorenzo Lippi (1606-1665), Jeune homme vêtu d’une blouse, tirant sur une corde, sanguine, 410 x 260 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : EBA 353.

Le GRHAM a été accueilli au Cabinet des dessins Jean Bonna par sa conservatrice, Emmanuelle Brugerolles, qui a rappelé le double intérêt du fonds dont elle a la responsabilité. D’un point de vue patrimonial, il s’agit de la collection française de dessins la plus importante après celle du Louvre. D’un point de vue scientifique, ce fonds offre un point de départ utile à ceux qui étudient certains aspects méconnus de l’histoire de l’art ou de la vie des artistes. L’exemple en est donné avec l’actuelle exposition « Le baroque à Florence » qui offre un appréciable coup de projecteur sur une époque et un espace estompés par la prépondérance historiographique de la Renaissance florentine et du baroque romain[1]. Dans la continuité d’une exposition précédemment consacrée à Michel-Ange[2], le Cabinet Jean Bonna présente jusqu’au 17 avril 2015 une trentaine de feuilles dessinées entre la fin du XVIe siècle et le XVIIe siècle.

2. Sigismondo Coccapani (1583-1643), Ange et sainte agenouillée face à une « Apparition du Christ à la Vierge », pierre noire, plume, encre brune et lavis rose, 328 x 200 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2805.

2. Sigismondo Coccapani (1583-1643), Ange et sainte agenouillée face à une « Apparition du Christ à la Vierge », pierre noire, plume, encre brune et lavis rose, 328 x 200 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2805.

Vice-présidente du GRHAM et stagiaire à l’ENSBA, Marine Roberton a fait découvrir l’exposition aux membres de l’association dans une perspective attributionniste. En effet, la plupart des dessins n’étant pas signés, le rattachement à une main florentine est déterminant pour comprendre le climat artistique de la cité médicéenne durant l’ère baroque. Se fondant sur des œuvres définitives bien documentées[3] et sur des rapprochements techniques ou stylistiques[4], l’exposition a donné lieu à de nouvelles attributions pertinentes. Au-delà de cette garantie scientifique, l’exposition se présente comme un panorama diversifié de Florence aux tournants des Cinquecento et Seicento.

L’ambiance laborieuse et sensuelle des ateliers d’artiste est évoquée par des académies et des études de drapés à la sanguine -technique florentine par excellence- que le Jeune homme vêtu d’une blouse, tirant une corde illustre fort bien (ill. 1). Ces travaux, autant que les copies d’œuvres alors célèbres (Scène de sacrifice autour d’une statue de Diane d’Ephèse, dessinée par Andrea Boscoli d’après une fresque romaine de Polidoro da Caravaggio), ainsi que les nombreux dessins préparatoires rendent compte de la circulation des motifs, essentiellement religieux (ill. 2), depuis l’atelier jusqu’aux murs des églises et des palais toscans.

3. Remigio Cantagallina (ca. 1582-1656), Paysage d’Italie avec un monastère et deux moines au premier plan, plume et encre brune, lavis brun sur tracé à la sanguine et à la pierre noire, 171 x 238 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 371.

3. Remigio Cantagallina (ca. 1582-1656), Paysage d’Italie avec un monastère et deux moines au premier plan, plume et encre brune, lavis brun sur tracé à la sanguine et à la pierre noire, 171 x 238 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 371.

4. Stefano della Bella (1610-1664), Coiffure de théâtre, graphite, plume et encre brune, lavis d’encre de Chine, 300 x 208 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2260.

4. Stefano della Bella (1610-1664), Coiffure de théâtre, graphite, plume et encre brune, lavis d’encre de Chine, 300 x 208 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2260.

À côté de ces ébauches, l’exposition présente aussi des dessins dont le fini suggère la présence d’un marché de l’art spécifique. Plusieurs paysages de Remigio Cantagallina, longtemps attribués à Paul Bril, semblent indiquer l’intérêt de collectionneurs contemporains pour le dessin (ill. 3).

Alors que la majorité des feuilles exposées témoigne de l’impact tridentin sur Florence, ces paysages attestent également de l’existence de thématiques profanes.

 

 

 

 

 

5. Baccio del Bianco, Personnages burlesques, plume, encre brune, aquarelle et rehauts d’or,  200 x 282 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2463.

5. Baccio del Bianco, Personnages burlesques, plume, encre brune, aquarelle et rehauts d’or, 200 x 282 mm, Paris : École nationale supérieure des Beaux-Arts ; n° d’inventaire : Mas 2463.

Des projets de décors éphémères ou de fêtes commandés par les Médicis (ill. 4), en passant par des emprunts à la littérature héroïque, jusqu’aux Personnages burlesques de Baccio del Bianco (ill. 5), le regard des participants s’est réjoui de balayer le spectre d’une société florentine réanimée par les enchevêtrements baroques de la pierre noire, de la sanguine ou de l’encre rehaussés de lavis multicolores.

 _______________________________________________________________________________________________

[1] Emmanuelle Brugerolles (dir.), « Le baroque à Florence », dans Carnets d’études de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris : Beaux-Arts de Paris, 2015, 111 p.
[2] Emmanuelle Brugerolles (dir.), « Le dessin à Florence au temps de Michel-Ange », dans Carnets d’études de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, n°13, Paris : Beaux-Arts de Paris, 2009, 160 p.
[3] Par exemple, le Moïse au Mont Sinaï de la villa Muti à Grottaferrata, peint par Domenico Cresti (ca. 1560-1636), dit Il Passignano, permet d’attribuer deux académies anonymes à cet artiste.
[4] Autre exemple, le Portrait de petite fille est donné à Carlo Dolci (1616-1886) en raison d’une forte similitude avec des portraits contenus dans l’un des carnets de dessins de cet artiste, actuellement conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge.