Archives par étiquette : femme

Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu : en ligne (Zoom), sur inscription asso.grham@gmail.com

Programme : 

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Introduction, Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, professeure à l’Université de Picardie

9h45-11h15 : Pouvoir et rôle politique dans “l’Europe” de l’Ancien Régime

Modération : Maël Tauziède-Espariat, chercheur associé à l’Université de Bourgogne

Veuves royales : représentations politiques du veuvage en France et en Angleterre à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe), Julie ÖZCAN, doctorante en Histoire et Civilisation à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Christine de France, duchesse et régente de Piémont-Savoie (1619-1663). Entre l’être et le paraître, le statut politique et social d’une veuve Femme d’État, Florine VITAL-DURAND, chercheuse associée à l’Université Grenoble Alpes

L’obscur et l’éclat : concilier gouvernement et viduité sous la régence d’Anne d’Autriche , Damien BRIL, chercheur à l’École du Louvre Continuer la lecture

Appel à communication : Journée d’études du GRHAM “Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?” / “Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status?”

 

15 juin / 15th June 2021, Paris Galerie Colbert

J.-B. Greuze, La veuve et son prêtre, v. 1784, huile sur toile, 128 x 160 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mars 2021.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu :  Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Femme et veuve sous l’Ancien Régime ? Les images qui permettent de définir la première abondent qu’il s’agisse de décrire une femme séduisante, une femme d’influence ou une femme du peuple. En revanche les images qui pourraient caractériser la seconde restent floues. De fait, la veuve se définit avant tout par la négative ; une veuve, c’est « celle qui a perdu son mari[1] ». La condition sociale imposée par le veuvage est jugée moins favorable que celle de la femme mariée, le Dictionnaire de Trévoux précisant qu’une « veuve pleure son mari, moins pour son mari, que parce qu’elle se voit déchue du rang qu’elle tenoit, et de la considération où elle étoit[2] », ce qui peut conduire cette dernière à des expédients condamnables : « La veuve soustrait souvent et recèle les plus beaux meubles de son mari[3] ». À l’opposé de cette vision peu séduisante, le statut de veuve semble toutefois offrir aux femmes une liberté que ne connaissent ni les filles ni les épouses[4].

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle”.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.