Archives par étiquette : exposition

Exposition : « En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles ».

Maurice Quentin de La Tour, Jeanne Antoinette Lenormant d’Étiolles, marquise de Pompadour (1721-1764). Entre 1752 et 1755. Salon de 1755. Pastel et rehauts de gouache sur au moins huit feuilles de papier bleu dont un empiècement pour le visage, collées en plein sur une toile tendue sur châssis. 178,5 x 131 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Laurent Chastel

Le Musée du Louvre présente jusqu’au 10 septembre 2018 une exposition de plus de cents pastels de issus de ses propresfonds, qui rappelle la richesse sans égalede cette collection de pastels du XVIIe et du XVIIIe siècles. L’exposition est ainsi l’occasion de montrer une sélection d’œuvres qui ont été restauréesrécemmentgrâce au mécénat des American Friends of the Louvre. La campagne de restauration, qui a durée plusieurs années, a permis un travail très poussé: démontagedes œuvres pour entreprendre une action de dépoussiérage et enlèvement de la moisissure. Cela a donné lieu à plusieurs découvertes et à la proposition de nouvelles attributions. Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Exposition : « Images et révoltes dans le livre et l’estampe » (Bibliothèque Mazarine, Paris)

revolte

Annonce d’exposition :

Révoltes et évènements révolutionnaires ponctuent l’histoire européenne depuis la fin du Moyen Âge. On a longtemps cru que l’analphabétisme qui régnait parmi l’écrasante majorité de la population n’avait laissé aux insurgés que peu de moyens d’expression. Or la diffusion d’images lors des révoltes atteste d’une culture visuelle populaire qui préexiste à la Révolution française. On en décèle les traces les plus évidentes avec les Hussites en Bohême au XVe siècle, et lors de la Guerre des paysans qui ébranla le monde germanique en 1525.

Une iconographie de la révolte se forme et se transmet, sur des supports éphémères mal conservés, mais aussi dans le livre manuscrit, et bientôt grâce aux nouveaux médias. Dans l’estampe et l’imprimé, les rebelles expriment leur vision. En réaction, les pouvoirs contestés endiguent leur diffusion, et affichent, par d’autres images, la légitimité ou le rétablissement de leur autorité. Ces images suscitent bien des interrogations. Quelle part les révoltés ont-ils prise à leur production ? Comment les mutations techniques (l’imprimerie) ou spirituelles
(la Réforme, l’iconoclasme…) ont-elles modifié leur diffusion mais aussi leurs formes et contenus ? Quel degré de confiance l’historien doit-il leur accorder ?

L’exposition présente un large panorama d’images, des rébellions des villes flamandes au XIVe siècle, des jacqueries, des troubles religieux des XVe et XVIe siècles, des soulèvements et révolutions qui marquent le milieu du XVIIe siècle (en France, à Naples, dans les îles britanniques, au Portugal), des contestations jansénistes du XVIIIe siècle… Elles constituent un patrimoine visuel aussi saisissant que méconnu, et un témoignage décisif sur les cultures politiques européennes.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine en partenariat avec le projet ANR Culture des révoltes et révolutions.

Commissariat : Tiphaine Gaumy
Direction scientifique : Stéphane Haffemayer, Alain Hugon, Yann Sordet, Christophe Vellet
Le catalogue de l’exposition est coédité par la Bibliothèque Mazarine et les Éditions Les Cendres

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
Plus d’informations sur le site de la Bibliothèque Mazarine