Archives par étiquette : expertise

Appel à communication du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : expertises, négociations et controverses”.

Pierre-Antoine Demachy, Vente publique de tableaux, probablement à l’hôtel Bullion, ca. 1785, huile sur toile, 22 x 33 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2019.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Publication : “De l’expertise artistique à la vulgarisation au siècle des Lumières. Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) et la peinture flamande, hollandaise et allemande”.

MAES Gaëtane, De l’expertise artistique à la vulgarisation au siècle des Lumières. Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) et la peinture flamande, hollandaise et allemande, Turnhout, Brepols, 2017, 608 p.

MAES Gaëtane, De l’expertise artistique à la vulgarisation au siècle des Lumières. Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) et la peinture flamande, hollandaise et allemande, Turnhout, Brepols, 2017, 608 p.

Présentation de l’éditeur :

Cette étude de la carrière et des livres de Jean-Baptiste Descamps contribue à définir le statut de l’expertise artistique et de l’écriture de vulgarisation dans l’Europe des Lumières.
Peintre flamand peu connu aujourd’hui, Jean-Baptiste Descamps (1715-1791) demeure important par les livres qu’il a publiés de son vivant. Entre 1753 et 1763, paraissent ainsi les quatre volumes de son recueil intitulé ‘La vie des peintres flamands, allemands et hollandois’, suivis en 1769 de la publication d’un ‘Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant’. Ces textes ont longtemps été négligés car, contrairement aux modèles représentés par Giorgio Vasari et Karel van Mander, ils sont considérés comme de simples compilations. Consacrer une étude aux ouvrages de Descamps vise, par conséquent, à remettre en question ce postulat en soulignant les réels enjeux intellectuels que revêt l’écriture de ce polygraphe. Par ses livres, Descamps a en effet su se construire une visibilité et une légitimité d’expert de la peinture septentrionale, qui lui ont ouvert les portes de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture à Paris en 1764. Dans ce contexte, l’enquête monographique sert ici de simple fil conducteur à des questionnements variés sur la France des Lumières, et plus particulièrement sur le rapport entre Paris et la province, entre les grands et petits maîtres, entre la littérature érudite et les écrits de vulgarisation. L’étude s’attache aussi à définir la place des Arts dans l’espace public ouvert par le développement des expositions, du marché de l’art et du tourisme culturel. Elle met enfin l’accent sur l’attraction puissante qu’ont exercée les œuvres flamandes, hollandaises et allemandes sur les collectionneurs du XVIIIe siècle.

Cette synthèse sera prochainement suivie de la réédition critique du ‘Voyage pittoresque de la Flandre et du Brabant’, qui a été le premier guide publié en France avec l’intention explicite de proposer aux artistes et amateurs d’art une autre destination que l’Italie.

Gaëtane Maës est Maître de conférences habilitée à diriger des recherches, et elle enseigne l’Histoire de l’Art des Temps modernes à l’université de Lille. Ses recherches s’attachent autant à l’art des anciens Pays-Bas (Flandre et Hollande) qu’à l’art français, afin de les envisager dans un esprit de décloisonnement. Avec Jan Blanc, elle a notamment publié ‘Les échanges artistiques entre la France et les anciens Pays-Bas. 1482-1814‘ (Brepols, 2010). Elle est également l’auteur de nombreux articles sur l’historiographie des peintres et les fonctions sociales de l’art.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.