Archives par étiquette : exégèse

Publication : Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France

 

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020

Qu’est-ce qu’ « interpréter » un tableau ? Faut-­il privilégier le s intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commandi­taires ? En rester aux interprétations historiques, contempo­raines de l’œuvre ? Ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-­il interpréter ? La composition, ses figures, l’histoire et la narration déployée, les motifs et les thèmes ? Et comment prendre en compte les œuvres «sans histoire »? Les matériaux, pigments, grains, touches et l’ensemble des formes plastiques des œuvres doivent-­ils être étudiés ? L’unité désormais muséale du tableau peut-­elle être dissociée de l’environnement spatial, des objets, des corps, des savoirs et des usages dans lesquels il s’inscrivait et auxquels il répondait auparavant? Mais faut-­il toujours interpréter ? L’œuvre requiert-­elle vrai­ ment et seulement ce mode de relation ? Ce volume s’efforce de répondre à ces questions sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture, à propos d’œuvres peintes au sein du XVIIe siècle, qui invente le terme d’herméneutique, art de l’interprétation. 

Table des matières

Avant-Propos : La conversion du regard. La peinture du XVIIe siècle d’après et après Marc Fumaroli (F. Cousinié)

Introduction : Le sens du passé (F. Cousinié)

I. Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation

Tatiana Senkevitch (The Sarah Campbell Blaffer Foundation, Houston) – « Exercising l’esprit de finesse: Pascalian Aesthetics and French painting in the 1650s » ;
Colette Nativel (Université de Paris I) – « Lire un tableau selon Rubens : le cas de la Galerie Médicis » ;
Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) – « Lire ou interpréter ? L’allégorie dans la peinture en France au xviie siècle de Poussin à Lebrun » ;
Anne le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) – « Guillet de Saint-Georges interprète de Charles Le Brun ? Réflexions sur les descriptions de L’Élévation de la Croix (1685) et de La Montée au Calvaire (1688) » ;
Alexandra Woolley (Université Toulouse Le Mirail) – « « Interpréter la volonté de Dieu » : Vincent de Paul et la sculpture des âmes » ;
Marie Chaufour (Université de Bourgogne Franche-Comté) – « De l’interprétation d’un tableau énigmatique dans la Satyre d’Euphormion de Jean Barclay » ;
Emmanuelle Hénin (Université de Paris IV Sorbonne) – « Le mot ingénieux : théorie emblématique et pratique picturale ».

II. Trajets de l’interprétation

Véronique Meyer (Université de Poitiers) – « Jean Pesne, graveur de Poussin » ;
Cécile Vincent-Cassy (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité) – « Cultes et diplomatie de l’art au temps de Philippe IV d’Espagne. À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella placée en bas d’un retable » ;
Johannes Schwabe (Université Humboldt à Berlin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – « Aux pieds du roi. Une série de copies d’après un tableau d’Henri Testelin sous l’angle de la théorie de la réception » ;
Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) – « Reconstituer les débats autour du portrait dans la France du xviie siècle » ;
Emmanuel Faure-Carricaburu (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) – « Application du concept de transgénéricité à l’analyse de la peinture française du xviie siècle ».

III. Les fins de l’interprétation

Matthieu Somon (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « Autour des trois Moïse de Philippe de Champaigne » ;
Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain-la-Neuve) – « Penser et peindre par figures. Mystère et figurabilité dans la Fuite en Égypte de Poussin » ;
Étienne Jollet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « L’interprétation à l’épreuve de l’œuvre. À partir du Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau » ;
Christian Belin (Université Paul Valery – Montpellier 3) – « L’irréel du tableau chez La Fontaine » ;
Clélia Nau (Université Paris Diderot), « Matérialités des feuillages. Réintégrer ce qui échappe au sens : l’ambiance, le bruit » ;
Bruno Nassim Aboudrar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – « En deçà du motif : interpréter l’insignifiant » ;
François Trémolieres (Université de Rennes 2) – « Yves Bonnefoy interprète de Poussin ».

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020(400 p., ill. coul., 39 euros, isbn : 9791024013145)

L’ouvrage est notamment disponible auprès du comptoir des presses d’universités  : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100588310

Conférence du GRHAM : « De la messe à la contemplation esthétique. La mise en scène de la peinture religieuse au XVIIIe siècle » par Martin Schieder (Paris, 19 avril 2018).

Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784). « La Chapelle du Calvaire à l’église Saint-Roch ». Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 19 avril 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’aide d’une sélection d’exemples, cette conférence se propose d’analyser deux phénomènes spécifiques au XVIIIe siècle en matière de peinture religieuse : d’une part son esthétisation et sa sécularisation, d’autre part la perte de sa fonction spécifique et sa patrimonialisation. En effet, à partir de la mort de Louis XIV, l’image religieuse connaît une transformation profonde. À la dévotion imprégnée de foi catholique succède une forme sécularisée de recueillement esthétique. L’explication théologique fait place à la description esthétique, l’ekphrasis se substitue à l’exégèse. Les églises parisiennes au décor riche d’art ancien et contemporain deviennent « un salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages ». En même temps, le « Salon » au Louvre offre une plateforme publique inédite aux artistes de peinture religieuse. On assiste à une véritable réévaluation de l’image religieuse, cette dernière étant désormais considérée d’abord comme une œuvre d’art, qu’il s’agit d’exposer, de soumettre à la critique, de restaurer ou même d’éloigner des regards. La dignité spirituelle, qui singularisait la peinture religieuse aux yeux des visiteurs croyants du Grand siècle, n’est plus un critère signifiant pour les amateurs d’art au Siècle des Lumières.

Martin Schieder est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’Universität Leipzig depuis 2008. En 1994, il a soutenu une thèse à la Freie Universität Berlin sur la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (Jenseits der Aufklärung. Die Religiöse Malerei im ausgehenden Ancien Régime, 1997) qui a reçu le prix Marianne Roland Michel en 2012 et a ainsi pu être traduite en français sous le titre Au-delà des lumières, la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (2017). Sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, intitulée Dans le regard de l’autre. Les relations artistiques franco-allemandes, 1945–1959 a été récompensée du Prix parlementaire franco-allemand 2005 de l’Assemblée nationale et du Bundestag allemand. Auparavant, Martin Schieder avait occupé un poste d’assistant scientifique (1996–2004), puis de professeur invité à la Freie Universität Berlin (2004–2007) ainsi que de directeur adjoint au Centre allemand d’histoire de l’art Paris (1997–2001). Il a de plus été chercheur invité du Getty Research Institute à Los Angeles (2013–2014) et professeur invité à l’Université Paris IV – Sorbonne (2015). Il a publié de nombreux travaux sur l’art du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, les transferts culturels, l’histoire de la critique d’art, ainsi que dans le domaine des Exhibition Studies et des Studio Studies.